Question d'origine :

Bonjour, actuellement en DE CESF, je dois rédiger un mémoire sur les personnes en situation de handicap psychique. 

Auriez vous des ouvrages à me recommander sur ce public en lien avec la vie quotidienne (leur accès au logement, à l'emploi, à leur insersion dans la société, leur budget... ect)

Réponse du Guichet

Avatar personnalisé gds_et - Département : Equipe du Guichet du Savoir
Le 12/10/2021 à 12h24

Nous vous proposons ci-dessous une sélection de références bibliographiques et d'autres ressources qui vous seront utiles dans le cadre de votre recherche.

Bonjour,

 

Commençons par des éléments de définition sur le handicap psychique. Voici ce qu'indique le site de l'Unafam (Union nationale de familles et amis de personnes malades et / ou handicapées psychiques) :

 

La notion de handicap psychique, défendue par l’Unafam, est inscrite dans la loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. « Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d'activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d'une altération substantielle, durable ou définitive d'une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d'un polyhandicap ou d'un trouble de santé invalidant »

 

Spécificités du handicap psychique

Le handicap psychique se distingue de la déficience intellectuelle ou handicap mental 

  • Le handicap mental résulte le plus souvent de pathologies identifiables (traumatisme, anomalie génétique, accident cérébral…). Il associe une limitation des capacités intellectuelles qui n’évoluent pas, une stabilité dans les manifestations des symptômes et une prise de médicaments très modérée.
  • Le handicap psychique, conséquence de la maladie psychique, reste de cause inconnue. Les capacités intellectuelles sont préservées et peuvent évoluer de manière satisfaisante. C’est la possibilité de les mobiliser qui est déficiente. La symptomatologie est instable. La prise de médicaments est le plus souvent indispensable, associée à des techniques de soins visant la réadaptation en s’appuyant sur les capacités préservées.

Le handicap psychique est la conséquence de diverses maladies 

  • Psychoses, et en particulier les troubles schizophréniques
  • Troubles bipolaires
  • Troubles graves de la personnalité (personnalité borderline, par exemple)
  • Certains troubles névrotiques graves comme les TOC (troubles obsessionnels compulsifs)

Dans le handicap d’origine psychique, c’est l’organisation qui est en cause, comme l’organisation du temps, l’anticipation des conséquences d’un acte, la possibilité de communiquer de façon participative, mémoriser, concevoir les réactions des autres, associés à l’absence de participation sociale.

Des fonctions altérées par les troubles psychiques

Les fonctions altérées par les troubles psychiques conduisent à des limitations d’activités et de capacités.

Les altérations de la cognition froide 

  • Capacité à s’organiser dans une activité habituelle : planifier, organiser, anticiper
  • Capacité à s’organiser dans une activité inhabituelle
  • Capacités d’apprentissage
  • Capacité à se concentrer, fixer son attention et à mémoriser

Les altérations de la cognition psychosociale ou capacités de communication et de compréhension des autres 

  • Capacités d’empathie cognitive : savoir « se mettre à la place de l’autre » et le comprendre
  • Capacités d’empathie émotionnelle : se montrer sensible aux émotions d’autrui, se montrer compréhensif et capable de tact et de respect
  • Capacités à identifier les rôles sociaux, la signification des situations sociales

Les altérations de la motivation 

  • Difficulté à initier une action de base, c'est-à-dire les gestes élémentaires de la vie quotidienne
  • Difficulté à anticiper, à entreprendre ou à persévérer
  • Difficultés à gérer le temps
  • Curiosité, désirs

Les altérations des capacités d’autoévaluation et des capacités à demander de l’aide

  • Difficulté à évaluer ses capacités, à reconnaître ses limites et à les prendre en compte
  • Difficulté à savoir demander de l’aide en cas de besoin et à coopérer aux soins

La situation de handicap rend la vie difficile pour la personne malade et son entourage. Ce n’est pas la maladie psychique qui donne lieu à l’attribution d’un taux d’incapacité, mais les limites qu’elle suscite dans la vie quotidienne avec ses retentissements sur la vie sociale et professionnelle.

Cinq domaines de la vie courante sont à prendre en considération

  • la capacité à prendre soin de soi
  • la capacité à établir des relations durables
  • la capacité à se former et à avoir une vie professionnelle
  • la capacité à se maintenir dans un logement
  • la capacité à organiser une vie sociale et des loisirs

 

Vous cherchez des ressources bibliographiques sur le handicap psychique et en particulier son impact sur la vie quotidienne. Voici quelques titres de notre catalogue qui pourront vous apporter des pistes :

 

La réhabilitation psychosociale regroupe des pratiques destinées à favoriser le rétablissement des personnes ayant des troubles psychiques sévères (troubles du spectre de la schizophrénie, troubles du spectre de l'autisme, troubles bipolaires, troubles sévères de la personnalité, etc.). Elle s'appuie sur la mise en évidence de leurs ressources, y compris cognitives, et sur le renforcement de leurs capacités de décision et d'action. Ce traité témoigne de la pluralité et de l'ampleur des travaux engagés. Rassemblant une somme considérable de données, il permet d'embrasser la complexité, la diversité et la richesse de cette discipline porteuse d'espoir pour ses usagers comme pour ses professionnels. Il fait le lien entre, d'une part, les aspects théoriques et, d'autre part, les programmes d'évaluation et de soin et les organisations pratiques. Il a été rédigé sous la direction du professeur Nicolas Franck par plus de 150 auteurs. Chacun d'entre eux, qu'il s'agisse d'un professionnel (enseignant-chercheur, psychiatre, psychologue spécialisé en neuropsychologie, psychologue clinicien, ergothérapeute, infirmier ou coordonnateur de réseau), d'une personne concernée par la maladie psychique ou d'un proche, est particulièrement représentatif et reconnu dans son domaine propre. Il fait un inventaire quasi exhaustif des réflexions, des recherches et des procédés thérapeutiques (psychoéducation, remédiation cognitive, entraînement de la cognition sociale, accompagnement vers l'emploi, entraide entre pairs, etc.) déployés dans le champ de la réhabilitation psychosociale. Celle-ci devrait représenter la norme en termes de prise en charge des troubles psychiques sévères, dans la mesure où elle constitue un facteur crucial de continuité des parcours, de prévention des rechutes et d'inclusion sociale.

 

Un panorama des mesures politiques et institutionnelles en faveur de l'inclusion des handicapés mentaux et psychiques en France. L'ensemble des pratiques professionnelles et des dispositifs à leur destination est présenté.

 

Clarifie la notion de handicap psychique, situe ses spécificités. Positionne les ambiguïtés dans sa prise en charge (articulation sanitaire/social par exemple). Présente des initiatives concrètes d'accompagnement et dégage les enseignements nécessaires. Propose des démarches d'actions locales et nationales pour renforcer les dispositifs en s'appuyant sur les réalisations phares à l'étranger.

 

La journaliste a recueilli la parole du directeur de l'Etablissement et service d'aide par le travail qui a porté un projet d'inclusion de personnes handicapées psychiques à Mézin, un village de Lot-et-Garonne. Leurs échanges témoignent de la complexité institutionnelle, des problématiques locales et rurales, des pressions budgétaires, de la difficulté de faire accepter la différence, etc.

 

Présentation des initiatives du club ARIHM (Action et recherche, insertion et handicaps mentaux) pour l'insertion des personnes en situation de handicap mental dans les entreprises et le développement de leurs compétences, à travers les parcours des différents acteurs et l'étude de situations cliniques.

 

 

Une synthèse sur la connaissance des troubles importants des fonctions cognitives, la compréhension de leur impact sur les processus d'apprentissage et la mise en place de situations d'apprentissage adaptées. Cette édition prend en compte les évolutions avec le projet d'Ulis-école et l'élaboration du Guide d'évaluation des besoins de compensation en matière de scolarisation.

 

Critique du système de santé, trop centré, selon les contributeurs, sur le curatif et la réparation, au détriment de la prévention et de la réinsertion. Les textes ouvrent quelques voies pour comprendre les problématiques et des pistes pour les pratiques, qu'elles relèvent de la clinique, de la formation ou de la politique sociale.

 

Le recours aux activités physiques et sportives en santé mentale prend tout son sens lorsqu'il est adapté à l'état clinique du patient, en association avec les traitements médicamenteux et les psychothérapies. Son effet bénéfique est aujourd'hui démontré sur le traitement de la schizophrénie, de la dépression et des autres troubles mentaux. Faciliter l'accès du malade à des structures adaptées au plus près de ses besoins et de ses envies est devenu un enjeu de santé publique. Cet ouvrage pluridisciplinaire témoigne de pratiques innovantes. Son but est d'amener chacun - personnel soignant, professionnels de l'activité physique - à prendre conscience de l'importance de l'AP dans le traitement et la prévention des pathologies mentales.

 

En complément, nous avons effectué une recherche dans le catalogue Sudoc :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous vous invitons à poursuivre les recherches dans le Sudoc à l'aide du mot clé handicapés psychiques.

 

Nous vous conseillons également de regarder du côté de Cairn, où vous trouverez des références d'articles en lien avec votre sujet, par exemple :

Eideliman, Jean-Sébastien. « Vivre avec un handicap psychique à domicile : une approche statistique par les arrangements pratiques », Revue française des affaires sociales, no. 1-2, 2009, pp. 41-63.

Lotte, Lynda, et Gilles Séraphin. « Le handicap psychique : un concept ? Une enquête auprès de la population majeure protégée », Ethnologie française, vol. 39, no. 3, 2009, pp. 453-462.

 

La base Isidore vous sera également utile dans votre recherche.

 

Bonne journée.

DANS NOS COLLECTIONS :

Commentaires 0

Connectez-vous pour pouvoir commenter. Se connecter

Poster un commentaire