Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Récentes > Balthazard Tissier

Balthazard Tissier

par Bru Bernard, le 08/01/2020 à 16:45 - 94 visites

Je recherche des informations sur Balthazard Tissier né à Lyon le 27 avril 1732 et mort à Lyon en 1803 (informations non vérifiées)

balthazard Tissier est le frère de François Marie Tissier (1737-1811) pharmacien à Lyon membre de l Académie de Lyon et de plusieurs sociétés savantes.

balthazard aurait fait profession chez les Augustins déchaussés de Lyon en 1748, il serait ensuite au couvent ND des Victoires à Paris. En 1790, il prête le serment constitutionnel et est élu vicaire épiscopal à Luçon jusqu'à la fin de l'année 1793. Il se marie et son parcours se perd un peu mais, privé de tout emploi, il semble être retourné chez son frère François Marie à Lyon. Il est ensuite instituteur de physique et chimie à Bourg de 1796 jusqu'à la fin de l'année 1801, il est alors révoqué par le ministère de l'intérieur et retourne chez son frère à Mon où il serait mort en 1803.

voilà tout ce que je sais ou crois savoir, mais ce balthazard est essentiellement énigmatique et j'aimerais avoir des éléments plus assurés le concernant.

en vous remerciant , je vous prie de croire en mes sentiments très cordiaux

bernard bru

Réponse du Guichet du savoir

par bml_reg, le 10/01/2020 à 16:11

Réponse de la Documentation régionale

Bonjour,

Dans les documents et sites consultés, nous n’avons pas trouvé de biographie complète concernant Balthazard Tissier. Cependant voici les informations l’évoquant que nous avons vues au cours de nos recherches.
Ainsi dans Le Clergé vendéen face à la Révolution de Louis Delhommeau, il est le cinquième vicaire dont l’évêque constitutionnel s’entoure : Balthazar Tissier, vient de Lyon : c’est un chanoine régulier de Saint-Augustin qui, en mai 1791, était vicaire à Paris ; nommé vicaire épiscopal de Rodrigue le 22 juillet suivant, il se marie et, en 1803, se retire à Lyon.

Dans le Dictionnaire des Vendéens, site sur lequel on trouve principalement des éléments biographiques correspondants à la période 1791-1795. Cependant, il est mentionné être né le 25 et non 27 avril 1732, à Lyon Paroisse Saint-Pierre et Saint-Saturnin. Il est mort en 1803 à Lyon, sans plus de précision. Son père Vincent Tissier a pour profession métier du textile, de l’habillement et de la mode, maître ouvrier en draps de soie. Sa mère est Françoise Capitan. Balthazard Tissier est ecclésiastique, prêtre assermenté. Augustin de la congrégation réformée de France. Profès chez les Augustins du 17-05-1748. Du couvent Notre-Dame des Victoires de Paris. Aurait été précepteur des neveux du député à la Constituante, Jacques [de] Menou (député de la noblesse de Touraine, aux états généraux). Assermenté….. En novembre à Saint-Gilles signe le procès verbal de la plantation d’un arbre de la liberté : « Tissier, vicaire épiscopal, curé, desservant ». Présent à Luçon et parrain au baptême d’un fils du médecin Henri François Morand, où il signe « vicaire épiscopal », le 31-12-1792 [noter une signature : Félicité Richardet voir supra !]. Au début de 1793 dessert Nalliers. Se serait réfugié à La Rochelle en mars 1793 avec sa mère (?) et un domestique, mais revient à Luçon quelques jours après (voir Claudy Valin, Ecrits d’Ouest, n° 17, p. 249). Abdicataire le 19 frimaire an II (9 décembre 1793), 9e de la première liste, en qualité de desservant de Nalliers et « ex-vicaire épiscopal ». Fait brûler ses lettres de prêtrise.
- Marié avec Philiberte Charles, veuve d’un architecte, Richardet, et mère de trois enfants (écrit dans sa lettre au cardinal Caprara qu’il se serait marié en « décembre 1791 », est-ce un lapsus, une erreur ? …..
- Chez son frère, pharmacien (ex-prêtre ?), Place des Terreaux à Lyon, en 1803. Demande la réhabilitation de son mariage au légat, le cardinal Caprara, et l’obtient. « Orateur des solennités patriotiques » dit l’abbé Grelier. Artarit RV 5. Plongeron Les Réguliers de Paris 249-250. Chassin P I 338, 783. ADV L 497. AN AF/IV/1904 d 3 pce 112-116. AF/IV/1891 10 cahier 57. Vous pouvez lire l'intégralité de cette biographie sur le site.

Suit ensuite sa carrière ecclésiastique : Ordre des chanoines réguliers de Saint-Augustin, date de sécularisation 09 décembre 1793 ; précepteur à Paris en 1789 ; Vicaire constitutionnel à Saint-André-des-Arts à Paris en 1791 ; Vicaire épiscopal à Luçon (Vendé) en novembre 1791 ; Curé constitutionnel à Saint-Gilles-sur-Vie (Vendée) en octobre 1792 et à Nalliers (Vendée) ; puis retiré à Paris en juillet 1795.

Nous avons aussi retrouvé des informations le concernant parues dans les Annales de la société d’émulation de l’Ain et retrouvées à partir de ce site : Le 27 Floréal an VI (16 Mai 1798), on réclame du citoyen Tissier, professeur de chimie, un inventaire des instruments, fournaux, sels de la salle de physique ; puis, en sa présence, cet inventaire est reconnu, le 1 prairial an VI (20 mai 1798), par le citoyen Goyffon, président de l’administration municipale de Bourg. ……….S’est présenté le citoyen Amperre, nommé par arrêté du préfet de l’Ain, en datte du jour d’hier, à la chaire vacante de physique et chimie expérimentale de l’école centrale de ce département ……. Quatre jours plus tard Ampère, en présence de son prédécesseur Tissier, prenait possession des appareils du cabinet de physique. Le récolement qui en fut fait montre que si vingt-trois objets inscrits dans l’inventaire ne s’y retrouvent pas, il y en a vingt-huit de plus que ceux portés à l’inventaire (M. Tissier ne parait pas avoir été un modèle d’ordre).

Son frère François étant membre de L’Académie de Lyon, nous avons consulté le Dictionnaire historique des Académiciens de Lyon (1700-2016) . Certaines informations mentionnées dans la notice de son frère concernent également Balthazar Tissier. Il est né de « parents honnêtes, livrés au commerce et travaillant dans le genre de ceux qu’on appelle ici fabricants » Il est le fils de Vincent Tissier, fabricant en soie, et de Claudine Françoise Capitan (née à Lyon, Notre-Dame-de-la Platière, le 14 novembre 1720, elle-même fille d’un maître fabricant). Orphelin jeune (son père, décédé à 44 ans, est inhumé paroisse Saint-Pierre Saint-Saturnin le 4 octobre 1747).
  • 0 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact