Question d'origine :

Bonjour, Serait- il possible de connaître le fonctionnement approfondi de la plateforme (sic) "parcour-sup" après une année d’expérimentation (ou de dysfonctionnement?) et ses "résultats" en terme de risques psycho-sociaux et d’égalité des chances (entre établissements publics ou privés, entre boursiers et non boursiers à résultats scolaires comparables, entre experts et non- experts,...) vis à vis des lycéens écartés de leur premier choix malgré des résultats scolaires qui pouvaient a priori leur faire espérer une autre voie qu’une voie ressentie comme constituant une voie de garage après de plus une scolarité 2020/2021 particulièrement perturbée et troublée à tous les niveaux ?

Réponse du Guichet

Avatar par défaut gds_ctp - Département : Equipe du Guichet du Savoir
Le 31/05/2021 à 15h06
Bonjour,

Selon le site groupe-reussite.fr Parcoursup est basée sur l'algorithme de son ancêtre Admission post-bas (APB), décrit dans l'article, mais s'en différencie sur plusieurs points importants : le système ne "simule" plus les tours d'attribution, raison de la présence des réponses "oui si" et "en attente", alors qu'auparavant la sélection ne s'effectuait sans que les élèves le sachent. De plus, l'absence de classement des voeux par ceux-ci, leur donnant un temps de réflexion supplémentaire, et la transparence de toutes les informations concernant leur avancée dans les listes d'attente, sont des nouveautés... dont le bénéfice est diversement apprécié par les intéressés.

Car la même source pointe bien la lenteur de la procédure et le stress induit chez les élèves, dont certains, découragés, finissent par renoncer à des formations qui les intéressaient, provoquant la situation paradoxale d'écoles réputées ne réussissant pas à remplir leurs effectifs. D'autres se retrouveront avec un stress supplémentaire, obligés de trouver en urgence un logement dans une ville universitaire.

Par ailleurs, le système modifie les conditions d'admission à des formations, y compris celles qui ne sont pas sélectives. Répondant à Libération, le sociologue Romain Delès affirme que le programme "crée une égalité de façade qui contribue par ailleurs, peut-être, à faire oublier des inégalités plus fondamentales".

Pour autant, dans l'article "Les plateformes APB et Parcoursup au service de l’égalité des chances ? " (L'année sociologique, 2020, lisible sur Cairn en bibliothèque), Leïla Frouillou, Clément Pin et Agnès van Zanten remarquent que Parcoursup "la stratification de l’enseignement supérieur français et son rôle dans la reproduction des inégalités tout en introduisant de nouvelles dimensions à tonalité plus marchande".

Vous trouverez de nombreux articles sur les avantages et les limites de Parcoursup sur documentation.onisep.fr.

Bonne journée.

DANS NOS COLLECTIONS :

TAGS

Commentaires 0

Connectez-vous pour pouvoir commenter. Se connecter

Poster un commentaire