Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Pilleurs baie d'audierne

Pilleurs baie d'audierne

par cari, le 29/05/2018 à 12:02 - 216 visites

il y a t'il eu beaucoup d'épaves dans la baie d'audierne et des pilleurs

Réponse du Guichet du savoir

par gds_ctp, le 30/05/2018 à 13:26

Bonjour,

La baie d’Audierne est en effet connue pour le nombre de ces naufrages et des pillages qui y ont eu, et y ont toujours cours. Et pour cause : selon un article d’ouest-france.fr, « La baie d’Audierne est pleine de bateaux qui au XVIIIe siècle convoyaient de la marchandise entre la France et l’Amérique. À l’époque, on payait en or, argent ou diamants. Il doit bien en rester entre les galets… »

La fréquence de ces naufrages a d’abord des raisons géographiques. Comme l’explique le site Musée maritime du Cap-Sizun, museemaritime.fr, « [l’accès au port d’Audierne est] très difficile à cause de la présence d’une barre (rouleaux et vagues déferlantes) à l’ouvert du chenal. »

Cependant, qui dit naufrage ne dit pas forcément pillards :

« Alors qu’un naufrage peut avoir lieu presque n’importe où sur une côte, une zone de pillage privilégie d’abord les portions basses du continent, à l’exemple de [i][…] la baie d’Audierne[/i] […] »

(Source : Les côtes barbares [Livre] : pilleurs d'épaves et sociétés littorales en France, 1680-1830 / Alain Cabantous)

Selon cette source, la fréquence des pillages dans la baie d’Audierne sous l’ancien régime s’expliquait par des facteurs géographiques - longues bandes de terre sans port, dispersion des habitations en petits hameaux difficilement contrôlables par la force publique - sociologiques – le pays abritait des populations essentiellement paysannes, et pauvres – mais aussi par les saisons : « Les mois d’hiver, favorables à la multiplication des accidents de mer, amplifieraient le phénomène en se conjuguant avec une plus grande disponibilité des populations littorales pendant cette saison. Car les communautés réputées prédatrices, essentiellement rurales, moins occupées l’hiver par le travail des champs, regardaient volontiers vers la mer ».

Bonne journée.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact