Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Les animaux sauvages dans les amphithéâtres romains

Les animaux sauvages dans les amphithéâtres romains

par dlyon, le 14/06/2018 à 07:58 - 293 visites

Bonjour,

Quels sont les animaux sauvages qui s’affrontaient entre eux, que les gladiateurs devaient combattre, et auxquels les 1ers martyrs chrétiens étaient livrés dans l’amphithéâtre de Lyon au temps des Romains ?
La présence de lions à Lugdunum relève-t-il de la légende uniquement ?
Je vous remercie.

Très cordialement.

Réponse du Guichet du savoir

par bml_reg, le 15/06/2018 à 13:37

Réponse de la Documentation régionale

Bonjour,

La bibliothèque de la Part-Dieu - fonds régional possède de nombreux ouvrages sur l'histoire des premiers martyrs chrétiens à Lyon dans lesquels nous avons trouvé des éléments de réponse :

- Lyon et les origines du christianisme en Occident / François Richard, André Pelletier, 2011 :
Citer:
Au Chapitre 3 « L’amphithéâtre et le sanctuaire des 3 Gaules », un paragraphe est consacré aux cérémonies dans lequel sont présentés les 2 types principaux de jeux offerts aux spectateurs : d’une part des combats de gladiateurs et d’autre part des chasses d’animaux sauvages. En Gaule et donc au Confluent, on montrait les animaux sauvages capturés dans le pays : ours, loups, lynx, sangliers, aurochs auxquels on ajoutera les taureaux. Ces animaux affrontaient soit des chasseurs soit des gladiateurs, soit se battaient entre eux. Les affrontements auxquels sont soumis les chrétiens lyonnais sont différents. Ils sont envoyés dans l’amphithéâtre durant la journée consacrée aux combats contre les bêtes, mais désarmés. Les réactions des animaux furent variées : Maturus et Sanctus furent traînés par les bêtes mais aucune bête ne toucha Blandine attachée au poteau.
Il n’était pas question de faire venir d’Afrique du Nord des grands fauves qui coutaient bien trop chers pour les organisateurs gaulois. La légende de Blandine face aux lions est donc une pure invention moderne ! D’ailleurs la Lettre des chrétiens, hormis les taureaux nommément désignés, ne parle que de « bêtes sauvages ».
Ainsi des non-gladiateurs condamnés à mort (ce qui fut le cas des chrétiens) pouvaient être livrés aux animaux sauvages, sans possibilité de se défendre. C’était une forme de supplice ayant cours dans la civilisation romaine.

- Martyrs à Rome / Philippe Valode, 2008 :
Un chapitre de cet ouvrage est consacré aux arènes sanglantes de Lugdunum. Le supplice de Blandine, de Sanctus, Maturus et Attale fait l’objet d’une description tirée de la Lettre des Chrétiens de Vienne et de Lyon à leurs frères d’Asie et de Phrygie, attribuée à Irénée, principale source documentaire de la persécution qui va frapper 66 chrétiens l’été 177 :
Citer:
Maturus, Sancrus, Blandine et Attale furent ainsi conduits à l’amphithéâtre car c’était la journée des combats de bêtes. Ils furent traînés par les bêtes…Blandine fut suspendue à un poteau pour être dévorée par les bêtes sauvages dressées contre elle. Mais aucune ne la toucha. Enfermée dans un filet, elle sera finalement livrée à un taureau furieux qui l’encorna et la projeta en l’air à plusieurs reprises mais sera achevée à coup de poignard ou transpercée d’un glaive.


La bibliothèque du Musée Lugdunum que nous avons contacté confirme ces informations après consultation des textes anciens par rapport aux Martyrs de 177 (Lyon dans les textes grecs et latins, de Gérard Lucas, Jean-Claude Decourt, 1993) : il est toujours fait mention de « bêtes » ou de « fauves » sans précision. Pour Blandine, il est mentionné par Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique, V, 1, 53-56, « Après les fouets, après les bêtes, après le gril, on finit par la jeter dans un filet et l’exposer ainsi à un taureau. Bien des fois projetée en l’air par cet animal, elle ne s’apercevait même plus de ce qui lui arrivait, absorbée qu’elle était dans l’espérance et l’attente de sa foi et de son entretien avec le Christ. On l’égorgea, elle aussi, et les païens eux-mêmes reconnaissaient que jamais chez eux une femme n’avait supporté autant de pareils tourments. »
  • 0 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact