Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Récentes > Vêtements masculins XIX siècle – aspect et traduction dans d

Vêtements masculins XIX siècle – aspect et traduction dans d

par sara.a, le 07/09/2018 à 14:43 - 73 visites

Bonjour,
je dois traduire du français vers l’italien un extrait des Caves du Vatican de Gide et je trouve dans ce passage le terme « «coque » :

Quelles formes allait-on lui proposer ? Il ne se déciderait pas avant d'avoir visité plusieurs chemisiers du Corso et de la via dei Condotti. Les coques, pour un homme de cinquante ans, étaient trop libres ; décidément c'était un nœud tout droit, d'un noir bien mat, qui convenait…


Le Littré définit ainsi le terme : « Terme de toilette. Coque de ruban, ruban de la longueur de 10 centimètres ou environ, suivant la largeur du ruban, dont les deux bouts mis l'un sur l'autre, et plissés légèrement ensemble, servent à faire un nœud ou un ornement. »

Je n’arrive toutefois pas à voir clairement la forme de cet indument (en quoi diffère-t-il d’un nœud papillon ? d’une cravate de l’époque ? d’un plastron, aussi cité par Gide ? existe-t-il des images de cet objet ?) et j’hésite aussi, d’autant plus, à choisir un correspondant dans une autre langue (dans ce cas l’italien). Les traductions publiées ne m’aident pas car elles choisissent « cravatta a farfalla » qui renvoie justement à la forme d’un papillon.

Je cherche donc à m’éclaircir les idées sur cet objet, mais en général sur les ressources à utiliser pour la traduction d’objet liés au XX siècle, à part le Littré que déjà j’emploie. Quel pourrait être le meilleur moyen de bien cerner ces objets de la vie réelle (vêtements, mobilier) et surtout de trouver ensuite l’équivalent dans une autre langue ?
Merci d’avance

Réponse du Guichet du savoir

par gds_alc, le 11/09/2018 à 09:13

Bonjour,

La coque est définie dans le Dictionnaire du costume et de ses accessoires, des armes et des étoffes: des origines à nos jours comme un « Nœud d’un ruban d’une seule pièce en général, dont on coupe les deux extrémités selon des formes variées. Sous la Restauration et surtout sous Louis-Philippe, la coque faite avec les cheveux montés en obélisque atteignit des proportions exagérées nécessitant des chapeaux spéciaux ».

De même, dans Le vêtement de A à Z. Encyclopédie, (p. 277) Sophie George mentionne que le « terme désign[e] la boucle formée par un ruban ou une bande de tissu qui a été pliée en deux puis (nouée afin d’être fixée.Un noeud peut avoir 1 ou 2 coques ».

La même auteure indique dans un autre volume, Les accessoires de A à Z, Encyclopédie (p. 144) que le « terme désignant la boucle formée par toutes sortes d’accessoires textiles qui se nouent en « papillon (…) Exemple d’accessoires textiles présentant des coques : nœud papillon, lavallière.

Cette auteure propose à chaque fois des reproductions. Par ailleurs, vous pourrez visualiser un exemple de coque dans l’ouvrage de Charles Blanc L'art dans la parure et dans le vêtement, consultable en ligne.

Quant à la traduction, nous vous conseillons, dans un premier temps de jeter un coup d’œil aux traductions antérieures comme
celle de 1955, Le Segrete del Vaticano, 1955. Tr. italienne Oreste Del Buono (indiquée sur gidiana.net ou celeld e 2013, consultable en partie sur google livres. Vous pourrez ainsi comparer les diverses traductions de ce terme.

Pour ce qui est de traduire du vocabulaire relatif aux objets, le mieux est de consulter des ouvrages en italien portant sur ce sujet. Parmi les ouvrages consultables en ligne, vous pourriez jeter un coup d’œil du côté du Nuovo vocabolario italiano domestico: 1. ed. milanese compilata sull'ed ... de Giacinto Carena ou du Prontuario di vocaboli attenenti a cose domestiche, e altre di uso comune ... de Giacinto Carena

Enfin, en guise de conclusion, nous vous suggérons de lire des ouvrages portant sur la traduction dont La traduction de textes plurilingues italiens de Lucrezia Chinellato, Emilio Sciarrino, Jean-Charles Vegliante ou l’ouvrage Dire presque la même chose : expériences de traduction de Umberto Eco lequel explique la subtilité de la traduction :

« Tenter de comprendre comment, tout en sachant qu’on ne dit jamais la même chose, on peut dire presque la même chose ».
  • 0 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact