Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Insectes

Insectes

par Gabriel2002, le 23/09/2018 à 11:12 - 158 visites

A quelle hauteur volent les insectes (comme les mouches, les abeilles etc.)?

Réponse du Guichet du savoir

par gds_et, le 25/09/2018 à 11:20

Bonjour,

Il n’est pas facile d’apporter une réponse précise à votre question, puisque tous les insectes ne se comportent pas de la même façon ! Ainsi dans une réponse précédente sur le vol des moustiques et des guêpes, nous indiquions que les moustiques ont tendance à voler bas par rapport au sol pour trouver leurs hôtes, alors que les guêpes construisent parfois leurs nids (et donc volent) à plus de trente mètres de hauteur.
Logiquement, on peut supposer que les insectes volent généralement à une hauteur adaptée à leurs besoins (proximité des sources de nourriture, abris contre les prédateurs, partenaires sexuels…).
On connaît finalement assez peu le vol des insectes, difficile à étudier chez des animaux aussi petits :

« Les insectes sont les seuls animaux, avec les Oiseaux et quelques Mammifères comme les chauves-souris à pouvoir voler. Cette aptitude au vol est une des causes qui ont assuré le succès des insectes. Le mécanisme précis du vol est complexe, difficile à étudier chez des animaux aussi petits. La vitesse moyenne du vol soutenu varie beaucoup selon les espèces. Elle est, en km/heure, de 1,8 chez les éphémères, de 3,0 chez les bourdons, de 6,4 chez la mouche domestique ; elle atteint 22,4 chez l’abeille, 30,0 chez une grande libellule du genre Anax, et 40,0 chez un Diptère Oestride du genre Cephenomyia. Plus la taille d’un insecte est faible, plus les individus doivent augmenter la fréquence des battements d’ailes pour pouvoir voler. Le nombre de battements par seconde est de 20 à 28 chez les grandes libellules, de 75 à 91 chez les coccinelles, de 190 à 330 chez la mouche et il atteint 1047 chez le Diptère Forcipomyia. Les insectes qui se nourrissent à l’état imaginal trouvent l’énergie nécessaire au vol dans les glucides. Chez ceux qui ne se nourrissent pas cette énergie provient des lipides qui ont été accumulés pendant la vie larvaire. »
Source : Dictionnaire d’entomologie, Roger Dajoz

Néanmoins les altitudes modestes mentionnées plus haut seraient loin de refléter les capacités réelles des insectes. Ainsi dans ce podcast les autoroutes du ciel pour arthropodes, Robert Krulwich nous apprend que les insectes (volants… ou non) peuvent se laisser porter par le vent pour monter à des hauteurs dépassant les 1000 mètres :

« Quand vous regardez en l’air, lors d’un jour ensoleillé, qu’est-ce que vous voyez? Et bien des nuages et parfois des oiseaux, bien sûr du ciel, beaucoup de ciel bleu. Mais ce que vous ne pouvez pas voir, parce que vus du sol, ils sont complètement invisibles, c’est que vous êtes en fait sous des énormes nuages d’animaux qui sont juste au dessus de vous, à ce moment précis. En commençant par ceux qu’on a tous vus, les papillons, qui volètent dans le jardin et qui atterrissent sur un asclépias. Parfois des papillons peuvent être pris dans un courant d’air et transportés à 250, 500, 1000 mètres voire plus. Puis ils battent leurs ailes pour se mettre dans la direction où ils veulent aller. Et alors vous vous apercevez qu’avec le papillon on trouve des mouches ordinaires, qui elles aussi se font porter par la brise pour atteindre 1250, 1500 mètres d’altitude et au-dessus-d’elles, vous trouverez des pucerons, des guêpes et des moucherons et, de manière très surprenante, des coléoptères, des coléoptères qui volent! Avec notamment celle-ci que vous connaissez bien, la coccinelle. Les coccinelles en été peuvent se trouver à 1500, 1800 mètres et avec elles on peut trouver les Bombyx Disparate, les mâles Bombyx qui volent à 3000 mètres et qui sont à la recherche de femelles, et encore plus haut, à la hauteur des montagnes c’est à dire 3600, 4000, 4250 mètres d’altitude, il y a des araignées qui ont tissé des fins fils de soie qui les portent comme des ballons. Mais encore plus haut, la plus haute altitude enregistrée pour un insecte vivant a été atteinte par un termite à 5800 mètres, c’est à dire un termite qui se trouve presque à la hauteur de Mt Mckinley [la plus haute montagne américaine qui se trouve en Alaska].
La vraie surprise, c’est de se rendre compte de combien d’insectes il y a à ces altitudes. Une équipe de scientifiques en Angleterre qui a utilisé des radars a calculé que si vous additionnez le nombre d’insectes qui passent au-dessus de vous dans une colonne d’air d’1 km² de base durant un mois typique de printemps ou d’été, le nombre d’insectes trouvés est 3 milliards. Et oui, 3 milliards d’insectes, sur différentes autoroutes superposées au-dessus de votre tête, chaque mois de juin, chaque mois de juillet, chaque mois d’août. Et pourquoi quittent-ils leur maison? Et bien pour les même raisons que vous: ils sont à la recherche de nouveaux espaces, de nouveaux endroits où manger, de nouveaux partenaires avec qui se reproduire. »

Notons que certains insectes, comme le bourdon des montagnes, modifient les mouvements de leurs ailes pour s’adapter à la raréfaction de l’oxygène en haute altitude. Théoriquement, cet insecte serait capable de voler à des altitudes supérieures à celle de l’Everest (si ce n’était le froid mortel…).


Bonne journée.
  • 0 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact