Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Récentes > Expérience de Pascal au Puy de Dôme

Expérience de Pascal au Puy de Dôme

par menba73, le 20/09/2018 à 23:40 - 218 visites

A propos de l'expérience de Pascal au Puy-de-dôme en 1648, pourquoi pour traduire 23 pouces 2 lignes hauteur du mercure dans le tube au sommet du puy de Dôme donne-t-on 627 mm. Il n'y a-t-il pas lieu d'utiliser le pied de roi réformé par Colbert en 1668 (324,84 mm) mais le pied de roi antérieur (326,60 mm) à 1668 ? Le résultat serait alors de 630,5 mm.

Réponse du Guichet du savoir

par gds_db, le 21/09/2018 à 16:29

Bonjour,

Dans sa thèse de doctorat intitulée "L'OBSERVATION THERMIQUE DE L'ATMOSPHERE EN FRANCE ET DANS LES PAYS PROCHES Aux XVIIè et XVIIIè siècles", Michel BEAUREPAIRE indique effectivement qu'il prend pour référence le pied de roi équivalent à 32,5 cm soit celui de 1668 :

" En 1648, Florin PERIER (1605-1672) mandaté par Blaise PASCAL (1623-1662) montra que la pression atmosphérique varie avec l'altitude. [...]
Les hauteurs signalées par PERIER sont indiquées en pied de roi ou pied de Paris, valant 32,5 cm (27). La toise est égale à 1,949 m, le pouce à 2,707 cm, et la ligne à 2,255 mm. La dénivellation entre la ville de Clermont et le sommet du Puy-de-Dôme est de 1058 m. La différence de pression trouvée par PERIER (37 lignes et demie soit 84,6 mm) montre l'exactitude de cette expérience. La loi de LAPLACE prévoit une différence de pression de 87 mm.
(page 381)

Nous ne savons pas pour quelles raisons il prend pour référence la toise du Châtelet d'après 1668 au lieu de l'ancienne toise de Paris ("toise de l'écritoire") ...

N'ayant pas trouvé de réponse précise à votre question, nous nous sommes tournés vers le Centre International Blaise Pascal à qui nous avons posé votre question. Nous vous tiendrons informé de sa réponse dès qu'elle nous parviendra.

Quelques données sur l'histoire de la Toise de Paris :
- Unités de longueur dans le système du roi de France
- La mesure de Paris / Pierre Portet - Lamop Université de Paris I
- La préhistoire du système métrique
- Toise (unité)

Bonne journée

Réponse du Guichet du savoir

par gds_db, le 25/09/2018 à 10:24

Bonjour,

Dominique Descotes du Centre International Blaise Pascal, que nous remercions chaleureusement ici, nous a apporté quelques éléments de réponse.
Dans la mesure où, à cette époque, les mesures étaient différentes selon les régions, Blaise Pascal a inséré dans ses travaux un étalon.
Dominique Descotes propose de vous renvoyer aux textes originaux. L’édition originale du Récit de la grande expérience de l’équilibre des liqueurs de 1648 est consultable en ligne sur Gallica. Le mieux serait de mesurer cet étalon à partir du document original...
Voici ce qu'il indique :

" Seul le premier texte fait foi, car en 1663, Pascal était mort, de sorte que le second n’a pu être établi que par un membre de sa famille, ou plus probablement par l’imprimeur Desprez.
L’édition de 1663, p. 164, ne donne plus ce trait vertical, sans doute parce que le format du livre ne le permettait pas. Mais elle contient un trait qui donne la mesure du pouce. NB : L’édition de 1664 des Traités contient l’explication sur la mesure de ce pouce, mais non la figure.
[...]
La mesure utilisée par Pascal est fournie sur l’imprimé du Récit de la grande expérience, à l’aide d’un trait vertical en marge de droite dont la longueur est indiquée comme celle du demi-pied. Selon J. Mesnard, cette ligne mesure exactement 163 mm. Le pied utilisé par Pascal est donc de 163 x 2 = 326 mm.
L’édition de M. Le Guern, Pléiade, Paris, Gallimard, 1998, t. 1, p. 1091, apporte une hypothèse un peu différente : il indique que le pied de Paris (324 mm selon lui) diffère de celui d’Auvergne (328 mm selon lui). Et la mesure qu’il donne de la ligne portée sur le Récit de la grande expérience est de 164 mm pour 1/2 pied. Mais il n’apporte pas de référence particulière, et il s’agit peut-être d’une hypothèse ad hoc.
Il faudrait mesurer la ligne en question sur l’original. Mais je crains que, sur un livre ancien, une différence de 1 mm entre 164 et 163 mm ne soit pas très facile à discerner.
Mais la question est peut-être purement formelle. Le fait que Pascal s’oblige à donner un étalon graphique montre qu’il entend fournir à son lecteur une information concrète indépendante des mesures particulières qui dépendent des lieux et des temps. Ce n’est probablement pas l’effet de sa négligence : il veut probablement éviter les controverses dans lesquelles ces différences de mesures peuvent entraîner. Du reste, nous ne sommes pas en meilleure posture pour en juger, les équivalences que nous établissons entre nos mesures et celles du XVIIe siècle comportant des approximations.

Le problème se réduit donc à savoir pourquoi la source de la personne qui vous a consulté aboutit à une mesure du pied supposée instituée en 1668, alors que le texte de Pascal date de 1648. Il faudrait, pour pouvoir répondre, savoir quelle est cette source. Il ne s’agit apparemment pas des éditions de L. Brunschvicg, de J. Mesnard, ni de M. Le Guern. Peut-être s’agit-il d’une source secondaire, auquel cas des approximations sont toujours possibles. "

Bonne journée.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact