Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Récentes > Datation sous le calendrier révolutionnaire

Datation sous le calendrier révolutionnaire

par Miloc, le 09/01/2017 à 01:09 - 477 visites

Bonjour,

Pourriez-vous me dire comment étaient datés les événements antérieur à la République sous le calendrier républicain (révolutionnaire). Par exemple pour parler de la déclaration d'indépendance des Etats-Unis disait-on 16 avant la République ?

Merci d'avance et bonne recherche.

Réponse du Guichet du savoir

par bml_civ, le 11/01/2017 à 15:08

Bonjour,


Afin d’exalter la république, la Convention décide, le 6 octobre 1793 (15 vendémiaire an II), de créer un nouveau calendrier, dont la date de début est fixée au jour de la proclamation de la Ire République, le 22 septembre 1792, jour de l’équinoxe d’automne.

La décade remplace la semaine : ses jours sont dénommés primidi, duodi, tridi, quartidi, quintidi, sextidi, septidi, octidi, nonidi et décadi. Chaque mois comprend trois décades et l’année se termine avec 5 jours supplémentaires après fructidor ; les années sextiles, un 6ème jour dit de la Révolution est ajouté.

Pour le nom des mois, le poète Philippe François Nazaire Fabre, dit Fabre d’Eglantine (1750-1794), s’est inspiré du rythme des saisons et des événements naturels qui y sont associés : l’année républicaine commence avec le mois de vendémiaire, mois des vendanges, correspondant à la période du 22 septembre au 21 octobre. Puis suivent les mois de brumaire (des brumes), et frimaire (des frimas) ; nivôse (des neiges), pluviôse (des pluies) et ventôse ; germinal (de la germination), floréal (des fleurs) et prairial (des prairies) ; enfin messidor (des moissons), thermidor (des chaleurs) et fructidor (des fruits).
Les noms associés aux jours ont été choisis parmi les noms de fleurs, d’arbres, de plantes diverse, d’animaux et d’outils agricoles.

Conscient du manque de commodité du calendrier républicain (il débute le jour de l’équinoxe d’automne mais l’équinoxe n’est pas régulier) et de l’incongruité de cette rupture dans les habitudes des Français, Napoléon Ier l’abolit par décret impérial du 9 septembre 1805 (22 fructidor an XIII). Le calendrier grégorien reprend le 1er janvier 1806, le calendrier républicain aura duré 13 ans
.
Source : napoleon.org

Voir aussi : wikipedia.org


Aucun de nos ouvrages sur les calendriers n'aborde la question qui vous préoccupe, que ce soit :
- Rythmes du temps : astronomie et calendriers d'Emile Biémont
- Histoire du calendrier : images du temps [catalogue d'exposition présentée à l'Abbaye de Noirlac, du 5 mai au 2 oct. 2000]
- Notre calendrier : une sacrée histoire ! de Jean-Louis Heudier
- Histoire du calendrier : de la liturgie à l'agenda de Francesco Maiello
- De temps en temps : histoires de calendriers : situer le temps, compter le temps, inscrire le temps, réformer le temps sous la dir. de Claude Naudin
- etc.

Ce que tous les documents mentionnent c'est que, selon le décret de la Convention du 22 septembre 1792, les actes publics devaient désormais être datés "an I de la république". Un autre du 2 janvier 1793 précisa que l'an II de la République commencerait le 1er janvier 1793.


Les discours des révolutionnaires, que nous avons pu consulter dans les ouvrages suivants, n'apportent pas plus de précisions :
- Discours sur la religion, la République, l'esclavage de Robespierre
- Les grands discours parlementaires de la Révolution : de Mirabeau à Robespierre : 1789-1795 [éd. par] Guy Chaussinand-Nogaret
- etc.
La seule allusion à l'indépendance des Etats-unis que nous ayons trouvé, est formulée sans mention de date :
- Robespierre, entre vertu et terreur : les plus beaux discours de Robespierre
introduction et présentation de Slavoj Zizek
"Les mouvements favorables sont ceux qui sont dirigés directement contre les tyrans, comme l'insurrection des américains, ou comme celle du 14 juillet"
D'ailleurs l'usage du nouveau calendrier ne semble pas toujours de rigueur. Ainsi dans :
- L'impossible citoyen : l'étranger dans le discours de la Révolution française de Sophie Wahnich :
"Je tiens à la main le journal que paie le cabinet de Londres, le Courrier de l'Europe, du mardi 6 mai, il est tout récent" prononcé après le 26 mai 1794 par un orateur qui fait partie de l'assemblée constituante...
Autre exemple, p. 286 l'Assemblée s'exprime avec l'ancien calendrier et à l'inverse, p. 326, une lettre adressée à l'Assemblée fait référence au 7 prairial.
- etc.

La consultation des Archives numériques de la Révolution française (une collaboration entre les bibliothèques de l’Université de Stanford et la Bibliothèque nationale de France), n'a pas été plus concluante : résultats de recherche.


Autres documents :
- Calendrier : Concordance des deux ères, française et grégorienne 1789-1815.com1 et 1789-1815.com2
- Les calendriers sur ens-lyon.fr
  • 0 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact