Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Récentes > Félia Litvinne

Félia Litvinne

par gurun, le 02/05/2004 à 20:33 - 5616 visites

Qui pourrait m'indiquer le lieu où a été enterrée la soprano Félia Litvinne (vrai nom Françoise Jeanne Schütz), spécialiste de Wagner et Verdi ?
Tous détails sur sa vie acceptés avec reconnaissance.
Née en 1860 à St Petersbourg, d'un père russe et d'une mère franco-canadienne, morte sans doute en France, où elle a beaucoup chanté (notamment la Marseillaise lors de l'armistice de 1918) et où elle avait acheté une propriété dans le sud ouest.

Réponse du Guichet du savoir

par bml_mus, le 04/05/2004 à 16:51

Réponse du département Musique

Nous n'avons pu localiser le lieu précis de sa sépulture.
Mais sur le site Musicweb (en anglais) vous trouverez de nombreux éléments biographiques ainsi que sur Cantabile-subito (également en anglais). Ce dernier site est abondamment illustré.

Réponse de

par gds_cdp, le 12/05/2004 à 17:59

Réponse du service Guichet du Savoir

En complément, vous pouvez consulter l'ouvrage de Gustave Samazeuilh, Musiciens de mon temps : chroniques et souvenirs qui consacre une brève notice biographique à Félia Litvinne (et dont certains éléments sont contradictoires avec ceux du site de la réponse précédente...) :

"[i]13 octobre 1936
Une brillante cantatrice, devenue nôtre dès sa jeunesse, vient de nous quitter, au soir d'une carrière consacrée tout entière au service des grandes oeuvres, à la défense désintéressée des nobles causes.

Née à Petrograd, en 1863, d'un père russe et d'une mère canadienne, Félia Litvinne vint de bonne heure à Paris, où elle fut l'élève de Madame Barthe-Bonderali et du célèbre baryton Victor Maurel. Dès ses débuts au théâtre italien, en 1882, dans Simon Bacanegra et Hernani, son organe de soprano dramatique puissant, égal, sans trous, fit sensation.

En 1884, elle créait à Bruxelles la Walkyrie, puis elle entrait en 1885 à l'Opéra pour y chanter avec l'éclat que l'on sait les grands rôles du répertoire : les Huguenots, la Juive, l'Africaine. On l'applaudit ensuite au théâtre San Carlo de Naples, à la Scala de Milan, à Pétrograd et à Moscou, où elle créait la Judith de Séroff, à Breslau, à Marseille et à Lyon. Après des saisons passées à Lisbonne et à Nice, Félia Litvinne faisait à Paris une rentrée chaleureusement fêtée, en interprétant le rôle d'Isolde aux superbes représentations de Tristant et Isolde données en 1899 au théâtre de la rue Blanche par Charles Lamoureux, et dont ceux auxquels il a été donné d'y assister ne perdront jamais le souvenir. En 1902, elle créait le rôle de Brunnhilde du Crépuscule des Dieux, et reprenait celui d'Isolde aux soirées wagnériennes organisées au théâtre du Château-d'Eau par M. Alfred Cortot auxquelles collaborèrent Hans Richter et Félix Mottl. Plus tard, elle chantait Alceste à l'Opéra-Comique, les Troyens à Orange, Parsifal à Amsterdam, l'Ancêtre et Déjanire de Saint-Saëns, à Monte Carlo, sans préjudice de tournées en Russie, en Amérique du Sud. De nombreuses distinctions françaises et étrangères consacrèrent sa renommée.

Les amis de la musique n'oublieront pas cette voix d'or, capable des plus héroïques élans et des plus suaves caresses qui s'orientait chaque jour davantage vers l'expression, cette nature généreuse et spontanée, qui revit tout entière dans le volume de souvenirs "Ma vie et mon Art", que Félia Litvinne publia voici quelques années. Elle vivait aussi dans ses leçons, dans le concours qu'elle prêta toute sa vie aux entreprises intéressantes, aux oeuvres charitables, aux artistes malheureux. Elle n'avait oublié qu'elle. Quand vinrent les heures difficiles, elle les accepta avec courage et dignité. Elle laisse un grand exemple, parce qu'elle avait un grand coeur, et qu'elle appartenait à cette lignée des interprètes qui ont l'orgueil de leur mission."[/i]

Elle serait peut-être enterrée au cimetière du Père Lachaise...

Son ouvrage : "Ma vie mon art" est disponible à la Bibliothèque nationale de France :

Type : texte imprimé, monographie

Auteur(s) : Litvinne, Felia
Titre(s) : Ma vie et mon art [Texte imprimé] : souvenirs / Felia Litvinne ; préface de Charles Widor,...
Publication : Paris : Plon, 1933
Description matérielle : 292 p.-[7] p. de pl. : photogr. ; 19 cm
Note(s) : Ouvrage daté d'après la déclaration du dépot légal
Autre(s) auteur(s) : Widor, Charles-Marie (1844-1937 ). Préfacier
Sujet(s) : Litvine, Felia Vasilievna (1860-1936 )
Indice(s) Dewey : 782.1

Notice n° : FRBNF37749156

Réponse du Guichet du savoir

par bml_mus, le 14/05/2004 à 13:39

Réponse du département Musique

Le site findagrave.com nous apprend que Felia Litvine est inhumée au Cimetière du Père Lachaise Division 95.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact