Guichet Du Savoir
http://www.guichetdusavoir.org/

Prieuré de st jean
http://www.guichetdusavoir.org/viewtopic.php?f=2&t=75804
Page 1 sur 1

Ddemandes [ 13/05/2018 à 20:39 ]

Bonjour, vous serait-il possible de me renseigner sur l'existence d'un prieuré de st jean éventuellement rattaché à la primatiale de st jean svp ?

Réponse attendue le 16/05/2018 - 20:05


bml_reg [ 16/05/2018 à 13:00 ]

Réponse de la Documentation régionale

Dans l’ouvrage de l’abbé Vachet : Les anciens couvents de Lyon, une partie est consacrée aux chapitres et collégiales. A propos du chapitre de la primatiale Saint-Jean, quelques extraits :
(…) Le chapitre de la Primatiale avait pour premier chanoine le roi. Les autres se recrutaient parmi les cadets de grande famille ; la noblesse était requise comme condition préalable. (…)
Dans l’origine le nombre des chanoines étaient illimité ; au treizième siècle, il flotte entre soixante-douze et quarante-huit ; en 1321, on le fixa à trente-deux.
(…) A l’origine, les chanoines vivaient de la vie commune, dans le silence de leur cloître. Ils mangeaient ensemble dans un endroit appelé la dapiférie, qui devint la manécanterie, au côté méridional de la cathédrale.
Il y avait trois cloîtres : le petit cloître, élevé à côté de la cathédrale, que les chanoines habitèrent sous des lois sévères jusqu’en 1220, méritant par leur vie exemplaire les félicitations de saint Bernard.
Le petit cloître devenu insuffisant, fit place à un second plus vaste ; tous les deux furent détruits au douzième siècle par le comte de Forez.
Le grand cloître ou cloître extérieur renfermait dans son enceinte une partie notable du quartier de Saint-Jean. Cette vaste enceinte avait six portes, dont la porte Froc était la plus importante.
Dès le principe, aucun laïque ne logeait au cloître ; ils ne pouvaient même y entrer que pendant les offices. Le clergé devait s’y comporter avec la plus rigoureuse modestie. (…)

Dans La cathédrale de Lyon / par Antoine Michalon, un petit chapitre est consacré à la Manécanterie. On peut lire :
(…) Au midi de la cathédrale, et sensiblement à l’alignement de sa façade, se situe un corps de bâtiment, probablement le plus ancien de Lyon, que l’on connaît sous le nom de « Manécanterie ».
Tout d’abord, il fut utilisé pour les services généraux des Chanoines, qui menaient alors une vie communautaire fort semblable à celle des religieux dans leur monastère. En 1394, cette maison devint celle des petits clercs qui jusqu’alors étaient « en pension » chez les différents chanoines ; ils l’occupèrent jusqu’en 1844. C’était donc la « Manécanterie », de mane cantare : « chanter matin », ou plutôt mansio cantorum, maison des Chantres.
Lucien Bégule situe entre 975 et 1025 la construction de ce logis. Il le compare à Notre-Dame d’Ainay, de Lyon : « Comme dans ce monument, l’emploi d’incrustations de briques colorées est appelé à jouer un grand rôle dans l’ensemble architectural de la Manécanterie. (…)
Après le départ des petits clercs, la salle du rez-de-chaussée demeura leur vestiaire. C’est là qu’ils revêtaient leur habit de chœur : soutane noire à traîne et par-dessus, un surplis de linge blanc ; et, de la Toussaint à Pâques seulement un camail noir dont la pointe descend jusqu’aux talons. Des logements particuliers occupaient les étages.
En 1936 et les années suivantes, le ministère des Beaux-Arts entreprit la rénovation de ce bâtiment. A l’extérieur, les cheminées disparaissent, laissant nette la toiture toute simple, et les fenêtres sauvages sont obturées ; seules demeurent celles du vestiaire, situées à cinquante centimètres du sol, tandis que de petites ouvertures donnent la lumière à une grande salle. De l’intérieur de l’église on accède à cette pièce, aux poutres apparentes qui paraît immense. (…)

A propos de la Manécanterie et de son utilisation, vous pourriez consulter, entre autres:
-ces ouvrages et articles ainsi que la rubrique consacrée à la cathédrale Saint-Jean dans le Dictionnaire historique de Lyon

En ligne :
- Sur le site de la bibliothèque, dans numelyo : un article de Vachez publié dans la Revue du Lyonnais
-l’article de Madeleine Vialettes publié dans Bulletin monumental, sur le site Persée
- l’article de Wikipedia, celui du site Lyon historique

Réponse attendue le 19/05/2018 - 13:05