Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Cimetières classés Monuments Historiques en France

Cimetières classés Monuments Historiques en France

par Le Kangourou, le 09/11/2018 à 21:42 - 256 visites

Bonjour,

En pleine recherche sur le cimetière de Loyasse (non classé Monument Historique celui-ci), j'ai cru comprendre que seuls deux cimetières l'étaient : le Père-Lachaise et le cimetière de Nice. Est-ce correct ?
Merci de votre réponse !

Réponse du Guichet du savoir

par gds_alc, le 12/11/2018 à 11:34

Bonjour,

D’autres cimetières que ceux mentionnés ci-dessus sont classés aux monuments historiques. Sans prétendre à fournir une liste exhaustive, nous citerons quelques-uns d’entre eux.

Le site du Ministère de la Culture explique ainsi que « trente-deux monuments de l’art funéraire et commémoratif de la Grande Guerre répartis dans les départements du Nord, du Pas-de-Calais, de l’Oise, de l’Aisne et de la Somme ont été inscrits au titre des monuments historiques en accompagnement de la proposition d’inscription au Patrimoine mondial de l’Humanité à l’UNESCO, « sites funéraires et mémoriels de la Première Guerre Mondiale (Front Ouest) » dont certains cimetières :

► Département du Nord :
• Le cimetière allemand de la route de Solesmes et le Cambrai East Cemetery à Cambrai, témoignent des deux batailles de Cambrai (20 novembre-3 décembre 1917 et 8-10 octobre 1918). Le cimetière allemand, œuvre de l’architecte Wilhelm Kreis, est un cimetière de regroupement mettant en avant la fraternisation des combattants transcendant les nationalités. Le cimetière britannique, œuvre des architectes Charles Henry Holden et Wilfrid Clement von Berg, y est intégré. L’inscription concerne le site en totalité.
• Le Louverval Military Cemetery et le Cambrai Memorial à Doignies, en bordure de la RD630 et du hameau de Louverval, témoignent de la première bataille de Cambrai (20 novembre-3 décembre 1917), illustrée par le mémorial néoclassique, œuvre de l’architecte Harold Chalton Bradshaw et du sculpteur Charles Sargeant Jagger. L’inscription concerne le site en totalité.
• Le V.C. Corner Australian Cemetery and Memorial à Fromelles, œuvre des architectes britanniques Sir Herbert Baker et William Harrison Cowlishaw, est constitué de deux fosses communes contenant les restes de soldats australiens, victimes de la bataille de Fromelles (19-20 juillet 1916). L’inscription concerne le site en totalité.
► Département du Pas-de-Calais :
• La Nécropole nationale de Notre-Dame-de-Lorette à Ablain-Saint-Nazaire témoigne des violents combats pour la reprise de la colline de Notre-Dame-de-Lorette. Plus importante nécropole française de la Grande Guerre, c’est une œuvre monumentale de l’architecte Louis-Marie Cordonnier, célèbre architecte du nord de la France. L’inscription concerne le site en totalité. Il a fait l’objet d’un vœu de classement.
• (…)
• L’Etaples Military Cemetery à Étaples témoigne du plus vaste camp d’entraînement de l’arrière-front et des hôpitaux militaires britanniques installés sur le littoral du Pas-de-Calais. En résonance avec le site, le plus grand cimetière du Commonwealth en France est une œuvre impressionnant de l’architecte britannique Sir Edwin Lutyens. L’inscription concerne le site en totalité. Il a fait l’objet d’un vœu de classement.
• Le Trou Aid Post Cemetery à Fleurbaix commémore la bataille de Fromelles (19-20 juillet 1916). Petit cimetière britannique paysager est entouré de douves au cœur de la plaine agricole. Unique en France, il dégage une ambiance particulière empreinte d’une certaine poésie. Il est l’œuvre des architectes Sir Herbert Baker et John Reginald Truelove. L’inscription concerne le site en totalité.
• (…)
Le Dud Corner Cemetery et le Loos Memorial à Loos-en-Gohelle, au bord de la RD943 de Lens à Béthune, se situe à l’emplacement des combats de la bataille de Loos (septembre-octobre 1915). Le site donne la vision d’une forteresse hors du temps émergeant des champs cultivés comme un mirage dans le désert. Il a été conçu par les architectes John Reginald Truelove et Sir Herbert Baker, et décoré par le sculpteur Sir Charles Thomas Wheeler. L’inscription concerne le site en totalité. Il a fait l’objet d’un vœu de classement.
• Le cimetière allemand de Maison-Blanche à Neuville-Saint-Vaast, situé en bordure de la RD937 d’Arras à Béthune, commémore les violents combats des batailles d’Artois (1914-1915). Il s’agit du plus vaste cimetière allemand de regroupement, œuvre paysagère de l’architecte-paysagiste Robert Tischler, qui illustre l’idée allemande de la fusion avec la nature. L’inscription concerne le site en totalité.
• L’ensemble constitué par le monument de la Compagnie Nazdar, le cimetière et le mémorial tchécoslovaques à Neuville-Saint-Vaast, en bordure de la RD937 d’Arras à Béthune, témoigne de la participation des volontaires tchécoslovaques aux combats de la Grande Guerre, pour la défense de la Liberté et l’indépendance de leur patrie. Cette œuvre composite est due aux sculpteurs tchèques Jaroslav Hruška (monument de 1925, inspiré du cubisme tchèque) et Marta Šůmová, et des architectes HenriBourdarie et Bernard Héger. L’inscription concerne le site en totalité. (…)
• Le cimetière portugais à Richebourg évoque la participation des soldats portugais et de la République du Portugal au premier conflit mondial. Œuvre de l’architecte Tertuliano Lacerda Marques et du dessinateur et caricaturiste Tomas Julio Leal de Câmara, le seul cimetière portugais en France illustre l’art lisutanien, notamment dans son portail d’entrée. L’inscription concerne le site en totalité.
► Département de l’Oise :
• La Nécropole française et le cimetière allemand de Thiescourt limitrophes se situent sur un terrain où se trouvait une fosse commune franco-allemande d’une cinquantaine de corps. Réalisé le 4 janvier 1920, sobre et bien intégré dans le paysage, le cimetière allemand est conçu selon les principes de l’architecte munichois Robert Tischler autour de deux grands principes : le deuil et la vie universelle. La nécropole française est une nécropole de regroupement dont la disposition, en rangée autour d’une allée centrale, avec un axe de symétrie, est conforme à la disposition des nécropoles françaises. L’ensemble témoigne des importants combats du printemps et de l’été 1918 qui ont eu le lieu lors de la bataille de Noyon et dans le secteur du Matz. L’inscription concerne le site en totalité.
► Département de l’Aisne :
• Le Cimetière franco-allemand de Le Sourd à Lemé, conçu en 1915 sur l’ordre de Guillaume II et exécuté par les architectes, lieutenants Brunisch et Heidt, rend hommage aux soldats tombés lors de la bataille de Guise les 28 et 29 août 1914, qui fit près de 9000 victimes parmi les soldats allemands. Le cimetière est constitué de deux parties où reposent les corps des soldats français tandis et les corps des soldats allemands qui sont réunis autour de monuments régimentaires en granit réalisés par J. Limburg. Le site comprend des stèles illustrant la personnalisation des tombes en temps de guerre, notamment par la présence de stèles uniques à la mémoire d’officiers membres de la noblesse allemande, tels que les familles Von Witzleben, Von Plettenberg et Von Bismarck. L’inscription concerne le site en totalité.
• Le Mémorial américain du Bois Belleau et le cimetière américainde Belleau représentent un lieu de mémoire important de la bataille du Bois Belleau, en juin 1918, où de nombreux soldats américains ont perdu la vie. Le cimetière dit «Aisne-Marne », compte 2289 sépultures. La chapelle édifiée au-dessus des tranchées qu'occupaient les soldats de la seconde division américaine de défense du Bois Belleau, datée de 1930, est due au cabinet d'architectes Cram&Ferguson et au sculpteur Alfred Alphonse Bottiau. L’inscription concerne le site en totalité.
(…)
► Département de la Somme :
• Le Cimetière chinois de Nolette à Noyelles-sur-Mer situé en Baie de Somme atteste de l’effort de soutien apporté par le gouvernement chinois aux armées combattantes avec le recrutement de travailleurs chinois volontaires, les « coolies » , qui ont été près de 200 000 à venir en France pendant et après le conflit, avec le statut de travailleur sous contrat. Sur le littoral, le camp chinois de Noyelles a employé dès 1917 plus de 2000 « coolies » par jour pour acheminer les munitions et le ravitaillement de la côte vers le front. Réalisé à partir de 1921, le cimetière de Nolette est le plus grand cimetière chinois sur l'ensemble du front avec 841 tombes et une stèle sur laquelle sont gravées 41 noms. L’inscription concerne le site en totalité.
• Le Cimetière militaire de Louvencourt à l’origine cimetière de campagne lié à la présence dans ce secteur de l’arrière-front d’un hôpital, est l’un des trois premiers cimetières « prototypes » érigés à la demande de l’Imperial War Graves Commission. Il traduit la première réflexion esthétique funéraire du Commonwealth, le premier essai architectural, pour porter hommage de manière pérenne aux combattants. Sorte de laboratoire architectural funéraire, il a été mis en œuvre au cours de l’année 1920 par Sir Reginald Blomfield, d'après des dessins donnés dès mai 1918. Le cimetière abrite également des stèles françaises en pierre sculptée, extrêmement rares et non standardisées. Elles portent le motif du casque et n’obéissent donc pas à la standardisation des nécropoles françaises, qui présentent des croix en béton blanc. L’inscription concerne le site en totalité".

Nous pourrions aussi citer le cimetière juif portugais se trouvant à Paris dans le XIXe arrondissement et décrit dans les ouvrages Paris méconnu et Histoires insolites des monuments français.

Toujours à Paris, le cimetière de Saint-Pierre-du calvaire, situé au sommet de la butte Montmartre est aussi classé. Nous vous laissons prendre connaissance de la notice publiée sur Wikipedia.
Vous retrouverez tous les monuments classés à Paris sur le site paristoric.com.

Le cimetière de la Chartreuse à Bordeaux a été classé au titre des monuments historiques en 1921 et plus récemment au patrimoine mondial de l’Unesco.

L’ouvrage Cimetières et tombeaux : patrimoine funéraire français présente d’autres cimetières comme le cimetière de la Madeleine à Amiens, le cimetière du château à Nice.

Une interrogation de la base de données Mérimée ou de legifrance vous permettra de localiser ces différents monuments.

Enfin, en guise de conclusion, nous vous invitons à consulter le site cemeteriesroutes.eu (La Route européenne des cimetières], une initiative promue par l’Association des Cimetières remarquables en Europe (ASCE) qui présente 63 cimetières situés dans 50 villes de 20 pays européens offrant une importance historique et artistique particulière.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
cron
mentions légales - contact