Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > En cours > Emballages de médicaments

Emballages de médicaments

par CindyViallonne, le 16/04/2018 à 10:30 - 467 visites

Bonjour!

Je me demande si les emballages de médicaments ont un impact sur la substance des médicaments.
Les fournisseurs disent qu'ils les protègent des menaces extérieures
Mais a l'intérieur, est ce qu'on avale de l'aluminium avec nos médicaments?

Merci d'avance pour votre réponse.

Cindy

Réponse du Guichet du savoir

par gds_et, le 17/04/2018 à 15:07

Bonjour,

L’aluminium est un métal naturellement présent dans l’environnement : c’est le 3ème élément le plus abondant dans la croûte terrestre, dont il représente 8%. Il est présent dans les sols et les eaux, y compris celles utilisées pour produire de l’eau destinée à la consommation humaine.
Dans notre quotidien, il n’est donc pas présent seulement dans les emballages : aliments, additifs alimentaires, ustensiles de cuisine, déodorants, produits cosmétiques, vaccins et eau potable et même l’air qu’on respire sont autant de sources d’exposition à ce métal qui, au-delà d’un certain seuil d’absorption par l’organisme, devient toxique.

Certains aliments emballés dans de l’aluminium absorbent des particules de ce métal, en particulier sous l’effet de la chaleur :

« Selon les données de l’Autorité Européenne pour la Sécurité des Aliments, les aliments qui entrent en contact avec du papier ou des récipients aluminium, peuvent contenir de petites traces de ce métal.
Dans des études très récentes, il a été découvert que la chaleur est responsable du passage des particules d’aluminium dans les aliments.
En effet, plus la température est élevée, plus l’absorption du métal par l’aliment est important.
Dans cette étude, les niveaux d’aluminium de certains aliments ont été contrôlés après cuisson, réchauffage ou conservation dans du papier aluminium, et des quantités de ce métal dangereux pour la santé, ont été découvertes.
L’Université Américaine de Sharjah et l’Institut du Pétrole d’Abou Dhabi, situés aux Emirats Arabes Unis, ont dévoilé que l’aluminium pénètre assez facilement dans les aliments acides et dans les végétaux comme les tomates, les épices, le vinaigre, les agrumes ou le sel. »
Source : amelioretasante.com

Même si dans le cas des médicaments la chaleur n’est pas un facteur, on peut donc supposer qu’une faible quantité de particules d’aluminium est absorbée par contact avec l’emballage.


Les effets toxiques de l’aluminium portent essentiellement sur le système nerveux central (encéphalopathies, troubles psychomoteurs) et sur le tissu osseux. Quant à savoir si les quantités auxquelles nous sommes exposés quotidiennement par voie orale sont dangereuses pour la santé, à l’heure actuelle aucune étude ne l’a mis en évidence (source : Anses).

Il est toutefois recommandé de limiter son exposition à l’aluminium, dont la production annuelle ne cesse d’augmenter et suscite de réelles inquiétudes car on le suspecte d'être à l’origine de plusieurs maladies parmi lesquelles la maladie d’Alzheimer et la sclérose en plaque :

« L'exposition à l'aluminium, cause de nombreuses pathologies

[…] "Il est essentiel que nous levions le sujet de l'écotoxicité de l'aluminium et de son rôle dans les maladies humaines et plus particulièrement celles du système nerveux central dont la maladie d'Alzheimer. Il est évident que nous sommes confrontés quotidiennement à l'aluminium dans des domaines où son innocuité n'a jamais été testée et encore moins démontrée comme la vaccination, l'immunothérapie et les cosmétiques" s'alarme Christopher Exley, professeur en chimie bioinorganique à l'université de Keele et directeur scientifique du meeting.

LIEN CERTAIN. Les études s'accumulent qui suggèrent une responsabilité de ce matériau dans l'augmentation de la maladie d'Alzheimer, de la sclérose en plaque, de la maladie de Crohn, des colopathies fonctionnelles (ou syndrome de l'intestin irritable). L'aluminium est également suspecté comme facteur de la baisse de fertilité masculine.

Sensibiliser l'industrie agro-alimentaire

Un lien certain a été établi avec une maladie, la myofasciite à macrophages, dont la survenue est désormais associée à la présence de sels d'aluminium dans certains vaccins. "En 2015, des résultats sont attendus sur le lien entre l'apparition de cancer du sein dans le quadrant supéro-externe (40% des cas) et l'application de déodorants et anti-transpirants contenant de l'aluminium" annonce Pierre Desreumaux.

Le Keele meeting de Lille a permis de mettre en exergue l'importance de la voie orale qui représenterait 40% de l'aluminium ingéré. Celui-ci transiterait par l'intestin, provoquant une grande porosité des parois lui permettant de passer dans le sang. Il s'accumulerait préférentiellement dans les os et dans le cerveau. "Le lien avec la maladie de Crohn et les colopathies fonctionnelles est de plus en plus soupçonné et l'on voit d'ailleurs le nombre de ces pathologies fortement augmenter dans des pays émergents comme la Chine, l'Inde ou l'Afrique du sud, où l'usage de l'aluminium était inconnu il y a encore peu de temps" poursuit Pierre Desreumaux.

Il est très difficile aujourd'hui de quantifier les doses d'aluminium chez l'homme. Il n'existe pas de méthodes non invasives et seul le laboratoire de l'université de Keele maîtrise actuellement les méthodologies d'examen des échantillons biologiques. L'urgence est donc de trouver des méthodes simples et universelles de détection des doses. Enfin, les chercheurs vont poursuivre leurs efforts de sensibilisation des industriels sur l'usage de l'aluminium, en priorité dans l'agro-alimentaire. »
Source : sciencesetavenir.fr


"Les recommandations que l'on peut faire vis à vis de l'aluminium, c'est d'éviter la surexposition à l'aluminium, c'est-à-dire éviter les ustensiles de cuisine en aluminium. Pour les papillotes, le taux de transfert n'est pas très élevé sauf si vous avez un aliment très acide. Il ne faut pas complètement abandonner cette façon de cuire mais il existe des alternatives à l'aluminium pour les papillotes. Et il faut varier les modes de cuisson."
Source : allodocteurs.fr


Bonne journée.
  • 0 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
cron
mentions légales - contact