Question d'origine :

Bonjour, La presse rapporte souvent les dérives et problématiques en lien avec les géants du numérique, notamment des GAFAM (Alphabet, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft), voire des NATU (Netflix, Airbnb, Tesla et Uber) et des BATHX (Baidu, Alibaba, Tencent, Huawei et Xiaomi). Quels sont les géants du numérique ayant leur siège dans d'autres régions du monde et y retrouve-t-on des dérives similaires (surveillance et manipulation des masses, emprise, pantouflage et autres mélanges des genres avec les politiques, abus de position dominante, entente commerciale, manque de respect des droits humains/enfants, impact sur l'environnement, bénéfices tirés des zones de conflits, etc.) ? Je me pose notamment la question concernant les conglomérats et entreprises russes Yandex, VK et Megafon (Mail.ru ; OK.ru), sud-coréenne (Samsung ; LG ; Hyndai ; Naver) et françaises ou d'Union européenne (Orange ; Thales ; Dassault ; Siemens ; La Poste). Je n'ai aucune certitude pour les exemples.

Réponse du Guichet

Avatar par défaut bml_soc - Département : Société
Le 06/07/2021 à 09h03
Réponse du département Société :

Bonjour,

Nous rencontrons les mêmes difficultés pour trouver des informations sur les dérives des entreprises du numérique situées en Russie, Corée du Sud ou Union Européenne.

Nous poursuivons nos recherches et nous vous informerons des résultats de nos recherches. Cependant, les références d'articles suivantes vous permettront d' obtenir des éléments de réponse.

yandex le géant du numérique

Découvreurs de l' Europe

Economie numérique

Les dérives du web inquiètent son inventeur

la récolte des données et leurs trafic.

Benjamin Loveluck : les oeuvres de B. Loveluck traitent effectivement des dérives du géant du Web. Maître de conférences à Télécom ParisTech et chercheur associé au CERSA (CNRS-Paris 2), ses travaux portent sur la sociologie du numérique et les pratiques politiques en ligne, sur l’économie politique de l’information, ainsi que sur les transformations de l’espace public.

B. Luck est intéressé à l’histoire d’internet, aux idéologies qui le traversent et aux formes d'(auto-) organisation collective qui lui sont associées, avec un intérêt particulier pour les enjeux liés aux libertés numériques. Récemment, ses recherches se sont tournées vers les interventions visant à « se rendre justice soi-même » en ligne, qualifiées de vigilantisme numérique.
La lecture des ouvrages de Luck devraient enrichir votre réflexion sur la compréhension de ces mécanismes et comment les dénoncer.

Les géants du web sont-ils complices des régimes autoritaires ? : faux profils et compagne de dénonciation. Les Etats répressifs savent aussi tirer avantage des plateformes des géants du web.

De nombreux articles sérieux se situent sur les portails de presse suivants :
BML : bases en ligne

Le livre salutaire pour ne pas être suicidé par les entreprises du numérique :
Merci d'être en retard : survivre dans le monde de demain / Thomas L. Friedman Auteur : Friedman, Perrin, 2021 Le potentiel de créativité et de destruction de ce nuage permet l'ubérisation des sociétés comme le terrorisme. Dans ces conditions, le retard peut être salutaire.

Enfin, pour mieux s' informer lors des abus des conglomérats, la cnil (commission nationale informatique et libertés) vous aide dans vos démarches et diffuse les textes de loi.

DANS NOS COLLECTIONS :

Commentaires 0

Connectez-vous pour pouvoir commenter. Se connecter

Poster un commentaire