Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Récentes > Hotel Charrier 8 rue Boissac à Lyon

Hotel Charrier 8 rue Boissac à Lyon

par Brucharr, le 29/11/2019 à 12:16 - 137 visites

Bonjour !

Je cherche à trouver l'origine du nom de l'Hôtel particulier construit au 8 de la rue Boissac à Lyon en 1645, lors de la percée de la rue.

S'agit-il du nom de la personne qui l'a fait construire ?
Dans ce cas, s'agit de Jean Charrier de la Roche trésorier de France, Gaspard Charrier lieutenant particulier et criminel au présidial de Lyon, ou, encore, de Louis Charrier de la Roche, prévôt du chapitre noble d'Ainay ?

Merci d'avance de vos lumières et bravo pour votre site !!!!!

Réponse du Guichet du savoir

par bml_reg, le 30/11/2019 à 17:28

Réponse de la Documentation régionale

Bonjour,

L’hôtel de la rue Boissac qui fait l’objet de votre question se situe dans le quartier d'Ainay sur la Presqu’Ile. Dans ce quartier du 2e arrondissement de Lyon subsistent encore aujourd'hui de nombreux hôtels particuliers des XVIIe et XVIIIe siècles, témoins des grandes familles d'alors.

Grâce à nos collections numérisées de la presse ancienne lyonnaise sur Numelyo, nous avons confirmation que l’hôtel au 8 rue Boissac à un temps appartenu à la famille Charrier de la Roche :
Citer:
Les maisons du n°6 et 8 ont été construites par l’entrepreneur en bâtiments Claude Chana entre 1645 et 1650. La maison au n°8 fut vendue le 17 juin 1795 à Jean Duret conseiller du Roi et seigneur de Grigny. Au siècle suivant, elle passa aux Charrier de la Roche puis par alliance à la famille de de Monspey. Cette maison acquise en 1866 par Marius Cote est devenue fin 19e la propriété des Dames du Sacré Cœur, qui ont réunies les deux maisons.
Sources :
- La construction lyonnaise n°12, 1879 : porte de la maison de Claret de la Tourette, rue Boissac 6
- Le progrès illustré n°429 du 5 mars 1899 : Les rues de Lyon historiques et pittoresques Quartier Bellecour : rue Boissac

Un autre journal numérisé sur Gallica de la BNF confirme ces appartenances : Lyon-revue : recueil littéraire, historique & archéologique, mars 1886.


Toutefois, ayant davantage trouvé d’informations sur la famille Claret de Fleurieu, propriétaire de l'hôtel au 6 de la rue Boissac, nous vous livrons le fruit de nos recherches :

Nous pouvons remonter à Jean Claret (1620-1704) marchand bourgeois de Lyon puis échevin de la Ville en 1689-1690, qui achète en 1681 la maison forte de la Tourette.
Rien n’est dit ni sur la construction, ni sur l’achat de l’hôtel de la rue Boissac par la famille Claret.
Toutefois, c’est son fils, Jacques Claude Claret de la Tourette (1656-1741), dit « Président de la Tourette », conseiller du roi en la sénéchaussée, siègeant au présidial de Lyon par lettres du 10 janvier 1687, lieutenant-général aux dits sièges et surtout président à la Cour des Monnaies, qui fera orner richement son hôtel de la rue de Boissac par Daniel Sarrabat (1666-1748).
Son fils, Jacques Annibal Claret (1692- 1776) dit Président de Fleurieu sera donc le premier "de Fleurieu" de la famille Claret. Conseiller du roi en ses conseils, reçu président en la cour des monnaies, le 1er août 1718 à la place de son père, lieutenant criminel, prévôt des marchands et commandant pour le roi en la ville de Lyon de 1740 à 1745.
Son petit fils Jean-Jacques Claret de Fleurieu (1766-1826), fit une carrière militaire, officier aux carabiniers royaux. Trésorier général de la Compagnie Perrache. C’est lui qui vendra la Tourette en 1801. Des ennuis financiers provoqués par des placements importants dans la Compagnie Perrache seraient à l’origine de la vente à la fois de l’hôtel de la rue de Boissac et de la Tourette.

C’est ainsi que l’hôtel du 6 de la rue Boissac sort des mains de la famille Claret de Fleurieu.
Il sera par la suite acquis par Marie-Thérèse Bottu de la Barmondière (1756-1842), comtesse-chanoinesse du chapitre de Joursay-en-Forez. Elle se fixe à Lyon, dans cet hôtel particulier pour y loger son frère Alexis malade mental. Elle consacre l’essentiel de sa fortune à aider les pauvres. C’est ainsi qu’en 1827, elle donne l’hôtel de la rue Boissac aux religieuses du Sacré-Cœur de la Ferrandière, fondé en 1819 à Villeurbanne.
Aujourd’hui la Congrégation des Religieuses du Sacré Cœur est toujours installée au 8 de la rue Boissac et l’école du Sacré Cœur qui fait partie du Centre scolaire Saint-Marc est installée au 6 dans ce même hôtel particulier.

La façade de cet hôtel n'a pas été modifiée depuis sa création. Voici une photo de la porte cochère en bois de l’entrée au n° 8 de la rue Boissac sur la base Photographes en Rhône-Alpes.

Sources consultées :
- Les Claret de Fleurieu, in revue ARBOROSA, n°7, septembre 2003
- Biographie lyonnaise. Catalogue des Lyonnais dignes de mémoire / rédigé par MM. Bréghot du Lut et Péricaud aîné ; et publié par la Société littéraire de Lyon, 1839
- Question du Guichet du Savoir du 23/04/2012 sur Gaspard-Claude Claret de Montverdun
- Daniel Sarrabat 1666-1748 / Revue d’information du Comité Centre Presqu’île de Lyon, n°24, 1998-1999
- Architecture classique et hôtels particuliers à Lyon / Revue d’information du Comité Centre Presqu’île de Lyon, n°25, 1999-2000
  • 0 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact