Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > vie de château

vie de château

par culine, le 12/11/2017 à 12:23 - 780 visites

Bonjour,

Chaque fois que je visite un château, médiéval, renaissance ou même plus tardif, je me demande, vu la taille des pièces, la hauteur sous plafond et la présence, en général, d'une seule cheminée, quelle température il pouvait y faire une fois l'hiver arrivé.

Parvenait-on atteindre des températures de 18 ou 19 degrés, ou nos ancêtres étaient-ils habitués à vivre à des températures très nettement inférieures ?

J'imagine que dans la majorité des pièces du château de Versailles (et en particulier dans la galerie des glaces !) on devait se geler lorsque la température extérieure ne dépassait pas zero.

Les habitants des châteaux passaient-ils l'hivers couverts de manteaux, ou se réfugiaient-ils dans des pièces de petite taille et plus faciles à chauffer ?

Question annexe : a-t-on idée de la quantité annuelle de bois utilisée pour chauffer une château comme celui de Versailles ?

Réponse du Guichet du savoir

par bml_civ, le 16/11/2017 à 14:28

Bonjour,

« Habitués au confort douillet de nos habitations, nous peinons à imaginer ce qu'a pu représenter l'épreuve de l'hiver pour les hommes et les femmes du passé. Contraints de grelotter au coin de leur cheminée qui chauffait peu et mal, ils devaient déployer des trésors d'énergie pour essayer de lutter contre les morsures du «petit âge glaciaire». Leur sensibilité au froid et à la chaleur était bien éloignée de la nôtre et cette accoutumance à l'inconfort, cette capacité à endurer avec résignation des températures intérieures dont l'évocation seule nous fait aujourd'hui frissonner ne manquent pas de nous étonner. »
4e de couv. de Les délices du feu, Olivier Jandot. Cet ouvrage, si l’on en croit sa recension
Qui a la parole ? Histoire à faire froid dans le dos dans Le Monde en ligne, une autre sur L’Influx et son sommaire répondra complètement à vos interrogations sur la température et la sensibilité au froid de nos ancêtres.

A Versailles, plusieurs techniques sont utilisées pour lutter contre le froid :

« La marquise de Rambouillet cousait sur son corps une peau d’ours ; la maréchale de Luxembourg passait tout l’hiver dans sa chaise à porteurs en société de nombreuses chaufferettes ; une autre, au risque d’être rôtie, s’enfouissait dans un tonneau posé sur une bassinoire brasillante, suivant en cela l’exemple du médecin Charles Delorme qui couchait sur un four en briques, se couvrait la tête de huit bonnets et garnissait ses jambes d’autant de paires de bas auxquels il ajoutait des bottes fourrées de peaux de mouton. »
Versailles au temps des rois, G. Lenotre cité dans A Versailles, il ne fait pas chaud, site Passion château.

« Non loin de sa grande chambre de parade, aussi incommode que majestueuse, Louis XV se fit installer en 1738 une nouvelle chambre, plus petite et exposée au sud, donc plus aisée à chauffer. »
Appartement intérieur du roi, site du château de Versailles

Enfin, voici quelques chiffres sur la consommation de bois :

"Les gens de qualité, qui ont hôtel et un grand train domestique, s’approvisionnent directement aux chantiers établis tout le long de la Seine, en particulier sur le quai de la grève, à hauteur de l’Hôtel de Ville et à la Grenouillère, le quai d’Orsay actuel. Princes du sang et grand seigneurs étaient, pour ces marchands de bois en gros, de précieux clients, car le budget de chauffage de leur « maison » était élevé. Ainsi les cheminées du palais du cardinal de richelieu constituaient un véritable gouffre pour le bois, et, pendant la saison froide, dévoraient 1000 kilos de bois par vingt-quatre heures, si bien que, du 1er novembre à pacques, la dépense de combustible était chaque jour de 43 livres. Presque aussi exigeante, la « maison » de la Princesse Palatine, à Versailles, consommait chaque jour 134 bûches et 620 fagots, représentant une dépense de 92 livres 9 sols."
Au coin du feu, site La vie de nos ancêtres

« Chauffer et éclairer un bâtiment comme le château, avec toutes ses dépendances, constitue un véritable gouffre financier : en 1788, 3 125 cordes de bois (environ 12 000 stères) et 162 000 gros fagots sont consommés pour le chauffage, 36 000 livres de chandelles et 46 000 livres de bougies achetées pour l’éclairage des bâtiments et des cours. Les deux postes représentent au XVIIIe siècle près du quart de la dépense totale du domaine (428 000 livres en 1788). »
Article Chauffage de Versailles, histoire, dictionnaire et anthologie

Voir aussi :
Moeurs intimes du passé: Usages et coutumes disparus - Série I Par Augustin Cabanès,Ligaran,
Dictionnaire amoureux de Versailles, Frank Ferrand, Article Frimas
Versailles en 50 dates, Jean-Jacques Aillagon, chapitre 8 janvier 1709 Le « grand hyver » frappe Versailles.
Hiver : histoire d'une saison, François Walter, Chapitre Résister, Se chauffer p. 210
Derrière la façade : vivre au château de Versailles au XVIIIe siècle, William Ritchey Newton.

Bonnes lectures !
  • 2 votes

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact