Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Questions Interstellaires !

Questions Interstellaires !

par Décembre, le 15/09/2018 à 10:27 - 299 visites

Bonjour à tous !

Je tiens le film Interstellar comme étant un immense film de Science-fiction. (Avis personnel !) Et je me pose des questions en rapport avec les thématiques du film.

J'aurais voulu savoir si un jour notre technologie permettra d'atteindre une planète viable : nos fusées pourront-elles nous envoyer loin dans la galaxie ? (Et est-ce une bonne chose d'y aller ? N'allons nous pas reproduire nos erreurs...)

L'homme résistera-t-il à des voyages aussi lointains ? Physiquement et moralement ?

Croyez-vous qu'il existe un espace à 5 dimensions ?

Merci de vos réponses et une excellente journée !

Réponse du Guichet du savoir

par gds_db, le 17/09/2018 à 16:15

Bonjour,

Un article répond à plusieurs de vos questions, Devrons-nous un jour quitter la Terre comme dans "Interstellar"?, publié par Magali Rangin sur BFMTV le 12/11/2014.

Alain Dupas et François Forget y évoquent la possibilité, pour les terriens que nous sommes, de vivre sur la Lune ou Mars mais dans des habitats souterrains.
Quant à la possibilité de vivre dans une autre galaxie, voici ce qui est expliqué :

" Quelles sont les autres options, les autres planètes "colonisables"?
"On a acquis la conviction que la plupart des étoiles dans la galaxie sont entourées de planètes rocheuses, comme la Terre, et à une distance de leur étoile qui permette de la présence d’eau liquide à leur surface", explique François Forget. Le seul problème, c’est la longueur du voyage: il faut des dizaines, voire des centaines de milliers d’années pour les atteindre.
"On peut imaginer développer des techniques qui nous permettent de voyager à une fraction de la vitesse de la lumière. Voyager à la moitié de la vitesse de la lumière permettrait d’atteindre en une quinzaine d’années, l’étoile la plus proche".
Mais il faudrait "une révolution profonde, être capable de découvrir de nouvelles sources d’énergie, construire des moteurs de fusées extraordinairement compliqués, qui nous permettent d’envoyer des vaisseaux spatiaux beaucoup plus vite qu’aujourd’hui". "

Un article de Louis San publié sur France TV Info Pourquoi on n'habitera jamais les planètes "habitables" explique également que nous n'avons pas encore trouvé de planète vraiment habitable et surtout que nous n'avons pas les moyens de nous y rendre !

" Mais si l'homme découvre une autre planète habitable, il aura bien du mal à y emménager. Car notre technique est loin d'être assez développée pour effectuer des voyages interstellaires, notamment sur des points essentiels comme le stockage et la gestion de l'énergie, la propulsion ou encore l'intelligence artificielle. Marc G. Millis, ancien directeur du Nasa's Breakthrough Propulsion Physics Project, estime sur le site spécialisé arXiv.org (en anglais) que l'homme ne disposera des capacités énergétiques nécessaires qu'aux alentours des années 2 200.
Voyager 1, le seul objet construit par l'homme ayant franchi les limites de notre système solaire, mettrait plus de 300 000 ans pour parcourir, par exemple, les 36 années-lumière qui séparent la Terre de Gliese 581d, une planète réputée habitable. Rien que pour rendre visite à l'étoile la plus proche, Proxima du Centaure, qui se trouve à 4,2 années-lumière de chez nous, cela lui prendrait environ 80 000 ans. Le voyage pour Kepler-186f est difficilement imaginable : cette planète se trouve dans un système stellaire situé à 490 années-lumière du Soleil. A l'heure actuelle, l'Homme mettrait ainsi 9,3 millions d'années pour y aller. Les exoplanètes sont généralement très éloignées de la Terre [...]
En outre, pour effectuer des voyages interstellaires, il faudrait se déplacer à une vitesse supérieure à celle de la lumière (300 000 km/s). Impossible, selon la théorie de la relativité d'Albert Einstein, rappelle, dans cet article, Claude Semay, chef du service de physique nucléaire et subnucléaire de l'université de Mons (Belgique). Pour lui, cette performance est à "ranger définitivement dans l'arsenal de la littérature de science-fiction". L'astrophysicien français controversé Jean-Pierre Petit n'est pas de cet avis. Dans un entretien à la radio La Voix de la Russie, il affirme qu'un tel exploit ne relève pas obligatoirement du fantasme.
Mais avant d'envoyer des vols habités, il faudrait commencer par envoyer des sondes dans d'autres systèmes solaires. Sans compter que les conséquences de longs voyages sont encore inconnues, notamment sur la santé et les relations sociales. Par exemple, en 2011, à l'issue de la mission Mars 500 qui simulait un voyage sur la planète rouge, les scientifiques ont observé de la jalousie et des tensions entre les six volontaires. Ils n'étaient pourtant restés enfermés "que" près d'un an et demi."


Concernant votre dernière interrogation sur l'espace en cinq dimensions, voici quelques explications :

" l'espace-temps dans lequel nous vivons n'a que 4 dimensions (3 spatiales et une temporelle), il faut donc rendre les 6 autres peu visibles. Une telle possibilité existe : c'est la compactification.
L'idée de la compactification n'est pas nouvelle : les mathématiciens Theodor Kaluza et Oskar Klein l'ont appliquée en essayant d'unifier l'électromagnétisme de Maxwell avec la gravitation d'Einstein. Ils ont introduit un espace-temps à cinq dimensions, dont une des dimensions spatiales est compactifiée, c'est-à-dire enroulée sur elle-même pour former un cercle, les quatre autres dimensions étant celles de l'espace-temps de la théorie de la gravitation d'Einstein. En appliquant la relativité générale dans cet espace-temps à cinq dimensions, Kaluza et Klein construisent une théorie qui contient la relativité générale d'Einstein dans l'espace-temps à quatre dimensions mais aussi la théorie de l'électromagnétisme de Maxwell et un champ supplémentaire de spin zéro, appelé dilatation. Le fait que la théorie de Maxwell résulte de la compactification sur un cercle est intiment lié au fait que l'électromagnétisme est une théorie de jauge U(1), c'est-à-dire une théorie de jauge des rotations du cercle. "
source : Théorie des cordes : Compactification / Ecole normale supérieure de Paris

Pour aller plus loin :
- Le paysage de la théorie des cordes / Raphael Bousso et Joseph Polchinski - Pour la science - 01/12/2004
- Théories de Kaluza-Klein / Vincent DÉMERY
- Théorie de Kaluza-Klein / Wikipedia

Bonne journée.
  • 0 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact