Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Acide folique

Acide folique

par Cecoule, le 22/12/2018 à 20:34 - 541 visites

Bonjour,
Nous aimerions savoir quelle est l'utilité de prendre de l'acide folique avant d'être enceinte merci cordialement joyeuses fêtes

Réponse du Guichet du savoir

par gds_alc, le 24/12/2018 à 10:14

Bonjour,

passeportsante.net revient sur ce qu'est l'acide folique :

" La vitamine B9 est une vitamine hydrosoluble indispensable à la multiplication des cellules et à la production du matériel génétique (dont l'ADN). Elle participe à la fabrication des globules rouges et blancs, au renouvellement de la peau et de la paroi de l’intestin, ainsi qu’à la synthèse des substances chimiques qui modulent le fonctionnement du cerveau. Au tout début de la grossesse, l'acide folique joue un rôle majeur dans la formation du système nerveux de l’embryon.
La Vitamine B9 ne peut être synthétisée par l’organisme humain et doit donc être apportée par l’alimentation. Elle est d'ailleurs aussi appelée "folates" - du latin folium - rappelant qu'elle est très présente dans les légumes verts à feuilles.
Les aliments qui en contiennent le plus :
• Les légumes vert foncé : épinards, blettes, cresson, haricots beurre, asperges, choux de Bruxelles, brocolis, laitue romaine, etc.
• Les légumineuses : lentilles (oranges, vertes, noires), lentillons,haricots secs, fèves, pois (cassés, chiches, entiers).
• Les fruits de couleur orange : oranges, clémentines, mandarines, melon
Recommandation : consommez des légumineuses au moins tous les 2-3 jours et essayez de choisir les légumes les plus verts possibles !
PUBLICITÉ

Les bienfaits de la vitamine B9 sur la fécondité
L’acide folique (aussi appelée acide folique ou folates) est une vitamine précieuse pour toutes les personnes en âge de procréer. Il joue en effet un rôle important sur la fertilité aussi bien chez les femmes que chez les hommes :
• Chez la femme
Une recherche menée au Centre médical universitaire de Hambourg-Eppendorf, en Allemagne, a montré que l’ajout en micronutriments dans l'alimentation, y compris l'acide folique, pourrait grandement augmenter les chances de tomber enceinte en participant au bon déroulement de chacun des cycles menstruels et de l'ovulation. La Vitamine B9 pourrait même agir comme remède contre l'infertilité féminine.
(…)
Le tube neural se refermant entre la troisième et la quatrième semaine de vie foetale, toute femme devrait se voir prescrire une complémentation en Vitamine B9 dès son désir de grossesse pour éviter toute carence entraînant de graves conséquences pour les nouveau-nés.
La complémentation en acide folique devrait se poursuivre pendant les trois premiers mois de grossesse afin d'assurer une croissance optimale du fœtus.
D[b]'ailleurs, la HAS (Haute Autorité de Santé) recommande la prescription systématique d’une supplémentation en Vitamine B9 à raison de 400 µg (0,4 mg) par jour dès le désir de grossesse et au moins 4 semaines avant la conception et jusqu’à la 10ème semaine de grossesse (12 SA).


De même,Top Sante explique :

" Dès lors que vous envisagez une grossesse, avant même de tomber enceinte, une complémentation en acide folique (ou folate, ou vitamine B9) est recommandée. Une carence en cette vitamine peut en effet être à l'origine de graves malformations du système nerveux du fœtus tels que le spina bifida. L'idéal est de commencer la supplémentation au plus tôt car le système nerveux se développe dès les premières semaines de grossesse.
Chaque année en France, 800 grossesses sont concernées par une mauvaise fermeture du tube neural chez les fœtus en développement*. Ce risque pourrait être bien amoindri si toutes les femmes en âge de procréer et exprimant un désir d'enfant bénéficiait d'une supplémentation en folates (ou acide folique), également appelés vitamine B9.

Trois femmes sur quatre manquent de vitamine B9
L'acide folique est naturellement présent dans certains aliments tels que les foies de poissons, la levure alimentaire, le jaune d'œuf et les légumes à feuilles vert foncé (choux, épinards, mâche, brocolis...). Mais la dose journalière recommandée est de 400 microgrammes, ce qui représente 15 brocolis ou deux laitues par jour ! La dose appropriée atteint même cinq milligrammes pour les femmes obèses (IMC > 30) ou ayant des antécédents d'anomalies de fermeture du tube neural.

Près de trois quarts des femmes en âge de procréer ont des apports alimentaires en folate inférieurs à 100% des apports nutritionnels conseillés et 7 % des femmes en âge de procréer ont un sérieux déficit en folate. Pourtant, selon les données du réseau Eurocat (Surveillance Européenne des Anomalies Congénitales), 90% des femmes enceintes ou en désir d'enfant ne sont pas correctement supplémentées en acide folique.

Anomalie de fermeture du tube neural : une naissance sur 1 000
Un apport insuffisant en vitamine B9 chez la mère peut jouer un rôle dans des anomalies du système nerveux chez le fœtus liées à un défaut lors de la formation du système nerveux central : c'est ce que les médecins appellent l'anomalie de fermeture du tube neural. Le défaut se produira au niveau de la colonne vertébrale, entre la base du crâne et l'extrémité basse (le sacrum). Le plus fréquemment, ce type d'anomalie est à l'origine de pathologies telles que le spina bifida, une maladie congénitale responsable d'une perte de sensibilité dans les membres et de paralysies, mais aussi l'encéphalocèle (cerveau qui se développe en dehors de la boite crânienne) et l'anencéphalie (absence partielle d'encéphale). Un diagnostic prénatal par échographie permet de détecter de telles anomalies.
Cependant, "même si quatre femmes sur cinq choisissent dans ce cas une interruption médicale de grossesse, certaines refusent et les enfants qui naissent sont gravement handicapés" précise François Haffner, président de l'Association nationale Spina Bifida et Handicaps Associés. "Ces enfants vont avoir besoin de multiples interventions chirurgicales et hospitalisations et ce tout au long de leur vie. Le coût d'une personne déclarant de telles maladies est extrêmement élevé à la fois financièrement et humainement : ces malades vont souffrir de problèmes orthopédiques, d'handicaps cognitifs, de troubles sphinctériens entraînant une incontinence urinaire et fécale très handicapante pour le développement social, de troubles sexuels mais aussi de symptômes de dépression et de mal-vivre. Les conséquences sur la vie familiale et professionnelle sont très lourdes" révèle encore François Haffner. En France, un enfant pour 1 000 naissances est atteint de spina bifida. Mais une complémentation de la mère en vitamine B9 permet de faire chuter cette proportion à 0,3 bébés pour 1 000 naissances.

Au moins un mois avant d'être enceinte
La piste de la vitamine B9 est donc particulièrement intéressante pour diminuer l'incidence de ces pathologies nerveuses : "les risques d'anomalies de fermeture du tube neural sont dus à plusieurs facteurs : les polluants environnementaux, les facteurs génétiques, et les carences en folate. C'est sur ce dernier point qu'on peut le plus agir" insiste le docteur Thierry Harvey, gynécologue obstétricien au centre hospitalier Diaconesses Croix Saint-Simon, à Paris.
Mais comme le développement du système nerveux est très précoce chez le fœtus (entre le 21e et le 28e jour de grossesse), la complémentation en folate doit débuter au moins un mois avant la conception, ce qui n'est pas toujours évident : "le problème est qu'il faut l'administrer aux femmes qui souhaitent devenir mères au bon moment, c'est-à-dire déjà au moins un mois avant d'être enceintes. Or, une femme sur deux n'a pas programmé sa grossesse" souligne François Haffner. Alors pour agir à temps, le docteur Harvey émet le conseil suivant : "Toute consultation de contraception devrait être une consultation préconceptionnelle c'est-à-dire que toute femme ayant une contraception qu'elle peut elle-même arrêter (pilule, patch, anneau) devrait bénéficier d'une information complète portant sur la contraception d'urgence ainsi que sur la supplémentation en acide folique lors d'un arrêt de la contraception en cas de désir de grossesse. » Selon le docteur Harvey, avant la grossesse, dès que le désir de tomber enceinte pointe le bout de son nez, "les femmes devraient bénéficier d'une consultation qui permet de faire un bilan de la santé de la future maman (poids, tabagisme, vaccination...) dans un but préventif " pour réduire au maximum les risques pour
Vous trouverez des informations similaires sur doctissime.fr, parents.fr, sante.lefigaro.fr

Par ailleurs, l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (pdf) indique publie un dossier sur « folates et désir de grossesse : informer et prescrire au bon moment » :
« Pourquoi une supplémentation systématique en folates ?
Les anomalies de fermeture du tube neural (AFTN) ont été clairement associées à un déficit en acide folique (appelé aussi « folates » ou « vitamine B9 »). Pour prévenir ces malformations,
une prescription systématique de folates, en une prise quotidienne de 400 microgrammes et ce jusqu’à la 12e semaine d’aménorrhée, est recommandée, dès que la femme a un souhait
de grossesse, par ex. lors d’une consultation avant la grossesse. En effet, pour être efficace, cette supplémentation doit débuter plusieurs semaines avant la conception.
Le médecin généraliste, le gynécologue, la sage-femme doivent relayer largement auprès des femmes en âge de procréer cette recommandation encore insuffisamment connue. Ils doivent prescrire systématiquement une supplémentation aux femmes en désir de grossesse, tout en conseillant une alimentation conforme aux repères du Programme national nutrition santé (PNNS).
(...)
L’incidence moyenne des anomalies de fermeture du tube neural (AFTN) est d’environ 1 grossesse sur 1 000 en France.

•Près de trois quarts des femmes en âge de procréer ont des apports alimentaires en folates inférieurs à 100 % des apports nutritionnels conseillés.
•7 % des femmes en âge de procréer présentent un risque de déficit en folates (folates plasmatiques < 3 ng /ml).
(...)
La difficulté de la mise en œuvre de cette prescription réside dans le fait qu’elle doit débuter avant même que la femme soit enceinte...."


Nous vous laissons poursuivre cette lecture.

Enfin, pour consulter des articles scientifiques à ce propos, nous vous suggérons d’effectuer des recherches sur la Banque de données en santé publique ainsi que sur la base de données em-consulte.com – payantes mais disponibles dans certaines bibliothèques des universités. Vous pourrez ainsi trouver des articles du type Connaissance des femmes en âge de procréer sur l’acide folique : des progrès à faire ! – /
Mathilde Salgues, Christine Damase-Michel, Jean-Louis Montastruc, Isabelle Lacroix, 2016.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact