Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > En cours > UTILISATION DES BOIS.

UTILISATION DES BOIS.

par LUDOVICUS, le 07/12/2017 à 17:59 - 192 visites

Bonjour,
Quelles sont les principales destinations, des différentes essences des bois, issues des arbres que l'on peut trouver le plus fréquemment ,à l'heure actuelle, en France ou ailleurs ?
Je pensais au peuplier , utilisé pour la confection des allumettes ou des cageots ; de même que le chêne, autrefois destiné à la fabrication des bateaux et des charpentes,et désormais utilisé plutôt pour des meubles plutôt luxueux.Qu'en est il également en ce qui concerne les principaux bois exotiques ? merci.

Réponse du Guichet du savoir

par gds_db, le 09/12/2017 à 16:11

Bonjour,

" Quels bois pour quels usages ?

La réponse à une telle question est bien complexe tant telle ou telle essence d’arbre, voire telle ou telle partie de l’arbre peut répondre à de nombreux usages. Ainsi au cours des siècles les utilisations du peuplier, par exemple, ont bien changé passant de la charpente, usage aujourd’hui oublié, à l’emballage et aux allumettes. Le chêne peut être utilisé dans de nombreux domaines et c’est plutôt son coût, ou les effets de mode qui font qu’il n’est plus guère utilisé en charpente, ou pour les meubles modernes. Bien que beaucoup de facteurs jouent et interfèrent pour orienter une essence, et/ou une partie de l’arbre vers une utilisation, la présente fiche s’efforce de répondre à la question en s’appuyant surtout sur les usages français.

Un aperçu des facteurs orientant les usages


Les différentes parties de l’arbre induisent immédiatement une première orientation en trois grands groupe d’usage : le bois d’oeuvre (sciage, tranchage, déroulage) pour les troncs des plus beaux arbres, le bois d’industrie (pâtes, panneaux) pour les troncs de moindre qualité ou de petits diamètre généralement issus des premières éclaircies) et ou bois de feu pour les houppiers (branches et cimes).

Les qualités technologiques propres à chaque catégorie de bois, de mieux en mieux connues grâce aux études scientifiques orientent les usages. Ainsi pour les bois d’industrie, l’existence de fibres longues (principalement chez chez les résineux) sera particulièrement intéressante pour les pâtes destinés aux d’emballage qui exigent une forte résistance à la déchirure et à l’éclatement, alors que les fibres courtes des feuillus seront privilégiées pour conférer de l’opacité aux papiers d’impression écriture.

Les petits bois de résineux, de hêtre, charme, frêne, se réduisant en particules pour fabriquer des panneaux agglomérés seront préférés au chêne et au châtaignier dont les tanins provoquent des taches disgracieuses sur les panneaux. Les bonnes caractéristiques mécaniques des bois d’oeuvre seront valorisées en ce qui s’appelle les « emplois travaillant » notamment en charpente ou en ossature. Les bois se fendant facilement seront appréciés pour la fabrication de merrains pour les tonneaux dans le cas de certains crus de chêne, ou de tavaillons, essis, bardeaux pour les résineux tels sapins, épicéas, mélèze. Les bois s’usinant facilement, se teintant facilement seront utilisés en ameublement ou agencement (hêtre, frêne, merisier, noyer, bois tropicaux…).

Les bois durs, marquant peu sous les coups des talons des chaussures seront particulièrement intéressants pour le parquet (chêne, châtaignier). La composition chimique du bois parfait ou duramen (c'est-à-dire le coeur du bois, souvent de teinte différente de la partie externe ou aubier) de certaines essences, lui conférant une résistance aux atteintes biologiques des champignons ou insectes pourra être intéressante pour des usages extérieurs sans traitement chimique de préservation : coeur de chêne ou de mélèze, robinier, ipé, teck, et autres bois tropicaux.

La possibilité de trancher le bois en feuilles de très faible épaisseur permettra de fabriquer des placages permettant d’exprimer à la fois les nuances de couleur des bois mais aussi les images de ses différents constituants, veines du bois, mailles du bois (chêne, érable sycomore, bouleaux, bois tropicaux) etc…

La possibilité de dérouler le bois, grâce à un énorme taille crayon horizontal et non conique permettra de disposer de feuilles de grandes dimensions permettant de fabriquer du contre-plaqué et des panneaux multiplis (hêtre, peuplier, okoumé). Enfin des qualités particulières pourront valoriser telle ou telle essence ou singularité (loupe en ébénisterie). Les qualités esthétiques, c'est-à-dire l’aspect du bois, sa couleur, ses noeuds, son grain, la disposition de son fil (veines), ses caractéristiques propres (fil ondulé, mailles…) orientent les usages, notamment dans les domaines du meuble et des agencements intérieurs.

Tous ces éléments, auxquels s’ajoutent le facteur prix, fonction des disponibilités en bois, des décisions politiques pour les bois importés, amènent cependant en France à une utilisation majoritaire des feuillus dans l’ameublement, le parquet et l’aménagement intérieur et des essences résineuses dans la construction. Avec cependant en construction quelques exceptions pour des usages en menuiseries extérieures où certains feuillus résistant aux agressions climatiques et biologiques sont recherchés (chêne, robinier). La France importe des bois résineux pour la construction et des bois tropicaux pour le meuble et l’agencement et exporte des bois feuillus, notamment du chêne. "

Sont ensuite présentés les grands domaines d’utilisation des bois en France :
- La pâte à papier pour laquelle les principales essences sont les pins, le sapin, l’épicéa, le douglas, le hêtre, le charme, le peuplier, le chêne et les essences feuillues secondaires.
- Le secteur de l’emballage : les caisses et palettes sont fabriquées avec des résineux et des peupliers.
- Le secteur de la construction : les résineux sont utilisés. Pour la menuiserie, "sont plutôt recherchées des essences résistantes aux agressions climatiques et biologiques comme le chêne, le douglas, le mélèze ou des essences tropicales comme le méranti, le curupixa, le moabi, ou des essences facilement imprégnables de produits de préservation comme les pins." Pour l'intérieur et notamment les parquets, on choisira plutôt le chêne, érable sycomore, hêtre, châtaignier, noyer, et pour les essences tropicale l'ipé, cumaru, azobé, jatoba, etc,
- Le secteur meuble privilégie l’utilisation des bois feuillus (chêne, noyer, châtaignier, merisier, plus rarement en bois tropicaux)
...

Pièce jointe:
bois.jpg
bois.jpg [ 25.23 Kio | Consulté 156 fois ]

source : Académie d'Agriculture de france bois et forets / Agrisalon.com


Nous vous invitons aussi à consulter ces autres documents pour approfondir le sujet :

- Avec les bois feuillus français, vous avez le choix ! Quelles essences pour quels usages ?
- Avec les bois résineux français, vous avez le choix ! Quelles essences pour quels usages ?
- GUIDE D’UTILISATION DU BOIS
Ce sont trois documents édités par le Comité national pour le développement du bois.

- L'homme utilisateur de bois : des usages millénaires / Office national des forêts
- Les utilisations du peuplier / Portail de la filière peuplier

Quelques livres :
- Guide des essences de bois : 84 essences : comment les reconnaître, les choisir et les employer / Yves Benoit
- 250 réponses aux questions des amoureux de la forêt / Jean-Marie Ballu
- Le bois : identification et utilisations / Terry Porter

Bonne journée.
  • 0 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact