Question d'origine :

Serait-il possible de savoir comment a été organisée en cette année scolaire troublée la cohérence de la notation entre établissements, Publics et Privés, d’Ile de France et de Province en vue d’assurer "l’égalité des chances" entre candidats aux filières de l’enseignement supérieur et dans la mesure où le taux de réussite au bac 2020 est bien supérieur à 90% ?

Réponse du Guichet

Avatar par défaut bml_soc - Département : Société
Le 29/05/2021 à 13h39
Bonjour,

Si j'ai bien compris votre question, vous souhaiteriez savoir si l'organisation du Bac en 2021 peut , en cette période de crise sanitaire, assurer l’égalité des chances pour l’accès à l’enseignement supérieur, pour tous les lycéens ? Et encore, votre autre question serait de savoir s'il n'existe pas une inégalité de chance entre :
- Les lycéens issus d’ établissements publics et privés
- Entre les lycéens d'Ille de France et ceux de province

Nous allons tenter de répondre à ces questions de manière synthétique, mais le sujet est vaste :

Pour le bac 2021 : l’Education Nationale considère que le « grand oral » est un levier pour l’égalité des chances.

Cependant, à cause de la crise sanitaire et de la fermeture des lycées au mois d’avril, les élèves de première et de terminale se positionnement largement en faveur d’un contrôle continu intégral et de l’annulation de épreuves du baccalauréat de la fin de l’année, selon un sondage créé et administré par l’Etudiant.
Dans le détail, trois élèves de première sur quatre (76%) souhaitent que les épreuves de français soient annulées. En terminale, ils sont 79% à demander l’annulation de la philo, et 61% celle du grand oral..

Certes, pour l’Education Nationale, les épreuves communes de contrôle continu (E3C) sont aussi un levier pour l’égalité des chances :

L’introduction d’une part de contrôle continu dans le baccalauréat (40 % de la note finale) permet de valoriser le travail régulier des élèves et leurs progrès. Les notes des bulletins de première et de terminale comptent pour 10 % et les notes obtenues à trois séries d’épreuves communes, deux en première et une en terminale, pour 30 %. Cette disposition est une garantie d’objectivité pour l’égalité des chances.

Mais le ministre de l’Education Nationale ne veut pas pour autant de contrôle continu intégral pour le Bac 2021. Seuls des ajustements seront effectués :

Au terme du Bac 2020 qui s’est traduite par la numérisation et la correction en ligne d’1,7 million de copies, des ajustements et des assouplissements sont apparus nécessaires. Le comité de suivi de la réforme du lycée général et technologique, réuni le mercredi 11 mars 2020 a fait des propositions. Jean Michel Blanquer, ministre de l'Éducation Nationale et de la Jeunesse a adressé aux membres du comité de suivi de la réforme du lycée une une lettre indiquant en quoi « La transformation de nos lycées et le renforcement du baccalauréat sont essentiels pour lutter contre l'échec d'un trop grand nombre de nos étudiants en licence : 60 % d'entre eux n'arrivent pas à obtenir ce diplôme en trois ans ».

Avec ces ajustements, selon notre Ministre de l’Education Nationale, le Bac 2021 permet :
- Une plus grande liberté laissée aux élèves dans le choix de leurs enseignements
- L'introduction d'une part de contrôle continu permettent dès à présent aux élèves de première de travailler avec plus de régularité, ce qui les fera réussir dans le supérieur.
- Une banque nationale de sujets (BNS) sera ouverte à tous les professeurs pour faciliter le travail commun en vue des propositions de sujets au chef d'établissement. En avril, la BNS sera accessible au grand public afin que les élèves et leurs familles puissent avoir connaissance des sujets.
- Une simplification des modalités d’organisation du contrôle continue afin qu’il s’articule mieux avec la vie de l’établissement
- Le calendrier des épreuves est assoupli. Les épreuves pourront se dérouler, au choix des établissements, à partir du 20 avril et jusqu'au mois de juin. Cela assurera aux élèves une durée d'apprentissage suffisante entre les deux séries d'épreuves tout en leur garantissant un accès à leurs copies et à leurs notes avant la mi-juillet.

Pour le Bac 2021, il existe une différence entre, d’une part, les lycées publics et lycées privées sous contrat, et d’autre part les lycées du privé «hors contrat» :

Les lycéens des établissements indépendants, dits «hors contrat» seront soumis à un bac spécifique, plus difficile et contraignant, ce qui a été confirmé par un arrêt du Conseil d'État - Juge des référés du 22 avril 2021 / n° 450334 :

- le bénéfice du contrôle continu leur est refusé contrairement à leurs homologues de l’enseignement public ou privé sous contrat.
- les épreuves de spécialité, que les lycéens devaient passer à la mi- mars ont été annulées et remplacées par les moyennes de leurs bulletins scolaires ; mais pour les élèves des établissements « hors contrat », celles-ci sont uniquement reportées pour la mi-juin.
- Ainsi, Pendant que les élèves de terminale du public et du privé sous-contrat auront, pour obtenir leur baccalauréat général ou technologique, à réviser les seules épreuves du grand oral et de philosophie, qui seront donc leurs seuls examens de toute l’année scolaire 2020-2021, les élèves de terminale du privé hors-contrat auront, quant à eux, à réviser, en plus du grand oral et de la philosophie, l’histoire-géographie (programmes de première et terminale!), l’enseignement scientifique ou les mathématiques (programmes de première et terminale!), leurs deux langues vivantes (programmes de première et terminale!) ainsi que leurs deux épreuves de spécialité.
- Par ailleurs, seuls les candidats au baccalauréat issus des établissements publics et des établissements privés sous contrat sont évalués au titre de cet enseignement optionnel. En outre, ils bénéficient d’un mécanisme de bonification qui leur permet de multiplier par 3 les points obtenus pour toute note supérieure à 10/20. Cette différence n’a par contre pas parue justifiée, et le Conseil d’État par une décision du 14 avril 2021 - N° 450307 a ordonné en urgence au ministère de l’éducation nationale, d’organiser une évaluation de l’option Langues et cultures de l’Antiquité pour les élèves des lycées hors contrat lors du baccalauréat 2021.

Enfin, pour répondre à votre dernière question, il n’existe pas d’inégalité de chance entre les lycéens de la région parisienne et ceux de la province. Par contre, dans certains lycées, les élèves ont toujours été en présentiel, ils ont donc plus d'heures de pratique.

. Le problème, est que le Ministre de l'Education Nationale n'a pas donné de cadre pour réduire les jauges dans les lycées.
C'est ainsi que certains élèves sont toujours allés en classe, en raison de la taille de leur établissement.

Nous espérons n'avoir pas été trop long dans nos explications, et avoir répondu à votre question, qui, il est vrai en regroupait plusieurs.

Bien cordialement,

Le département Société.

DANS NOS COLLECTIONS :

TAGS

Commentaires 0

Connectez-vous pour pouvoir commenter. Se connecter

Poster un commentaire