Le Guichet du Savoir - Consulter le sujet - Règle de français ?

Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Règle de français ?

Règle de français ?

par ecl, le 06/05/2018 à 10:18 - 206 visites

Bonjour

Doit on dire "avant que quelque-chose arrive" ou "avant que quelque-chose n'arrive" ? J'ai la même interrogation avec des séparateurs comme "sans que" par exemple...

Merci !

réponse attendue pour le 12/05/18

Réponse du Guichet du savoir

par bml_litt, le 11/05/2018 à 10:56

Réponse du département Langues et Littératures

Bonjour,

Lorsque le locuteur sent dans le contexte une idée de négation, il introduit parfois dans les propositions conjonctives un ne que l’on appelle explétif, à la fois parce qu’il peut toujours être omis et parce qu’il ne correspond pas à une négation objective.
CE NE EST DONC FACULTATIF, MÊME SI LES GRAMMAIRIENS ONT ESSAYÉ DE RENDRE SON EMPLOI PLUS RIGIDE.

Le bon usage recense les divers cas pouvant présenter cette construction, entre autres :

Après certaines locutions conjonctives

1 – Facultativement, après la locution conjonctive avant que :

J’ai fait la parade, avant que le vrai spectacle NE commence (Gide, Journal)

Ex. sans ne : Il redoutait de dire le mot qui finirait l’histoire avant qu’elle fut commencée (Mauriac, Agneau)

On a souvent tenté de mettre une nuance entre les deux constructions : le ne s’introduirait « toutes les fois qu’il y a du doute sur la réalité de l’action » exprimée dans la proposition ; ̶ lorsqu’on « insiste sur la durée qui s’est écoulée avant l’intervention du fait nouveau » et lorsque « ce fait nouveau met fin à l’état de fait antérieur ». Même si certains usagers sentent des nuances de ce genre, elles n’ont aucun caractère général.

[…]

3 – Assez souvent, après la locution sans que, lorsqu’elle dépend d’un verbe construit avec négation :

Je n’ai jamais causé avec un Italien sans que la conversation NE tournât de suite à la politique (Taine, Voyage en Italie)

On trouve même ne alors que la proposition ne dépend pas d’un verbe construit négativement :

Il se passait une semaine entière sans que le camion NE vienne au camp (Le Clézio, Étoile errante)

L’Académie, dans une « mise en garde » du 17 février 1966, déclare que « sans que doit se construire sans négation, même s’il est suivi d’un mot comme aucun, personne ou rien, qui ont dans ces phrases un sens positif ». D’une façon générale, ne explétif après sans que est souvent blâmé parce que sans est négatif à lui seul. Mais l’usage littéraire, même celui des académiciens, n’est guère sensible à ces proscriptions.
  • 0 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact