Guichet Du Savoir
http://www.guichetdusavoir.org/

Joachim Du Bellay écrivait-il ses poëmes en langue normale
http://www.guichetdusavoir.org/viewtopic.php?f=2&t=80858
Page 1 sur 1

osene [ 11/08/2019 à 14:47 ]

Bonjour,
Vu qu'il voulait faire des chefs-d'œuvre, utilisait-il une langue compréhensible ordinairement à l'époque? En dehors de la métrique, de l'inversion des adjectifs avant le substantif etc., de la rime, les mots étaient-ils ordinaires ou bien précieux au delà de la politesse de bon ton à l'époque?
En gros sont-ce des déclamations particulières? Attachantes mais peu représentatives de la langue correctement parlée à ce moment par les gens cultivés aussi bien pour la structure que les termes significatifs?
Merci cher guichetière cher guichetier.

Réponse attendue le 15/08/2019 - 14:08


bml_litt [ 13/08/2019 à 16:18 ]

Bonjour,

Tout d’abord, quelques dates et précisions pour situer Joachim du Bellay et son entreprise poétique en son temps : Joachim Du Bellay naît en 1522 et meurt en 1560, c’est donc au cours du XVIème siècle que ce dernier développe son œuvre poétique, siècle dans lequel la langue française vernaculaire est bien installée en tant que langue principale en France, prenant le dessus sur le latin, notamment grâce à l’ordonnance de Villers-Cotterêts qui impose le français comme langue officielle du droit et de l’administration du pays (1539).

Aujourd’hui plus connu pour son recueil des Regrets, c’est son essai La deffence et illustration de la langue françoyse (1549) suivi la même année de son recueil l’Olive, qui le consacrent en son temps, cet essai servant de manifeste aux poètes de la Pléiade.

Avec la Deffence, Du Bellay défend l’usage du français comme langue noble, au même titre que le grec, le latin, et l’italien voisin. Il prône l’imitation des auteurs antiques et italiens (Homère, Pindare, Virgile, Horace, Pétrarque), s’inscrivant ainsi à la fois dans une lignée poétique ambitieuse, tout en revendiquant la forme d’une « ancienne renouvelée poésie », ayant pour objectif l’avènement d’un vernaculaire ennobli.

On peut donc dire que si Du Bellay avait pour intention d’écrire de la haute poésie, son usage du français est un parti pris de rendre celle-ci cependant accessible et compréhensible à ses contemporains.

Du Bellay promeut ainsi l’usage de la langue "vulgaire" dans un style élevé, s’attachant à reprendre cependant la forme archétypale du sonnet amoureux, où parler de la dame aimée revient à parler de poésie tout court.

Il se détache ainsi de la forme poétique médiévale pour s’inspirer de celles antiques non sans prôner un renouveau poétique par le biais d’une langue française enrichie et moderne.

Pour de plus amples informations sur la langue de Du Bellay, vous pouvez lire L'écriture de Joachim Du Bellay de Françoise Argod-Dutard aux éditions Droz, ainsi que l’ouvrage Du Bellay, une révolution poétique ? de la série XVIe siècle français aux éditions puf.

Bonne journée,

Réponse attendue le 16/08/2019 - 16:08