Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Crytpomonnaie et son influence sur les consommateurs

Crytpomonnaie et son influence sur les consommateurs

par seb1981, le 13/02/2018 à 16:16 - 940 visites

Comment fonctionne le Bitcoin et a-t-il une influence sur les consommations des utilisateurs de Bitcoin en France et dans l'Union Européenne?

Réponse du Guichet du savoir

par gds_db, le 15/02/2018 à 11:45

Bonjour,

Nous vous invitons tout d'abord à consulter ce reportage Arte : C'est quoi le BitCoin ?



Autre vidéo explicative :


Pour résumer, le Bitcoin est une monnaie virtuelle, née en 2009, totalement électronique, n'appartenant à aucune banque, aucun État, sans frontières. Elle n'est pas matérialisée et est gérée par ses utilisateurs en réseau. Elle est sécurisée et moins vulnérable face aux attaques informatiques.
Cette monnaie commence à être intégrée à la vie réelle : on peut acheter des services, du matériel informatique, ... mais il est vrai que les lieux acceptant le Bitcoin restent encore rares.
Avec des frais de transaction très élevés, le Bitcoin n’est pas encore un système de paiement destiné au commerce de détail. Pour l'instant, il sert surtout à effectuer des transferts internationaux de montants élevés et est plutôt considéré comme un placement voire de l'investissement spéculatif.
Ainsi, on peut donc affirmer que le Bitcoin est une monnaie encore faiblement utilisée par le consommateur et n'a donc pas d'influence significative sur la consommation française ou européenne.
Nous n'avons en tout cas, pas trouvé d'étude sur l'évolution de la consommation des utilisateurs de bitcoin.

Voici quelques extraits d'un article qui aborde la question de l'achat de biens et services par les utilisateurs de monnaies numériques :

" Longtemps associé aux transactions illicites et aux activités criminelles, le Bitcoin sort de sa marginalité. Cette monnaie numérique, indépendante de toute banque centrale, permet de réaliser en ligne des paiements sécurisés, traçables, et sous pseudonyme. Elle peut être stockée sur un portefeuille virtuel et utilisée pour payer des biens et services numériques.
Aujourd'hui, plus de 100 000 sites Internet, dont PayPal, WordPress ou le géant américain du voyage Expedia, acceptent ce moyen de paiement. Des ONG telles que la Croix-Rouge ou Greenpeace s'ouvrent progressivement à cette technologie pour le versement de dons. Et 1 778 distributeurs physiques en tout ont été installés à travers le monde depuis 2014. Une quinzaine de ces appareils sont désormais en service aux Pays-Bas. Faciles à utiliser, ils permettent aux détenteurs de Bitcoins de retirer de l'argent en espèces ou de créditer leur compte, sans aucun contrôle particulier.
La précieuse devise numérique commence à séduire également les commerces de proximité. À Paris, une cinquantaine d'établissements pionniers l'ont intégrée à leurs services, selon Coinmap, une carte collaborative qui recense les points de vente acceptant ce moyen de paiement dans le monde. " [...]
" « Aujourd'hui, le Bitcoin présente peu d'intérêt pour les commerces de proximité, si ce n'est pour le côté communication. Il n'est pas encore pertinent pour le paiement de transactions de tous les jours, sur de petits montants, qui représentent l'essentiel de leur activité » , tempère Éric Larchevêque, PDG de la start-up Ledger et cofondateur de la Maison du Bitcoin, le premier comptoir d'achat physique de cette monnaie en Europe. À chaque transaction en Bitcoins correspondent des frais indépendants du montant transféré. Ces frais évoluent néanmoins en fonction de l'encombrement du réseau, le nombre de transactions par minute étant limité. L'engouement pour cette technologie incite donc les détenteurs de Bitcoins à s'adonner à des enchères pour être en mesure de réaliser leurs transactions, d'où des commissions parfois élevées, qui peuvent se montrer dissuasives pour le transfert de petites sommes. Si verser cinq euros pour un virement de plusieurs dizaines de milliers d'euros peut sembler dérisoire, cela devient dissuasif lorsque le montant avoisine une dizaine d'euros.
« Le Bitcoin trouve tout son intérêt pour les paiements transfrontaliers, qui impliquent des problèmes de change des devises et des montants élevés, explique Éric Larchevêque. Cette technologie devient alors compétitive par rapport aux tarifs pratiqués par les banques. » "
source : La monnaie virtuelle se lance à la conquête du monde réel / Trujillo, Elsa - Le Figaro, no. 22787 - Le Figaro Économie, mardi 14 novembre 2017, p. 22


Pour aller plus loin :
- Que peut-on acheter avec des Bitcoins ? / Aurélie Rossignol - Le Parisien - lundi 11 décembre 2017
- BITCOIN : LES COMMERCES FRANÇAIS OÙ VOUS POUVEZ PAYER AVEC / Capital.fr - 20/12/2017
- Bitcoin et le commerce de détail
- Microsoft n’accepte plus le Bitcoin comme moyen de paiement / Journal du Coin - 9/01/2018
- Bitcoin : 5 millions d'utilisateurs en 2019 mais un usage limité / Laszlo Perelstein - La Tribune - 17/03/2015
- Pourquoi les Français foncent sur le Bitcoin / Raphael Bloch - les Echos - 29/11/2017

Bonne journée.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact