Bonjour, nous sommes désolés mais en raison de la promulgation du stade 3 de l'épidémie, nous ne sommes plus en mesure de vous répondre. Nous espérons pouvoir revenir vers vous très prochainement.

Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > MAISONS DE RETRAITE.

MAISONS DE RETRAITE.

par LUDOVICUS, le 08/02/2020 à 18:57 - 309 visites

S.V.P.
Si, de nos jours, les établissements pour retraités, sont devenus très nombreux ; quelle était la situation dans les années d'après-guerre : années 50 et 60,en particulier ?
Je me souviens , enfant, avoir entendu parfois parler d' Hospice ou Asile (non psychiatrique) ! Quelle était alors ,la différence entre ces deux structures, et quelle était la situation, notamment numérique , à cette époque, en cela ?
Et , de nos jours, quelles sont les différences principales entre : une maison de retraite, un Ehpad, un foyer,une résidence ..et que sais je encore ? Enfin, pourriez vous nous indiquer quelques statistiques , concernant autant le nombre de structures ou établissements, que le nombre de résidents et personnel d'appui, pour approximativement ces deux grosses périodes ? merci.

Réponse du Guichet du savoir

par bml_soc, le 10/02/2020 à 14:43

Réponse du Département Société


La littérature sur l’histoire de l’accueil des personnes âgées est assez pauvre en particulier si l’on veut des études transversales. La plupart des études historiques portent sur des périodes bien délimitées (XIXeme en particulier cf. Vies d'hospice : vieillir et mourir en institution au XIXe siècle) ou sur des établissements spécifiques. Aussi nous nous appuierons essentiellement sur la thèse de doctorat Sophie Guennery, L'hébergement de la personne âgée dépendante (2014), dont les chapitres introductifs du livre 1 donnent des informations très complètes sur l’évolution des établissements d’accueil de personnes âgées et des éléments de comparaison entre la période d’après-guerre et la période contemporaine du début du XXIème siècle.

L’évolution du statut et des conditions d’accueil des personnes âgées est le résultat des bouleversements de notre société et des changements de mentalités.

L’origine de l’hébergement des personnes âgées remonte à l’époque des hospices au Moyen-âge (1100-1500) et est essentiellement religieuse. Ces établissements de bienfaisance sont souvent religieux mais ne sont pas uniquement destinés à s’occuper des plus âgés. L’hospice est un établissement fait pour porter accueillir les personnes exclues, les enfants abandonnés et les personnes qui ne peuvent pas travailler (handicapés, malades, vieillards…). et accompagner les mourants.
Un asile est également comme son nom l’indique, un lieu de refuge où l'on trouve sûreté et protection mais c'est également un établissement public ou privé où sont recueillis pour un temps plus ou moins long des personnes malades ou sans abri, des enfants, des vieillards.
Louis XIV a en son temps souhaité organiser le système de soins en organisant « l’hôpital général qui centralise la direction de cinq structures de Paris : La Pitié, Le Refuge, Scipion, Bicêtre et la Savonnerie. En 1662, ce modèle d’organisation est étendu à tout le pays et en 1668, la gestion des hôpitaux n’est plus réalisée par le Clergé ou les religieux mais par des administrateurs quasi laïcs. L’activité de ces structures se poursuit pendant la révolution et fait alors apparaître la notion d’hospice entre 1795 et 1799. L’hébergement en général est officialisé à Paris avec la création du Conseil Général des hospices le 17 janvier 1801, qui est l’origine de l’assistance publique des hôpitaux de Paris, elle-même en place depuis le 10 Janvier 1849. Cette date marque le début d’une gestion de la politique sociale et sanitaire pour les indigents, dont les personnes âgées font partie [...] L’assistance aux vieillards s’étend alors progressivement et peut se réaliser, dès le 19ème siècle, à domicile ou par le biais des bureaux de bienfaisance (auparavant bureaux de charité), c’est à dire les hospices. […] Les conditions d’hébergement et d’assistance aux vieillards infirmes et incurables évoluent alors progressivement. La loi du 7 août 1851 introduit la distinction entre l’hôpital pour les malades et l’hospice destiné aux indigents, vieux et infirmes. Cette première distinction restera cependant timide et sera confirmée avec la circulaire du 15 décembre 1899, puis officialisée avec la loi du 14 juillet 1905. Désormais, les hospices sont obligés d’accueillir les vieillards gratuitement et pour être accueillie au sein d’un hospice, une personne âgée doit résider au moins cinq ans dans la commune où est installé l’hospice. (S. Guennery)

A partir du 20ème siècle, la croissance de l’espérance de vie en France fait émerger la question de la prise en charge de la population âgée. L’évolution de notre société va progressivement modifier la prise en charge des personnes âgées.
Au début du 20ème, les établissements urbains sont vétustes et surpeuplés ; les établissements ruraux se dégradent. Vers 1940, les structures d’accueil pour les personnes les plus démunies et les plus dépendantes bénéficient alors d’une image positive et représentent la réponse idéale face aux besoins des personnes âgées qui ne peuvent plus rester à domicile. L’Ordonnance du 11 Novembre 1958 officialise le terme de « maison de retraite » au dépend « des hospices ». Cet accueil est prévu pour les personnes dépendantes tout comme pour les personnes en perte d’autonomie légère ou modérée.
La prise en charge institutionnelle des personnes âgées va progresser fortement dans les années 1960.
En 1962, le rapport Laroque (issu des travaux de la commission d’étude des problèmes du vieillissement du Haut Comité consultatif de la population et de la famille) insiste sur le fait que la société doit « vivre ensemble » et que les personnes âgées ont toutes leur place au sein de la société. Elles ne sont désormais plus considérées comme des personnes pauvres et assistées mais comme des citoyens à part entière.
La priorité était clairement accordée au « maintien au domicile », avec une approche « moderniste » de la vieillesse, conçue comme un « 3e âge actif, autonome et participant » (Du rapport Laroque à la loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement : cinquante-cinq ans de politique vieillesse en France, Alain Grand, Vie sociale 2016/3)

Toujours d'après Sophie Guennery, le secteur se structure alors progressivement : les structures d’hébergement bénéficient alors d’un statut en fonction des services et des soins qu’elles prodiguent (structure sociale, médicalisée ou de long séjour) et la dénomination « maison de retraite » apparaît grâce à l’ordonnance du 11 novembre 1958 qui stipule que « si les hospices ne reçoivent que des vieillards, ils prennent le nom de maison de retraite ». Il s’en suit naturellement une hausse des demandes d’hébergement et l’offre devient vite insuffisante, s’avère rapidement inadaptée à une prise en charge individuelle. On constate de plus qu’elle ne permet pas aux personnes malades ou vieillissantes de résider dans de bonnes conditions. On assiste alors à une dégradation de l’image des structures d’hébergement. A partir des années 1970, l’hébergement collectif commence à être critiqué et prend une connotation négative.
Les années 1980 vont ensuite marquer un tournant important dans le domaine de la prise en charge des personnes dépendantes : le maintien à domicile devient privilégié et se développe progressivement. Avec la mise en place de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) en 2002 (loi n° 2001-647 du 20 juillet 2001), il devient le mode de prise en charge privilégié.

Les données sur le parc des établissements d’hébergement pour personnes âgées sont disponibles depuis le milieu du 20ème siècle et « portent sur trois catégories d’établissements : les maisons de retraite hospitalières (secteur public), les maisons de retraite non hospitalières (essentiellement privées), les sections d’hospices ou les maisons de retraite des hôpitaux publics.
D'après Sophie Guerry, en 2014, on peut dénombrer 10 747 maisons de retraite contre 3153 maisons de retraite hospitalières, maisons de retraite non hospitalières et sections d’hospices ou maisons de retraite des hôpitaux publics en 1962 (MAYEN M. La population des hospices et des maisons de retraite, Population, 27e année, n°1, 1972).

En 2014, les études sur l’hébergement des personnes âgées sont plus nombreuses et fournissent plus de données que dans les années 1960. Toutefois, les enquêtes évoluent et ne permettent pas toujours de disposer de données comparables sur une même période. Les sources sont différentes (INSEE, DREES…), les champs d’enquête et les objectifs dépendent des politiques nationales et les années d’enquête ne sont pas toujours identiques.[…] Entre 1992 et 2011, la France est passée de 600 000 places (Données disponibles sur le site Internet de la FNORS : http://www.fnors.org/fnors/ors/Travaux/So/42.pdf) à 720 000 places d’hébergement collectif (maisons de retraite, foyers-logements et unités de soins de longue durée) soit une croissance de 20 % entre ces deux années. Toutefois, cette progression reste inférieure à la croissance du nombre de personnes âgées.( Source : GUENNERY et PERRIN-HAYNES J. (2010) Les établissements d'hébergement pour personnes âgées : Activité, personnel et clientèle au 31 décembre 2007, INSEE, Série statistiques n°142).

Il existe plusieurs catégories d'hébergement pour les personnes âgées en terme de statut juridique -public, privé (à but lucratif ou non) ou personne morale de droit étranger-et selon ces statuts, on trouve différents profils : sociétés mutualistes départementales, associations relevant de la loi de 1901, sociétés anonymes (S.A), entreprises unipersonnelles à responsabilité limitée (EURL)… Leur tarification dépend également de leur fonctionnement et de leurs modalités de financement (convention tripartite, dotation globale ou partielle, habilitation à l’aide sociale…). Ces hébergements peuvent être plus ou moins médicalisés selon qu'ils ont vocation à accueillir des personnes âgées autonomes, dépendantes ou très dépendantes
-> Voir : Quels établissements ou résidences hébergent des personnes âgées (Ehpad...)?
-> Pour les spécificités de chaque structure (maison de retraire, foyer logement, résidence avec services, Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) voir également la notice Wikipédia sur les maisons de retraiteen France.

Pièce jointe:
img 1 gds.jpg
img 1 gds.jpg [ 89.02 Kio | Consulté 290 fois ]
Source : Guennery

En 2011, l’offre en établissement reste majoritairement publique. En effet, 50 % des places en maison de retraite et 70 % des places en foyers-logements sont publiques, 12 % sont privées à but lucratif pour les deux types de structure et 27 % sont privées à but non lucratif (DREES, Enquête EHPA 2007). […] Si en 1992, la France connaissait son pic de l’offre d’hébergement, depuis, cette dernière ne cesse de diminuer. En effet, le nombre de créations de places augmente mais les taux d’équipements d’hébergement diminuent. En d’autres termes, la progression du nombre de lits en EHPA reste insuffisante pour absorber la demande potentielle. […] Depuis l’application du plan « Alzheimer », un nouveau dispositif a été mis en place au sein de certains établissements : le Pôle d’Activité et de Soins Adaptés (PASA). Ces derniers accueillent en journée des résidents atteints de troubles du comportement et proposent des activités pour maintenir ou développer leurs capacités fonctionnelles, cognitives, sensorielles et leurs liens sociaux. Ainsi, au 31 décembre 2011, 5 % des EHPAD déclarent disposer d’un service de ce type.
Pièce jointe:
img 1 gds.jpg
img 1 gds.jpg [ 89.02 Kio | Consulté 290 fois ]


Aujourd'hui, face au manque cruel de place en EHPAD, on revient à la solution de l'accueil familial, "nouvelle-ancienne" solution d’hébergement pour les personnes âgées qui ne peuvent ou ne veulent plus vivre chez elles, momentanément ou définitivement. IL existe également la formule de l'habitat intergénérationnel, de l'habitat regroupé que certaines collectivités essaient de mettre en place.

Et voici enfin quelques chiffres (toujours issus de la thèse de Sophie Guennery …) concernant la typologie des personnels des établissements d’accueil :
Pièce jointe:
img 1 gds.jpg
img 1 gds.jpg [ 89.02 Kio | Consulté 290 fois ]

Pièce jointe:
img 1 gds.jpg
img 1 gds.jpg [ 89.02 Kio | Consulté 290 fois ]


Sources :
https://www.theses.fr/2014CNAM0962/abes
Histoire de la vieillesse : De l'Antiquité à la renaissance, MINOIS G., 1987,
Histoire de la vieillesse, JP Bois, Que sais-je ?, PUF
1962-2007 : regards sur les politiques du « maintien à domicile » Et sur la notion de « libre choix » de son mode de vie, Bernard Ennuyer, Gérontologie et société 2007/4 (vol. 30 / n° 123)

Voir aussi :
https://www.francetvinfo.fr/replay-radi ... 563403.htm

Pièces jointes:

img4  gds.jpg
img4 gds.jpg [ 57.8 Kio | Consulté 290 fois ]
img3 gds.jpg
img3 gds.jpg [ 51.4 Kio | Consulté 290 fois ]
img2 gds.jpg
img2 gds.jpg [ 76.55 Kio | Consulté 290 fois ]
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact