Guichet Du Savoir
http://www.guichetdusavoir.org/

sexe de la viande alimentaire
http://www.guichetdusavoir.org/viewtopic.php?f=2&t=78671
Page 1 sur 1

djinn illiberis [ 07/01/2019 à 19:58 ]

Bonjour,
Le porc vendu comme viande est-il toujours de sexe mâle, existe-t-il une mention sur l'emballage dans le cas de la viande de grande surface ? Et qu'en est-il du "boeuf" et autres animaux de boucherie?
merci.

Réponse attendue le 10/01/2019 - 19:01


gds_et [ 09/01/2019 à 16:22 ]

Bonjour,

Non, la viande destinée à la consommation humaine n’est pas nécessairement issue d’un mâle, loin de là.

Dans l’élevage porcin, on appelle porc charcutier une femelle ou un mâle castré, élevé pour sa viande.
Certains éleveurs séparent les castrats et les femelles pendant l’engraissement (sexage), les mâles ayant une consommation alimentaire moyenne plus élevée pouvant nécessiter un rationnement.
(source : Ifip)


Concernant la viande bovine, voici les précisions que nous trouvons sur le site la-viande.fr :

« L'organisation de la production de la viande bovine en France
La viande bovine consommée en France est issue de ces 2 troupeaux :
• Elevage allaitant : Les veaux élevés « sous la mère » (dénommés ainsi parce qu’ils tètent le lait de leur mère jusqu’au sevrage) donnent de la viande de veau de boucherie (10 %). Les autres veaux (60%) sont élevés plus longtemps pour donner de la viande issue de jeunes bovins ou de taurillons engraissés jusqu’à l’âge de 18 mois environ ou bien issue de bœufs et génisses engraissés jusqu’à l’âge de 3 ans en moyenne. Parmi les jeunes femelles et mâles, certains sont sélectionnés pour le renouvellement du troupeau (30 %).

[…]

• Elevages laitiers : Les veaux sont élevés en majeure partie pour la production de veaux de boucherie (55 %), c’est notamment le cas des veaux mâles ; les autres veaux (25 %) sont élevés pour la production de viande bovine (jeune bovin, bœuf, génisse et vache). Parmi les jeunes femelles, certaines sont sélectionnées pour le renouvellement du troupeau (20 %).
Les élevages laitiers sont composés de races mixtes et laitières. Arrivées au terme de leur production de lait, les vaches de race laitière ou mixte sont commercialisées pour leur viande après une période de préparation appelée « engraissement » qui dure 2 à 4 mois : elles sont alors appelées vache de réforme et représentent plus de la moitié de notre consommation de viande bovine. »


Concernant la viande ovine, le cheptel ovin adulte a la particularité d’être composé essentiellement de femelles : seulement 160.000 béliers sur 5,42 millions d’ovins adultes, le reste étant composé de brebis. On suppose donc que les agneaux abattus pour leur viande sont majoritairement de sexe mâle, les agnelles ayant plus de chances d’atteindre l’âge adulte.


On consomme aussi en faible proportion de la viande chevaline, et les informations que nous trouvons suggèrent que les animaux abattus pour leur viande sont indifféremment mâles et femelles.


Concernant les volailles, ce sont aussi des mâles et des femelles qui finissent dans nos assiettes. Contrairement à ce qu’on pourrait penser un poulet peut aussi bien être une poulette : il s’agit d’une jeune poule d’élevage, mâle ou femelle, que l’on abat entre sept et douze semaines environ.
Pour en savoir plus sur la distinction entre poule, poularde, coq, chapon, dinde, dindon, etc., vous pouvez consulter ce billet du blog gourmandisesansfrontieres.fr.


A notre connaissance l’étiquetage ne permet pas au consommateur de savoir si la viande qu’il consomme est issue d’un animal femelle ou mâle.

Pour en savoir plus sur les mentions obligatoires et volontaires des étiquettes d’emballages vous pouvez parcourir ces pages :
- Etiquetage de la viande bovine et de veau, la-viande.fr
- Étiquetage des denrées alimentaires, economie.gouv.fr


Bonne journée.

Réponse attendue le 12/01/2019 - 16:01