Question d'origine :

Nous cherchons tout sur Petrequin Joseph éléonor Sa vie sa carrière sa famille ces ancêtres Merci

Réponse du Guichet

Avatar personnalisé gds_db - Département : Equipe du Guichet du Savoir
Le 27/04/2021 à 12h19
Bonjour,

Précisons qu’en raison de la situation sanitaire, nous sommes actuellement en télétravail et n’avons pas accès aux documents de la bibliothèque. Pour vous répondre, nous devons nous contenter des ressources disponibles en ligne.

Vous retrouverez l'arbre généalogique de Joseph-Pierre Pétrequin sur le site genanet.

En ligne, vous pourrez lire le Discours prononcés le 5 juin 1876 aux funérailles de M. le Dr Pétrequin par le Docteur Teissier, président de l'Académie
et d'autres documents numérisés sur Gallica :
- Contribution à l'histoire de la chirurgie lyonnaise au point de vue des pansements et de l'antisepsie : thèse présentée à la Faculté de médecine... / par Joseph Thevenet
- Mémoires de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts - 1er janvier 1939
- Dictionnaire universel des contemporains : contenant toutes les personnes notables de la France et des pays étrangers... : ouvrage rédigé et continuellement tenu à jour, avec le concours d'écrivains et de savants de tous les pays

La Bibliothèque municipale de Lyon conserve de nombreuses publications du Dr Petrequin.

Une notice est probablement présente à la page 59 de l'ouvrage intitulé Le bistouri et la plume : les médecins écrivains : dictionnaire-anthologie de Louis-Paul Fischer que nous n'avons malheureusement pas pu consulter.

Peut-être dispose-t-il d'une notice dans les dictionnaires suivants ? Nous vous en dirons plus dès notre retour dans les locaux de la bibliothèque.
- Dictionnaire historique de Lyon [Livre] / Patrice Béghain, Bruno Benoit, Gérard Corneloup, Bruno Thévenon
- Dictionnaire des grands Lyonnais. [Livre] / Claude Chevally
- Dictionnaire bio-bibliographique des écrivains lyonnais [Livre] : 1880-1940 / Bernard Poche
- Dictionnaire de lyonnaiseries [Livre] / par Louis Maynard
...

Voici pour finir quelques thèses dans lesquelles une biographie du Dr Petrequin est proposée. Vous pourrez les consulter à la BU de Santé de Lyon I :
- Joseph Eléonord Pétrequin (1809-1876) : 10ème Chirurgien-Major de l'Hôtel-Dieu de Lyon : Historien de la Médecine / Issa Ali ; sous la dir. du Pr. Louis Fischer
- La chirurgie à Lyon : les chirurgiens majors de l'Hôtel-Dieu de 1788 à 1913 / Pierre-Yves Fournier ; sous la dir. du Pr. Louis Paul Fischer
- La Chirurgie à Lyon : évolution au cours des siècles : l'âge d'or du XIXème siècle / Pascaline Davin ; sous la direction de Louis-Paul Fischer

Université Claude Bernard.SCD-BU Santé
8, avenue Rockefeller
69373 Lyon CEDEX 08

Bonne journée.

Réponse du Guichet

Avatar personnalisé gds_db - Département : Equipe du Guichet du Savoir
Le 07/05/2021 à 07h31
Bonjour,

De retour à la bibliothèque, nous avons pu consulter quelques dictionnaires biographiques.
On retrouve une courte notice à la page 271 du Dictionnaire de lyonnaiseries de Louis Maynard, et une beaucoup plus longue dans le Dictionnaire historique de Lyon, à la page 999.

Voici celle qui est présente dans le Dictionnaire des grands Lyonnais de Claude Chevally à la page 185 :
" Joseph PETREQUIN (1809-1876) - Fils du fermier de la terre de la Tête d'Or, né à Villeurbanne, reçu au concours de l'internat en chirurgie en 1829, puis au majorat de l'Hôtel-Dieu en avril 1837, il succèdera à Amédée Bonnet après sa prise de fonction à l'Hôtel Dieu en 1844, année où il publie un "Traité d'anatomie médico-chirurgicale et topographique". Auteur, quelques années plus tard, d'une "Histoire médico-chirurgicale de l'Hôtel-Dieu", il fut le premier à expérimenter et à promouvoir en 1845, sur une idée de Jean-Charles Pravaz, le traitement des anévrismes artériels par la galvano-puncture. Successeur de Janson, lisant le grec et le latin, pionnier de l'antisepsie, promoteur de l'anesthésie ayant démontré la supériorité de l'éther sur le chloroforme, il sera professeur de pathologie externe et de médecine opératoire de 1854 à 1873 et ses recherches sur les amputations et les résections des membres inférieurs ont marqué l'époque. Deux ans avant sa mort, il aura la joie d'apprendre la création à Lyon d'une Faculté de médecine pour laquelle il a beaucoup milité. Mais il mourra (à Fontaine-sur-Saône) un an avant l'officialisation de cette création. Considéré comme le plus grand historien lyonnais de la médecine, membre de l'Académie , il s'est beaucoup attaché aux œuvres d'Hippocrate, via sa remarquable "Chirurgie d'Hippocrate", publiée en 1878, qu'il a mis 25 ans à rédiger. "

Bonne journée.

DANS NOS COLLECTIONS :

Commentaires 0

Connectez-vous pour pouvoir commenter. Se connecter

Poster un commentaire