Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Parfumeurs lyonnais

Parfumeurs lyonnais

par É, le 19/03/2019 à 17:11 - 434 visites

Bonjour,
J'aimerais savoir s'il y a eu des parfumeurs (créateurs, industriels) dans l'histoire de Lyon.
Merci!
ÉW

Réponse du Guichet du savoir

par bml_reg, le 22/03/2019 à 13:58

Réponse de la Documentation régionale

Bonjour,

A notre connaissance, il n’existe pas d’ouvrages sur l’histoire de la parfumerie lyonnaise.
En revanche, nous avons pu consulter Une histoire des parfumeurs : France, 1850-1910, disponible au département Arts et Loisirs de la Bibliothèque de la Part-Dieu. Cet ouvrage est également accessible en ligne sur Google Books.

Ce livre retrace les débuts méconnus de la grande parfumerie française du mitan du XIXe siècle à la veille de la Première Guerre mondiale. La parfumerie s’affirme au cœur de l’économie de consommation et de luxe jusqu’à devenir un des fleurons du bon goût français à partir de l’Exposition universelle en 1900.

Concernant la géographie de la parfumerie française, ses pôles d’activités sont resserrés entre Paris et sa banlieue pour la fabrication et la vente et dans le sud de la France à Grasse dans les Alpes Maritimes pour les matières premières. Cette concentration géographique fut un atout décisif pour la structuration d’un réseau professionnel solide.
Les parfumeurs parisiens comme Guerlain, Roger & Gallet, etc, exercent en effet un quasi-monopole sur la fabrication et sont donc les fournisseurs les plus importants du reste du pays. Ces parfumeurs ont très tôt constitué de vastes réseaux de vente en province en déléguant des représentants placiers auprès de négociants susceptibles de vendre leurs produits.
Bien que de nombreux grands magasins et bazars se sont installés dans les villes importantes, on trouve très peu de succursales des grandes maisons dans ces mêmes villes. A Lyon, on ne trouve mention que d’un éphémère magasin ouvert par Ed. Pinaud vers 1860, déjà disparu en 1875 et d’une succursale que Demarson-Chetelat a possédée à Marseille entre 1860 et 1890. En refusant d’ouvrir des magasins à leur nom en province, les parfumeurs parisiens évitent le risque d’éparpillement de leur image de marque, son galvaudage (la mode ne se fait qu’à Paris) et reportent sur les parfumeurs détaillants multimarques les frais de représentation nécessaires à la promotion de leur industrie auprès de la clientèle.

Les parfumeurs se font connaitre lors des expositions universelles, industrielles et commerciales. C’est ainsi qu’en consultant la presse lyonnaise du XIXe en ligne sur Numelyo, nous obtenons une liste de parfumeurs lyonnais présents à l’exposition universelle de 1894 :
Citer:
Section Parfumerie : liste des fabricants de parfumerie membres de l’expo de 1894 :
- Briau
- Simon
- Vachon-Bavoux, 3 place de la Charité
- Moreau
Suppléant :
- Kemeler Ainé , parfumeur 57 passage de l’Argue

Source : Bulletin officiel de l'Exposition de Lyon, universelle, internationale et coloniale en 1894 25 mai 1893 et 9 août 1894

Concernant la maison Vachon-Bavoux, un article paru dans L'Etoile artistique, scientifique, industriel, commercial, littéraire, financier du 6 août 1887 la présente comme un important établissement :
Citer:
Des maisons à la réputation hors ligne dont les produits égalent la renommée connue au loin. Entre autres la grande parfumerie Vachon-Bavoux et Cie , place de la Charité, à Lyon.
La maison Vachon-Bavoux nous paraît en effet, avoir été le porte-drapeau de cette partie si intéressante de l'Industrie française : La parfumerie. Ses savons sont estimés, car ils sont le gage assuré de l'hygiène des mains et du visage, ses eaux de toilette adorablement aromatisées de parfums les plus exquis, son vinaigre lactescent universellement aimé doivent être signalés au hig-life amateur, ses poudres légères, diaphanes, absolument transparentes resteront toujours les préférées de nos femmes d'élite.

Une autre source d’informations nous est précieuse localement pour rechercher les entreprises du XIXe et XXe ; ce sont les annuaires commerciaux, administratifs et judiciaires de la ville de Lyon et du département du Rhône : Indicateur Henry et Annuaire Fournier. Ils proposent un répertoire par professions. Ainsi, nous avons effectué 3 consultations :
En 1899
Parfumerie (Fabricants et grossistes) :
- Aubague et Cie, 4 place ancienne-douane (près Saint-Paul). Fabrique de parfumerie fine, savonnerie, fournitures pour coiffeurs
- Crème Berthuin, fabrique p.r. St Pothin, 3
- Briau et Cie, gros, 3 Bât d’argent
- Vachon-Bavoux, 3 place de la Charité
- Moreau, fils et Cie 106, av. de Saxe

En 1908
Parfumerie (Fabricants et grossistes) :
- Cré-Rossi, fab., 70 c Herbouville
- La néo-lyonnaise, fabrique de parfumerie et savonnerie de haut luxe. Ancienne maison Filliat, seul successeur 10 rue tronchet
- Crème Berthuin, L. Jourdain, successeur, fabrique de savonnerie, crème, poudre, 50 à 60 rue Dauphiné
- Crème Mettey, parfumerie initiale, 5-11, rue d’Avignon
- Crème Simon, cold-cream par excellence, 66, rue de l’Université
- Moreau (F), Bonhomme et Donneaud, usine 106, avenue de Saxe
- Gattefossé et fils, matières premières pour parfumerie. Spécialité d’essences déterpénées, 15-19, rue Camille

En 1970
Parfumerie (Fabricants et grossistes) :
- Laboratoires de beauté Simon, 14 rue Marc Bloch
- Jac-mot, fabrique de parfumerie, marque déposée, maison fondée en 1938 129, rue Boileau
- Etablissements Piot, 9, rue Berjon
- Paulin et Georges Duc, 2 bis, quai St Vincent
- Vibert (Ets F) 89 av. Berthelot
- Descollonges Frères, matières premières pour parfumerie, 13, rue du Canada à Villeurbanne
Etc…

Nous avons terminé par l’exploration des années 1970 (également dates extrêmes de nos collections d’annuaires) car dans les Annales de géographie de l’année 1973 (n° 452 pp. 454-476), nous avons trouvé un article nous permettant de confirmer la primauté historique de la région parisienne dans le domaine de la parfumerie : L'industrie française de la parfumerie. Aussi, en dehors de l’agglomération parisienne, la répartition des activités de la parfumerie reste fort irrégulière. Les autres régions viennent très loin derrière Paris et font figure de parents pauvres. A cette époque, les productions de la région lyonnaise plus variées orientent vers les cosmétiques capillaires, shampoings Vitapointe, lotions Vibert les articles de soins pour la peau et esthétique.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact