Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Récentes > Hardcore Continuum & Ambient Jungle

Hardcore Continuum & Ambient Jungle

par GR200, le 09/03/2018 à 17:20 - 694 visites

Bonjour,

J'aimerais savoir s'il existe des ressources permettant d'écouter et de comprendre, cerner, circonscrire (géographiquement, historiquement, musicalement...) la musique électronique du début des années 90 en Angleterre, parfois appelée 'Hardcore Continuum' ?

Plus précisément encore, qu'est-ce que l'ambient jungle, sous courant que l'on rattache à cette période ? Ici aussi, toute ressource permettant d'en écouter sera très précieuse.

Bien à vous,
Gr200

Réponse du Guichet du savoir

par bml_mus, le 13/03/2018 à 14:35

Réponse du Département Musique:

Le critique musical et essayiste britannique Simon Reynolds a beaucoup travaillé autour de ces musiques, et c’est d’ailleurs à lui que l’on doit le terme de ‘hardcore continuum’.
Il ne s’agit pas exactement d’un genre musical : il nomme continuum hardcore l’ensemble des courants électroniques (et leur évolution) nés à partir du début des années 1990 en Angleterre, issus de la culture rave. Un continuum car ces nouveaux genres se répondent et s’influencent.
Le choix du terme ‘hardcore’ (que l’on perçoit généralement comme musique extrême) est (dans son idée) à comprendre comme une scène musicale et un son. Le noyau dur (hardcore) c’est les jeunes urbains qui font cette musique (à Londres notamment) et c’est le son lui-même, dur car sans concession, expérimental.

Le ‘hardcore continuum’ est une théorie plutôt qu'un constat objectif : d’autres chercheurs ou penseurs de la musique électronique contestent cette vision de continuum, et estiment que les courants nés au début des années 1990 sont plus le résultat de ruptures.
Ces deux approches sont complémentaires : on peut voir dans une succession de ruptures une certaine continuité et un motif qui se répète.
C’est toute la réflexion de Simon Reynolds dans son ouvrage Retromania, et plus généralement tout au long de son travail critique démarré au milieu des années 1980 au Melody Maker.
Le numéro 300 du magazine anglais Wire présente une série de 7 essais de Simon Reynolds sur le continuum hardcore (tout en anglais) rédigés entre 1992 et 1999 :
https://www.thewire.co.uk/in-writing/es ... troduction
Et le deuxième s’intitule justement ‘ambient jungle’
https://www.thewire.co.uk/in-writing/es ... ngle_1994_
Les artistes cités comme pratiquant de l’ambient jungle sont LTJ Bukem, Metalheads (un label et un collectif de producteurs), Omni Trio… L’expression ‘ambient jungle’ semble paradoxale : la jungle est très rythmée (rythmes syncopés et rapides) alors que l’ambient joue sur des progressions lentes, des textures, des nappes enveloppantes sans rythmique. L’alliance des deux est tout simplement l’ambient jungle. La jungle planante en d’autres termes.
Un exemple d’époque, avec LTJ Bukem. Percussions musclées et envolées synthétiques lyriques :
https://www.youtube.com/watch?v=Q5jZXE3bNPg

L'article 'Infinity is Now: in defence of the hardcore continuum' sur le site Fact résume ainsi l'idée de hardcore continuum : ce que la Grande Bretagne a produit de plus innovant en musique électronique ces 20 dernières années prendrait sa source dans la culture rave du début des années 90 et les genres et sous genres comme Jungle, Speed Garage, 2-step, Grime, Bassline House en sont les héritiers.
L'auteur poursuit, citant Reynolds (je ne traduirai pas car c'est trop bien dit) :
Hardcore was the first properly British version of/ alternative to American House or Techno; as Reynolds points out though, the Britishness consisted not so much in the use of specifically UK sounds or signs, but in a mongrelising of House and Techno with genres such as hip hop, dub and dancehall that would not have been possible in Chicago or Detroit. Instead of being an eclectic slurry, what emerged from this promiscuous intermixing of styles was a consistent and durable matrix of reconfigurable sonic options – heavy synthetic bass, breakbeats, MC chat, film and videogame samples – which, together with a material infrastructure of pirate radio, clubs, white labels and promoters, has generated and sustained subculture after subculture.

Il y a beaucoup à creuser sur la scène électronique anglaise dans les années 1990. L’ouvrage ‘Energy flash : A Journey Through Rave Music and Dance Culture’ de Simon Reynolds pourrait vous éclairer, mais il n’a pas été réédité en français.

Mais voici d'autres pistes :

Retromania / Simon Reynolds (Le Mot et le reste, 2012)

Electrochoc : l'intégrale, 1987-2013 / Laurent Garnier, David Brun-Lambert (Flammarion, 2013)

Anthologie de l'ambient : D'Erik Satie à Moby : nappes, aéroports et paysages sonores / Olivier Bernard (Camion Blanc, 2013)

Free party : une histoire, des histoires / Guillaume Kosmicki (Le Mot et le reste, 2010)

En bonus ce doc (en anglais) sur les radios pirates en Angleterre dans les années 90, qui on t joué un grand rôle dans la propagation d'un son ou d'une approche typiquement british de la musique électronique :
https://www.youtube.com/watch?v=Jz_gKisNgxY

Retrouvez sur l'onglet 'Musique' de 'l'Influx' (webzine de la bibliothèque) notre explorateur musical, pour des définitions et extraits sonores.
Vous pouvez aussi consulter le site Every Noise At Once, que nous avons présenté sur L'influx..


Bonne écoute.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact