Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > En cours > homoplasie

homoplasie

par highland90, le 17/07/2017 à 12:36 - 161 visites

qu'est ce que l'homoplasie?

Réponse du Guichet du savoir

par gds_et, le 19/07/2017 à 11:42

Bonjour,

Constituent une homoplasie toutes les « Ressemblances entre des espèces différentes qui ne sont pas héritées d'un ancêtre commun. »

« Cela peut être de la convergence lorsqu'un caractère évolué se retrouve dans ces espèces ou de la réversion (ou mutation inverse, mutation réverse, en anglais reversion) quand un caractère évolué retourne à son état primitif. »
Source : Dictionnaire des sciences animales, Cirad

Voici d’autres définitions issues de différentes ressources :

« Homoplasie

(du grec homos, semblable et plasis, modelage)
Similitude d’un caractère entre différentes espèces animales qui ne sont pas issues d’un ancêtre commun. L’homoplasie peut être une analogie (fonction commune de deux organes d’origine différente), une convergence évolutive d’organes homologues (organes de même origine embryonnaire) ou une réversion vraie ou fausse. »
Source : Dico de bio, Romaric Forêt

« Homoplasie, homoplastie

Caractère commun à deux espèces animales qui n’est pas hérité d’un ancêtre commun. Il peut s’agir d’une simple analogie entre organes qui ne sont pas homologues (ex. aile des insectes et aile des oiseaux), d’une convergence évolutive d’organes homologues (ex. aile des chauve-souris et aile des oiseaux, dérivées indépendamment des pattes antérieures), ou parfois d’une réversion (ex. la nageoire des cétacés est une réversion du membre chiridien). Antonyme : synapomorphie. »
Source : Dictionnaire de biologie, Jacques Berthet

« L’homoplasie est une ressemblance non héritée d’un ancêtre commun :

. Convergence : Ressemblance apparue indépendamment dans différents taxons, par conséquent non héritée de l'espèce ancestrale à ces taxons. Une convergence apparue chez des taxons proches parents est appelée parallélisme.

. Parallélisme : Ressemblance apparue indépendamment dans différents taxons proches parents : un même état apomorphe est atteint à plusieurs reprises, et par différents taxons, à partir d'un même caractère ancestral. Le parallélisme est un cas particulier de la convergence.

. Réversion : Un état dérivé d'un caractère revient à un état semblable à l'état primitif (ou plésiomorphe). Plus généralement, dans une série de transformations d'un caractère (d'un état primitif à des états dérivés), la réversion est un retour à un état morphologique ou moléculaire semblable à celui d'un stade précédent (ou antérieur). »
Source : Phylogenèse et évolution, Prépa agreg de l’académie de Nice

« Similarité chez une ou plusieurs espèces*, d'organes, de parties d'organes, ou de séquences d'ADN* ou de protéines, lorsque l'on peut présumer que cette correspondance ne provient pas de l'héritage d'un ancêtre commun. On distingue plusieurs cas d'homoplasies : l'analogie*, la convergence*, le parallélisme*, la réversion*. Remarque : Dans le cas des caractères moléculaires, l'homoplasie le plus souvent n'est pas détectable a priori et elle est révélée par l'arbre le plus parcimonieux. Dans le cas des caractères morphologiques, l'analyse fine des caractères et de leur homologie primaire permet plus souvent de détecter des homoplasies. Comme dans le cas précédent, celles qui n'auront pas été décelées seront révélées par l'arbre le plus parcimonieux. »
Source : Lexique des relations de parenté entre les êtres vivants, Ens de Lyon

« L'adaptation des structures aux fonctions qu'elles accomplissent s'exprime par une conséquence bien connue en biologie et en paléontologie : l'existence de parallélismes ou de convergences entre des organismes non apparentés mais semblablement adaptés. Il se crée ainsi des « ressemblances trompeuses » entre les organismes adaptés à des modes de vie similaires (ressemblance superficielle du dauphin, de l'ichthyosaure et du requin, par exemple). On utilise à présent le terme général homoplasie pour désigner tous ces phénomènes, qui sont d'ailleurs connus à toutes les échelles d'intégration du vivant. En biologie comme en technologie, il semble donc n'exister qu'un nombre limité de solutions structurales à un problème fonctionnel donné. En ce sens, les homoplasies, loin de constituer seulement un embarras pour le systématicien, renseignent sur les types de relations nécessaires entre les structures et leurs fonctions, et donc sur les mécanismes adaptatifs. »
Source : Armand de RICQLÈS, « ADAPTATION - Adaptation biologique », Encyclopædia Universalis


Bonne journée.
  • 0 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact