Question d'origine :

Bonjour,

A l'heure où des "foires nationales" ou des "comices agricoles" prétendent accueillir des dizaines de milliers de visiteurs, sans masque mais avec pass sanitaire, comment expliquer que celui-ci ne soit pas requis dans certains lieux publics tels que salles de lecture des archives départementales ou amplis dans les université, ce qui allégerait la contrainte du masque et rétablirait sans doute un peu la confiance entre profs,élèves et encadrants ?

 

Réponse du Guichet

Avatar par défaut l'anagnoste - Département : Société
Le 30/09/2021 à 14h20

L'absence de pass sanitaire est destiné à favoriser l'accès aux archives de tous les professionnels et aux universités de tous les étudiants.

Concernant l’absence d’obligation d’un pass sanitaire pour accéder aux salles de travail des archives départementales, la Revue française de généalogie fournit une explication. Cette exception vise en effet à ne pas pénaliser les chercheurs «professionnels».

Archives : accès aux salles de lecture sans pass sanitaire

«Pour mener vos recherches généalogiques dans un service d'archives, la carte de lecteur reste l'unique sésame à présenter ; nul besoin de vous munir de votre pass sanitaire. Le décret du 7 août 2021 pris en application de la loi relative à la gestion de la crise sanitaire mentionnecette exception au profit "des personnes accédant à ces établissements pour des motifs professionnels ou à des fins de recherche".»

 

Pour les universités, nous nous sommes doutés que l’accès sans pass sanitaire visait à accueillir tous les étudiants, après une année universitaire 2020-2021 des plus difficiles pour le suivi régulier des enseignements, mais nous n’avons trouvé que peu de mention de cette justification.

Le site du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, titre sa page d’information sur le protocole sanitaire dans les universités dans ces termes: «accueillir 100% des étudiants»:

Rentrée 2021 : accueillir 100% des étudiants, déployer la vaccination

 

Selon un angle de vue un peu différent, le site web des Échos parle de «100% présentiel»:

Covid: comment les universités jonglent avec le «100% présentiel»

«Officiellement, la rentrée universitaire est à « 100 % en présentiel ». Mais la réalité quotidienne est plus complexe et contraint les établissements à jongler avec les contraintes sanitaires, le manque de locaux et certains enseignants qui veulent continuer à faire cours à distance.

En ces temps de rentrée universitaire, le « 100 % présentiel » est devenu un mot d'ordre dans la bouche de la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal. « Globalement, la rentrée s'est faite en présentiel », affirme Manuel Tunon de Lara, à la tête de la Conférence des présidents d'université (CPU). La situation est toutefois très variable d'une formation à l'autre.

« La tendance est aux cours en hybride, c'est-à-dire du présentiel sur les travaux dirigés et du distanciel sur les cours magistraux », indique Paul Mayaux, président de la Fage, la première organisation étudiante. « L'objectif, c'est bien de faire du 100 % présentiel, selon Franck Loureiro, secrétaire général adjoint du Sgen-CFDT. Mais il faut que les établissements puissent s'adapter et respecter les consignes sanitaires liées à la pandémie. »

 

DANS NOS COLLECTIONS :

Commentaires 0

Connectez-vous pour pouvoir commenter. Se connecter

Poster un commentaire