Question d'origine :

Bonjour. Comment fonctionnent les étiquettes rfid? Peut-on les tuliser pour tout? Quelle est la différence entre rfid et nfc? Merci pour votre réponse!

Réponse du Guichet

Avatar par défaut gds_ctp - Département : Equipe du Guichet du Savoir
Le 30/06/2021 à 12h46
Bonjour,

La technologie RFID - Radio Frequency Identification -, encore appelé "radio-identification", permet de "stocker et récupérer des données à distance en utilisant des balises métalliques, les « Tags RFID ».". Selon Futura sciences, "Ces balises, qui peuvent être collées ou incorporées dans des produits, réagissent aux ondes radio et transmettent des informations à distance."

Utilisée dans un contexte militaire depuis la seconde guerre mondiale, ses applications civiles commencent à se développer depuis les années 2000 : dans le secteur de la logistique, la radio-identification permet une traçabilité optimale de produits, et peut également servir d'antivol. Elle est utilisée dans certaines bibliothèques, présente dans les puces de nos passeports et de nos amis ) quatre pattes, dans les vêtements et accessoires "intelligents"... et son fonctionnement est assez simple :

La RFID, comment ça marche ?

La radio-identification fonctionne simplement : un lecteur lit à distance un tag RFID contenant des données en émettant une fréquence radio.

Le lecteur RFID

Un lecteur RFID peut alimenter les tags passifs, lire et écrire des données sur les tags, convertir les informations reçues et les transmettre à un terminal en émettant des radio-fréquences.
La fréquence varie selon l'utilisation faite. Les basses fréquences ont un taux de transfert lent et une portée courte, mais une capacité de lecture élevée, quel que soit l'environnement. Plus la fréquence est haute, plus le taux de transfert est rapide et la portée longue, plus la capacité de lecture se révèle difficile. Les basses fréquences sont par exemple utilisées pour le suivi d’animaux et d'objets et les plus hautes fréquences pour les télépéages.
Il existe plusieurs types de lecteurs, là encore selon l'utilisation. Ils peuvent être de différentes tailles, fixes ou portatifs.

Les tags RFID passifs

Les radio-étiquettes passives sont alimentées par le lecteur RFID au moment de l'utilisation grâce à un transfert d'énergie par électromagnétisme. Elles ont l'avantage d'être discrètes et fines. Leur fabrication est facile et peu coûteuse. Les tags RFID passifs sont les plus couramment utilisés.


La plupart des tags ne sont pas alimentés en énergie : c'est le lecteur qui, à distance, envoie un signal électromagnétique faisant réagir le tag.

Le site (commercial) aucxis.com et Wikipédia proposent des schémas explicatifs qui clarifieront encore votre compréhension.

Vu sa généralisation et sa fiabilité, la RFID n'est pas sans poser des questions d'éthique et de confidentialité : l'Union européenne a émis des principes restrictifs dans son usage, ainsi que l'obligation d'avertissement des consommateurs/usagers. En France, la Commission nationale informatique et libertés(CNIL) a défini dès 2013 un protocole d'évaluation des risques que fait courir cette technologie aux libertés publiques.

D'après Futura sciences, alors que la RFID met en communication un composant actif et un composant passif, la NFC adapte ce système "pour une communication entre deux composants actifs." C'est ainsi que, d'après DataVizualisation, la NFC (Near Field Communication) "peut être considéré[e] comme une variante" de la RFID :

Pour son fonctionnement, le principe reste le même. Autrement dit, les dispositifs utilisent le système de radiofréquence pour communiquer. En l’occurrence, il s’agit d’une haute fréquence, soit 13,56 MHz.

À noter que le NFC peut faire office de lecteur et de balise. Au contraire, une puce RFID a un sens de communication unique. Ce dernier point est également le cas pour un scanner de code-barres, par exemple. Le NFC peut aussi présenter une compatibilité avec d’autres systèmes si ceux-ci s’alignent sur une fréquence similaire.

Les principales différences entre RFID et NFC

Il existe d’autres différences qui séparent ces deux technologies. Le NFC présente une sécurité optimisée et respecte les protocoles ISO14443 et ISO15693. L’emploi de hautes fréquences implique une portée de communication restreinte, de 0 à 20 cm, voire 10 cm dans certaines situations. C’est notamment le cas pour la reconnaissance de titres de transport ou d’un paiement sans contact. Le système touche désormais le marché des smartphones.

L’intégration concerne également les consoles de jeux pour faciliter les échanges de données ou encore l’utilisation d’une manette sans fil. À titre de comparaison, la portée de la RFID peut varier d’une dizaine de centimètres à plusieurs mètres. Essentiel pour bénéficier d’un champ d’application plus large. Cette dernière se veut ainsi plus pratique pour certaines activités professionnelles, comme la logistique ou la gestion des stocks.


Bonne journée.

DANS NOS COLLECTIONS :

Commentaires 0

Connectez-vous pour pouvoir commenter. Se connecter

Poster un commentaire