Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Récentes > Fictions, récentes si possible, sur les employés de commerce

Fictions, récentes si possible, sur les employés de commerce

par tomwezi, le 11/04/2019 à 20:45 - 166 visites

Bonjour,
enseignant de français au LP Audubon, à Nantes, je cherche des textes mettant en scène des situations d'un magasin : conflits entre les clients et les employés ; bisbilles entre les employés ; dysfonctionnements entre la hiérarchie et les employés : bref, la vie d'un magasin où évolue une équipe de vendeurs. Ces textes sont destinés à intégrer une séquence pédagogique ayant pour objectif de faire rédiger aux élèves une "Charte du bon employé de commerce". Il s'agit d'élèves de CAP de 16 ans. Pourriez-vous m'indiquer des textes susceptibles de correspondre à ce projet ?
Il y a "Au bonheur des dames " de Zola bien sûr, mais je cherche quelque chose de plus récent.

En vous remerciant par avance, M. Millet.

Réponse du Guichet du savoir

par bml_litt, le 12/04/2019 à 13:18

Réponse du Département Langues et Littérature :

Bonjour,

Pas si facile votre question … Car, « Au bonheur des dames » de Zola reste un modèle indépassable. On pourrait presque dire qu’il a « tué » le genre comme Jimi Hendrix a « tué » la guitare électrique. Et, même si son livre date du 19e siècle, il n’en conserve pas moins une surprenante actualité.

Néanmoins, nous avons quelques références à vous proposer et, premier constat, le supermarché et l’hypermarché – signe des temps – ont souvent remplacé le magasin ou la boutique dans l’imaginaire des romanciers.

Par ailleurs, cela ne vous étonnera probablement pas, une partie significative des livres s’intéressant à la vie d’un magasin – et plus généralement au monde du travail - portent une forte critique sociale.

- Ressources inhumaines de Frédéric Viguier
A 22 ans, une jeune femme trouve un stage au rayon textile d'un supermarché et devient rapidement chef de secteur. Pour gravir les échelons, elle emploie des procédés douteux : délation, application stricte des consignes hiérarchiques et séduction de son supérieur. Vingt ans plus tard, elle occupe le même poste mais l'arrivée d'un stagiaire ambitieux menace sa position.

- Carte de fidélité de Sylvain Rossignol
Dans un supermarché, des vies se croisent, s'effleurent mais se rencontrent rarement. Les caissières sont aux caisses, les vigiles à leur poste, les clients à leur liste de courses. Cet univers se fissure quand Noémie offre un article à un client en volant délibérément son employeur, quand Julien, un client, tombe sous son charme et quand M. Némane décide d'ouvrir un dimanche, veille de Noël.

- Tête de gondole de Christophe Rioux
Agrégé de lettres modernes démissionnaire, donc chômeur, Victor est par miracle embauché comme assistant au rayon livres de l’Hypermarché. Progressivement sensibilisé aux techniques de vente, aux offres promotionnelles, aux têtes de gondole et autres prodiges du marketing, l’employé modèle connaît, l’espace d’une rentrée littéraire, une ascension fulgurante. Mais sa charge de travail exponentielle et son maigre salaire le poussent à camper et à vivre 24 heures sur 24 dans le périmètre clos et géométrique des linéaires.

- Nocturne le jeudi de Sylvie Brunet
Un récit original et mystérieux qui a pour cadre un grand magasin, microcosme où l'attitude des vendeuses et des clients, les rivalités entre les employés, les arrivages des produits sont décrits avec une minutie et objectivité.


Ensuite, dans une veine plus fantaisiste, nous pouvons vous conseiller les livres suivants :

- Au bonheur des ogres de Daniel Pennac
Benjamin Malaussène a un drôle de métier : bouc émissaire au service réclamations d'un grand magasin parisien où il est chargé d'apitoyer les clients grincheux.
Une bombe, puis deux, explosent dans le magasin. Benjamin est le suspect numéro un de cette vague d'attentats aveugles.

- Le magasin des suicides de Jean Teulé
La famille Tuvache vend des produits permettant de se suicider, faisant tout pour écouler leur marchandise. Leur slogan ? : «Vous avez raté votre vie ? Avec nous, vous réussirez votre mort ! »

- Haute fidélité de Nick Hornby
Ici les clients et les vendeurs sont d’un genre un peu particulier puisqu’ils peuvent passer des heures à débattre de la pertinence du classement de leurs disques ou de la supériorité présumée du groupe Belle & Sebastian.


Vous avez précisé que votre recherche se portait sur des textes (et de fiction, en plus) - nous sommes donc à la limite du hors-sujet ! - mais nous vous conseillons tout de même deux classiques du cinéma documentaire qui dissèquent avec une attention quasi anthropologique la comédie humaine des grands magasins.

- The Store de Frederick Wiseman
Un grand hall habillé de marbre, des moquettes pourpres, des ascenseurs clinquants, des vendeuses tout sourire tirées à quatre épingles, des rayons luxueux. Nous sommes au Texas, chez Neiman-Marcus, le grand magasin de Dallas. Entre les fêtes de Thanksgiving et celles de Noël, Frederick Wiseman a exploré pendant un mois les moindres recoins de ce "temple de la consommation de luxe". Devant ou derrière le comptoir, sa caméra va où le client ne peut aller : on assiste aux réunions de marketing, aux exercices matinaux du personnel qui entretient les muscles de sa mâchoire pour mieux sourire... On se faufile dans un salon privé où une cliente privilégiée s'attarde un après-midi entier à essayer les derniers modèles en vogue...L'institution Neiman-Marcus est comme une grande famille dont le personnel est fier et dont les clients sont rois.

- Bienvenue au grand magasin de Julie Bertuccelli
À Paris, sur le boulevard Haussmann, le grand magasin des Galeries Lafayette est, au même titre que la tour Eiffel ou les Champs Élysées, un symbole de la vie parisienne. Pendant quatre mois nous avons suivi trois jeunes vendeuses, embauchées à l’essai, qui découvrent la vente et le monde du travail. Nous nous sommes attachés à Madame Gourhand, chef du rayon jouet, véritable emblème du magasin, qui part à la retraite après 43 ans de bons et loyaux services, ainsi qu’au directeur d’Haussmann, homme de chiffres et de terrain qui se bat chaque jour pour la santé du magasin. Des réunions de direction aux scènes de vente quotidienne, rythmées par les joies et les peines des uns et des autres, nous plongeons au sein des mécanismes d’une grande entreprise et de ses contradictions.


Enfin, nous mentionnerons le premier film (une fiction) de Cédric Klapisch.

- Riens du tout de Cédric Klapisch
Pour n'avoir pas su évoluer, « Les Grandes Galeries », grand magasin centenaire, est en 1991 au bord de la faillite. Lepetit, le nouveau directeur, dispose d'un an pour redresser la barre, faute de quoi l'établissement sera fermé et son personnel licencié. Il décide d'appliquer de nouvelles méthodes de management par la communication destinées à remobiliser les employés et à leur faire retrouver l'envie du travail de groupe. Au programme : saut à l'élastique et bivouac pour les cadres, travail en groupe, expression corporelle, formation d'une chorale et participation au marathon de Paris… Peu à peu, Lepetit parvient à remobiliser le personnel et à attirer la clientèle : les résultats s'améliorent, la société fait des bénéfices.

Bonne journée,
  • 0 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact