Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Tour d’observation impasse Chazière

Tour d’observation impasse Chazière

par dog, le 28/03/2018 à 13:42 - 814 visites

Bonjour,
je voudrais savoir l'histoire de la tour en pierres dorées située au bord de l'impasse chazière (qui n'a rien à voir avec la tour de la belle allemande de la rue d'Ypres détruite en 1973).
une photo est visible sur ce site :
http://dvalot.free.fr/pictures/monument ... D_8031.htm
merci d'avance

Réponse du Guichet du savoir

par gds_et, le 30/03/2018 à 14:13

Bonjour,

Le Guichet du Savoir a déjà apporté une réponse à votre question en 2015 : tour rue Chazière.

Cette tour se situe « dans l'enceinte d'une grande propriété qui a appartenu à une congrégation de religieuses: Les filles de la charité (plus connues sous le nom de Sœurs de Saint-Vincent-de-Paul) »

La seule source que nous avions trouvé à l’époque était un article du Figaro daté du 24 février 1987, intitulé Le puits belvédère de l’impasse Chazière :

« Le puits belvédère de l’impasse Chazière

La ville sur la colline de la Croix Rousse est une surface insolite, couverte de surprises, de mélanges architecturaux les plus divers. Sur les pentes qui dégoulinent dans la presqu'île, le hasard, et lui seul, peut sauver l'étranger perdu dans les traboules sur des étages de rues étroites. Le plateau, bourgeois et confortable, rassure. Les campagnes immobilières vont bon train, le grand boulevard facilite bien les choses... il fait clair entre les platanes des larges trottoirs. Plus loin, quand on plonge dans le quartier d'Hénon, la géographie urbaine se complique. A droite ou à gauche, suivant la situation, on risque de déraper sur un parcours non-stop de paquets d'immeubles en direction de Caluire-et-Cuire. Tout droit par contre, quand la principale artère balance insidieusement le promeneur, les culs-de-sac n'en finissent plus de casser net la descente en direction des quais de Saône. La, on découvre quelques pavillons, de banlieue encadrés par des pavillons de banlieue dans une banlieue récente de vieux immeubles. Architecture typique des années 1950-60. Image parfois désastreuse d'une logique apparue après la deuxième guerre mondiale. On ne parle pas d'urbanisme dans ce secteur restreint au Sud du cimetière de la Croix Rousse. Seule la rue Chazière rattache ce coin de ville à l'ensemble des lyonnais. Et encore, il ne faut pas se tromper de direction. Si l'on prend celle du Nord, c'est cuit et recuit. Un long mur, comme une terrasse provençale, laisse courir le regard jusqu'aux berges, ou ce qu'il en reste quand une résidence close ne vient pas fermer le décor fluvial. Mais le mur reste, barrière physique et décrépite à notre promenade. Petit mur pourtant, comme un paravent indiscret qui laisse envisager les suites d'une belle tête. Celles d'un belvédère. Ou ce que l'on suppose être un belvédère. Un cylindre de pierres de Villebois, posé au siècle passé pour surveiller les alentours d'une grande propriété appartenant à une congrégation de religieuses. Le site est inscrit au patrimoine foncier de la municipalité qui ne semble pas se précipiter pour en faire un véritable parc de ville. Son balcon de garde offre une prise garantie aux alpinistes du dimanche, et une ouverture généreuse pour visiter l'intérieur de cette tour. Visite rapide, rien à voir, seulement l'étendue de l'Ouest lyonnais que n'importe quelle HLM des alentours peut offrir. Le belvédère perd alors toute sa valeur pour retrouver sa véritable identité, celle d'une construction à l'architecture militaire que l'on situerait plus sérieusement dans l'un des quinze forts qui entourent la ville. Seulement voilà, sur sa façade Nord, au pied de ce que l'on peut comparer à un goulot de bouteille de bière, les employés du service foncier de la municipalité ont fermé la seule entrée du rez de chaussée. Une entrée qui ne distribue pas seulement les étages, mais donne aussi accès au puits artésien dont se servaient les religieuses. Une confrontation d'utilités très rare dans le monde de l'architecture publique. Un élément du décor urbain que l'on se surprend à vouloir protéger. »

Malgré les recherches supplémentaires que nous avons menées, nous n’avons pas trouvé d’autres informations.


Bonne journée.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact