Bonjour, nous sommes désolés mais en raison de la promulgation du stade 3 de l'épidémie, nous ne sommes plus en mesure de vous répondre. Nous espérons pouvoir revenir vers vous très prochainement.

Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Jouer au tarot et tirer le tarot

Jouer au tarot et tirer le tarot

par Ricochets, le 15/02/2020 à 15:38 - 240 visites

Bonjour,

peut-on jouer au tarot et faire un tirage de tarot avec le même jeu ou bien est-ce une appellation pour 2 types de cartes différents ?

Réponse du Guichet du savoir

par gds_et, le 18/02/2020 à 11:16

Bonjour,

Le jeu de cartes généralement utilisé pour la taromancie et celui dont on se sert actuellement pour jouer au tarot présentent des différences. Malgré tout, ils conservent une structure similaire : dans les deux cas ce sont des jeux de 78 cartes, avec des bases numérotées de 1 à 10 réparties dans 4 couleurs (pique / cœur / trèfle / carreau ou épée / coupe / bâton / denier), et 4x4 cartes habillées (valet, cavalier, dame, roi). Dans le tarot divinatoire, ces 56 cartes sont appelées « arcanes mineurs », et les 22 cartes restantes sont les « arcanes majeurs », équivalents des 21 atouts et de l’excuse. Il serait donc possible de détourner l’usage des cartes à jouer pour la divination, et vice versa. Cependant les représentations allégoriques des 22 arcanes majeurs sont assez différentes des atouts du tarot français moderne, ce qui rendrait peut-être l’interprétation divinatoire malaisée.

En fait, si les tarots divinatoires s’appuient généralement sur le tarot de Marseille, il a existé de nombreux modèles de « tarocchi », dont l’origine commune reste mystérieuse :

« Les origines des cartes à jouer, qu’il s’agisse des vingt-deux arcanes majeurs ou des cinquante-six autres cartes, sont obscures. Il existe un ancien jeu allemand, que l’on appelle le « Jeu de la chasse » ou Jeu de Stuttgart, qui remonte aux environs de 1420-1430. Peint à la main, il ne comprend que des couleurs, mais pas les atouts, et c’est probablement le jeu le plus ancien qui nous soit connu. Ces cartes décrivent des scènes de chasse, les couleurs étant le chien, le cerf, le canard et le faucon. C’est aussi à cette période que remontent les plus anciens tarocchi de Visconti-Sforza. […]

Le jeu de tarots dessiné pour les familles Visconti et Visconti-Sforza, qui date des environs du XVe siècle, sont les cartes de tarocchi les plus anciennes qui existent à l’heure actuelle. Les bienfaiteurs de ces cartes enluminées peuvent être identifiés grâce aux meubles héraldiques apparaissant sur certains personnages des atouts et des figures. Il existe actuellement onze versions de ces groupes incomplets de cartes ; le jeu le plus complet est ce qu’on appelle le jeu de Pierpont Morgan-Bergame, qui comprend 74 des 78 cartes originales. […]

Les tarocchi de Mantegna. Les tarocchi de Mantegna sont des pièces imprimées, que l’on décrit habituellement sous le nom de cartes, et qui datent des environs de 1470. Il en existe deux versions différentes. Les mots « tarocchi » et « Mantegna » prêtent à confusion : on a attribué, d’une manière incorrecte, les cartes à Andrea Mantegna, de l’école de Padoue, et elles ne forment pas un jeu de taroccho. […] L’utilité des gravures, ou cartes, reste obscure ; elles avaient peut-être pour seul but d’être une source d’instruction, portant sur certaines doctrines philosophiques ou préceptes de morale. Les cartes peuvent avoir été montées sous la forme d’un livre ou, collées sur un support plus rigide, peuvent avoir formé les éléments d’un jeu.
Les jeux de tarocchi de Mantegna se composent de cinquante cartes instructives, séparées en cinq classes de dix cartes chacune, suivant un ordre bien précis. Outre l’image, chaque carte contient un titre et un chiffre romain centré à la partie inférieure de la carte, ainsi qu’un numéro d’ordre en chiffre arabe dans le coin inférieur droit. De plus, elles portent une lettre au coin inférieur gauche, opposé au chiffre, qui permet de partager les cartes en cinq groupes, ou classes. Les deux jeux de tarocchi de Mantegna qui existent à l’heure actuelle diffèrent l’un de l’autre en ce que l’ordre des lettres dans l’un des paquets est E, D, C, B, et A, tandis qu’il est S, D, C, B et A dans l’autre. Ainsi, les groupes E et S possèdent les numéros 1 à 10 ; le groupe D, les numéros 11 à 20 ; le groupe C, les numéros 21 à 30, le groupe B, 31 à 40 ; et le groupe A, 41 à 50. […]

Les similitudes qui existent entre les tarocchi de Mantegna et les jeux de tarots de Visconti-Sforza peuvent venir du fait que l’artiste qui a dessiné les cartes de Visconti-Sforza, quel qu’il fut, avait utilisé les idées de l’artiste des tarocchi de Mantegna. Il se peut aussi que les deux artistes aient développé leurs idées indépendamment l’un de l’autre, à partir d’une influence culturelle commune, à moins qu’ils n’aient travaillé à partir d’une série de documents imprimés plus anciens, qui ne sont pas parvenus jusqu’à nous. […]

Le tarot de Venise. Ce qu’on appelle le tarot de Venise, ou tarocchi de Venise, ou encore le jeu de Lombardie, est plus communément connu sous le nom de tarot piémontais. Il semblerait que le tarot piémontais provienne du jeu traditionnel de soixante-dix-huit cartes appelé le tarot de Marseille. Les arcanes majeurs et les figures des anciens jeux piémontais étaient généralement en pied, mais les éditions plus modernes sont généralement en tête-bêche. Les plus anciennes versions de ce jeu possédaient des chiffres romains. Ce sont elles qui ont introduit le personnage de la Papasse (la papesse) pour la carte portant le numéro II. Dans certains jeux de tarots actuels, cette carte s’appelle la grande prêtresse, ou Junon.

Les tarocchi de Bologne. Le jeu des tarocchini de Bologne comprend soixante-deux cartes, au lieu de soixante-dix-huit. Le mot tarocchini est une modification de tarocchino, ou tarot chino, qui signifie petit tarot ou tarot raccourci. Les vingt-deux atouts et les seize figures n’ont pas de titre. Originellement, les tarocchini de Bologne comprenaient l’empereur, l’impératrice, la papesse et le pape. Dans le jeu illustré, les quatre premiers atouts non numérotés dépeignent des personnages analogues à des Maures et des Satrapes, vraisemblablement parce que la république de Bologne tomba, après 1513, sous la domination papale. […]

Les minchiate de Florence. Le paquet des minchiate de Florence, analogue aux anciens jeux de tarocchi, a été augmenté à quatre-vingt-dix-sept cartes, par l’addition de douze cartes portant les signes du zodiaque, quatre cartes pour les quatre éléments, trois cartes décrivant les vertus théologales (la foi, l’espérance et la charité) et une carte pour une vertu cardinale (la prudence). Au lieu des quatre cartes habituelles nommées la papesse, l’impératrice, l’empereur et le pape, les minchiate ne possèdent que trois cartes impériales : la papesse devient le grand-duc, l’impératrice devient l’empereur d’occident et l’empereur devient l’empereur d’orient. Le jeu complet de minchiate contient quarante et un atouts et cinquante-six cartes de couleurs. […]

Les tarocchini de Mitelli. Les tarocchini de Mitelli sont une interprétation des tarocchini de Bologne, vue par le graveur Giuseppe Maria Mitelli, en 1664. Le jeu comprend soixante-deux cartes, réparties en vingt-deux atouts et quarante cartes de couleurs. Les sujets des atouts et des figures sont traités avec une certaine fantaisie, en s’écartant des dessins traditionnels des cartes. Les atutti n’ont ni titre ni numéro, sauf quatre atutti numérotés, qui sont des Maures ou des satrapes. Le pape et la papesse deviennent deux papes barbus ; l’impératrice et l’empereur deviennent les souverains d’occident et d’orient.

Le tarocco siciliano. Le tarocco siciliano comprend soixante-quatre cartes, c’est-à-dire vingt-deux arcanes majeurs et quarante-deux arcanes mineurs. Les cartes sont courtes, conformément aux autres cartes de cette région, et les personnages ont un aspect ramassé. […]

Autres jeux analogues

On confond quelquefois les jeux de cartes des Mameluks et les trappola avec les tarots. De plus, bien que les anciennes cartes « de chasse » ou de « fauconniers » du XVe siècle diffèrent des dessins des tarocchi, il convient d’en faire mention, car elles se sont développées appriximativement à la même époque de les anciens jeux de tarocchi. »
Source : La Grande encyclopédie du tarot, Stuart R. Kaplan


Pour aller plus loin :

- La Grande encyclopédie du tarot, Stuart R. Kaplan
- Le jeu de tarot : apprendre, progresser, gagner / Maurice Doury
- Histoire des cartes de tarot, Wikipedia


Bonne journée.
  • 0 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact