Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > RFID

RFID

par chris42, le 08/07/2005 à 14:17 - 1973 visites

je voudrait savoir, un caddie rempli d'environ 50 produits étiquetés avec des puces RFID peut au mieu être lu en conbien de temps???

merci d'avance

Réponse du Guichet du savoir

par gds_db, le 08/07/2005 à 17:07

Réponse du service Guichet du Savoir

Voici un extrait de l'article de Paul de Brem intitulé "Les puces espionnes arrivent" extrait de L'Express du 31/05/2004

[i] La puce RFID (Radio Frequency Identification) peut être comparée à un super-code-barres. «Comme lui, elle permet l'identification des objets en associant un numéro à chacun d'eux. Mais là où le code-barres, avec ses 13 chiffres, est limité à 10 000 milliards de numéros différents, le circuit électronique RFID, avec ses 96 bits, stocke un chiffre choisi parmi 80 milliards de milliards de milliards de possibilités», explique Fabien Havard, consultant chez IBM.

Résultat: la puce ne se contente pas de distinguer les familles de produits entre elles, les barils de lessive de telle marque et les boîtes de petits pois de telle autre. Sa mémoire d'éléphant lui permet de faire la différence entre la canette de Coca-Cola que vous tenez dans votre main et toutes les autres, qu'elles se trouvent en France ou ailleurs dans le monde. Chacune de ces centaines de millions de boîtes rouges cylindriques est dotée d'un numéro d'identification absolument unique qui la rend reconnaissable entre toutes, si elle possède une puce RFID.

Mais il y a plus. Alors que les codes- barres doivent être passés manuellement devant un dispositif de lecture, les puces RFID s'affranchissent des questions de distance en émettant leur numéro d'identification par ondes radio jusqu'à 5 ou 10 mètres. Pour ce faire, certaines d'entre elles, qu'on appelle actives, sont équipées d'une batterie. D'autres, plus récentes, moins chères et qualifiées de passives, réussissent à se passer de toute source d'énergie interne. Dans ce cas, les quelques microwatts nécessaires à leur fonctionnement sont produits, au sein de la puce, par l'appareil de lecture. Celui-ci comprend des bobines électriques produisant un champ magnétique où la puce puise son énergie par induction.

[...]

«Dans un premier temps, ces puces seront apposées sur les cartons et les palettes qui approvisionnent les supermarchés, dans le but de simplifier les opérations de la chaîne logistique, détaille Si-Mohamed Saïd, responsable de la technologie RFID chez SAP France, éditeur de progiciels. Plus besoin de contrôler manuellement la présence de tel carton de marchandises au sein d'une palette: il se signalera de lui-même en passant à proximité d'un lecteur.»

Les atouts de cette technique sont évidents. Pour la première fois, le système informatique central des supermarchés, renseigné par les lecteurs de puces, fournira une vision instantanée des flux et des stocks. Le responsable d'un magasin pourra observer, en temps réel, le chargement de la palette qu'il attend, son départ des entrepôts, sa livraison et son stockage. Réagir aux aléas de la logistique - un camion en panne, la destruction accidentelle d'un colis - deviendra un jeu d'enfant. Mieux approvisionnés, les magasins gagneront en rentabilité. Wal-Mart en espère 2,5 milliards de dollars d'économies, soit 1% de son chiffre d'affaires !

Mais les géants de la distribution ne s'arrêteront sans doute pas en si bon chemin. Après les colis de marchandises, les puces RFID «tagueront» de simples articles du commerce, des tubes de dentifrice aux paires de bas. «Le prix de ces mémoires, qui atteint de 20 à 30 centimes d'euro, chute de 15% chaque année, ce qui va les mettre à portée des marchés de masse d'ici à 2015», estime Christophe Duverne, vice-président du marketing et des ventes de Philips Semi-conductors.

Certes, il reste encore quelques obstacles techniques à franchir avant cette généralisation. Les modes d'émission et de lecture des puces n'ont pas été standardisés, condition pour faire baisser leur prix et leur assurer un succès mondial. Ira-t-on vers des étiquettes communiquant à la fréquence de 13,56 MHz, qui présentent l'avantage de pouvoir être décodées par des lecteurs peu puissants? Ou vers d'autres qui transmettent leurs données à 900 MHz et se laissent lire à 10 mètres de distance? De même, on ignore si le marché, qui s'oriente vers des puces inscriptibles une seule fois, ne fera pas une place à des modèles de type Eeprom, où des informations supplémentaires pourraient être ajoutées à tout moment.

[...]

Les avantages de ces dispositifs électroniques sont immenses, avancent industriels et distributeurs. On devrait par exemple voir disparaître l'une des pires corvées du monde moderne, l'attente dans les queues des supermarchés. «Il suffira de passer son chariot sous un portique de lecture pour que son contenu soit identifié en un instant», explique Jean-Marie Picard, directeur de la logistique chez Carrefour. Le lent défilement des articles sur un tapis roulant dans le bip-bip des caisses enregistreuses appartiendrait à un autre temps.[/i]

Pour en savoir plus :

- zdnet.fr : RFID: la chaîne logistique premier chantier technologique
- zdnet.fr : Les puces RFID ne sont pas encore prêtes pour investir les supermarchés
- Cite-sciences.fr : RFID : une révolution technologique en marche ?
- 01net.com : RFID : l'étiquette intelligente qui va révolutionner la distribution
- Electronique.biz : L'électronique se multiplie sur les points de vente
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact