Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Récentes > Autour du "trop-plein"

Autour du "trop-plein"

par Doumé, le 12/07/2017 à 23:09 - 861 visites

Bonjour, pour une création théâtrale, je recherche des textes littéraires, poésies ou textes de théâtre sur le thème du "Trop plein": être envahi par le matériel, les objets (qu'on ne peut pas jeter), l'omniprésence des autres (souvenirs ou réels).
Qu'est-ce qui fait qu'on s'entoure d'objets inutiles, pourquoi combler le vide, garder ou jeter, trier ou accumuler ?
La peur du vide, du silence, être face à soi-même...
Merci infiniment pour votre aide


Réponse attendue pour le 18/07/2017 à 23:09

Réponse du Guichet du savoir

par gds_db, le 17/07/2017 à 10:43

Bonjour,

Voici quelques références qui pourront vous aider dans vos recherches :

- Les chaises / IONESCO Eugène
Deux personnes, presque centenaires, organisent une soirée à laquelle des quantités de gens sont invités, et pour lesquels ils entassent un nombre incalculable de chaises inutiles... car personne ne viendra.

- Amédée ou comment s'en débarrasser / IONESCO Eugène
Amédée est un écrivain qui, depuis quinze ans, n'arrive pas à écrire une ligne. Avec sa femme, Madeleine, standardiste, il vit isolé dans un appartement. Disputes, criailleries... Dans la pièce voisine, il y a un cadavre, symbole de leur amour mort, mais aussi de la faute, de la culpabilité envers le père. Le cadavre, depuis quinze ans, continue à grandir, bientôt, il pousse les portes, les meubles, envahit l'appartement. Amédée et sa femme, le passe par la fenêtre, puis de nuit, essayent de le transporter jusqu'à la Seine. Amédée demande en vain de l'aide à un soldat américain ivre. Un attroupement se forme, quand, stupeur, le cadavre se gonfle, s'élève dans l'air entraînant avec lui Amédée...


" Comme pour beaucoup de pièces de Ionesco, le point de départ fut un rêve... Un rêve ou un cauchemar ?
L'accumulation, l'entassement, la prolifération pour combler le néant : un thème récurrent chez Ionesco, développé jusqu'à l'hystérie, jusqu'à la chute... ou jusqu'à l'envol, la fuite vers le haut (comme dans "Victimes du devoir" ou "Le piéton de l'air").
"Le trop de présence des objets exprime l'absence spirituelle""
source : Mascarille

- Trop c'est trop. Études sur l'excès en littérature / Jacqueline PENJON - Les Cahiers du CREPAL - 12
Ce volume est le premier volet d¹une série d¹études consacrées à l'excès. Cette notion appartenant à la fois à la philosophie et à la littérature ne se laisse pas appréhender facilement.
Polyvalent et polymorphe, l'excès est perçu comme un dépassement regrettable de la mesure normale des choses, comme un trop-plein, une profusion, une exagération, un débordement, aussi inquiétant que fascinant.


- Vertige de la liste / Umberto Eco
A travers ces listes chaotiques, maladroites, désordonnées, U. Eco propose une somme de connaissances étonnante. Un volet iconographique conséquent (Ucello, Warhol...) accompagne l'anthologie littéraire qui comporte 75 textes (Dante, Calvino, Perec...). Chaque chapitre est introduit par un essai de l'écrivain et sémiologue, auteur, entre autres, de "L'histoire de la beauté".


- De haut en bas : philosophie des listes / Bernard Sève
Le philosophe analyse la vie quotidienne à partir de la pratique des listes, des catégories d'Aristote aux listes de courses, en passant par les oeuvres ludiques de G. Perec. Les occurrences de cette manie énumérative sont portées par un sens que le philosophe met en évidence.


- Poétiques de la liste (1460-1620) : entre clôture et ouverture / Adrien Paschoud, Jean-Claude Mühlethaler - Versants, n° 56-1
Consacré à la littérature française de la Renaissance et à quelques textes représentatifs du Moyen Age, ce numéro aborde une notion, la liste, dont les propriétés touchent à l'analyse du descriptif. Elle est envisagée selon 2 axes : historicisant (comment la littérature se réapproprie un matériau pluriséculaire) et poétique (mise en lumière des ressorts formels qu'engage l'écriture de la liste).

- Accumulation vite / Jean-Jacques Viton
L’accumulation conduit à l’entassement, au stock. Ce livre est un dépôt de visages, de fragments de corps et de situations, de gestes et de bruits. L’accumulateur ramasse et rassemble ces parcelles, ces épisodes, pour les restituer sous forme de courants, de lancées, de passerelles – de poèmes. Cet assemblage va constituer un bloc qui est sans doute de protection. L’accumulation consolide en apparence le corps et ce qu’il contient : du réel et de la fiction ; elle l’alimente pour ce qu’il rejette : des mots, beaucoup de mots qui s’accumulent aussi pour enfouir encore. Tout cela, vite. Dans une manière de reportages et de repérages hachés, faits de sursauts alternatifs. L’accumulation vise enfin à la mise en place d’un rempart de coordination dont le pantoum à boucles est le chemin de ronde.

- Le livre de la pauvreté et de la mort / Rainer Maria Rilke
Constitué d'une suite de trente poèmes de longueur très inégale, ce recueil oppose la vie moderne, la ville monstrueuse, le culte de l'argent, l'accumulation des déchets, à la vie spirituelle, avide de sollitude et de pauvreté, en dialogue permanent avec la mort et avec Dieu.


- Le commerce des mots : l'usage des listes dans la littérature médiévale (XIIe-XIVe siècles) / Madeleine Jeay
Observation de la pratique littéraire de la liste du XIIe siècle au début du XVIe siècle dans les oeuvres de Machaut, Froissart, Deschamps, Villon par exemple, qui montre que celle-ci est associée à la vision que le poète a de lui-même : maître des mots et de leurs infinies possibilités et conscient des limites qu'il se pose.


Enfin, un article qui peut vous intéresser : Listes et effets-listes : Enumération, répétition, accumulation / Alain Rabatel - Poétique, 2011/3 (n° 167), p. 259-272.

Bonne journée.

Réponse du Guichet du savoir

par gds_et, le 19/07/2017 à 11:49

Bonjour,

Nous ajoutons un complément de réponse qui nous a été transmis par FrClaude, que nous remercions:

Citer:
Je connais bien La Compagnie de l'Arbre dont Aurélien Delsaux, metteur en scène, auteur, comédien, a écrit "Madame Diogène" chez Albin Michel ISBN9782226258274 sur le thème du syndrome de Diogène. De cet ouvrage a été tiré un spectacle que joue sa compagne Jeanne
Guillon. Je l'ai vu en mars dernier au Théâtre des Marronniers de Lyon.
Prestation tout à fait excellente.
Bonne journée à tous



Bonne journée.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact