Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Famille Bachelard soyeux

Famille Bachelard soyeux

par Praline, le 16/10/2017 à 18:34 - 1133 visites

Bonjour,

Dans une réponse précédente sur Mademoiselle Bachelard, commanditaire d'une villa de Tony Garnier et qui s'est en fait révélée être une Mademoiselle Bachelot, vous avez suivi la piste dans un premier temps d'une riche famille de soyeux, les Bachelard. Que savez-vous sur eux ?

Merci.

Praline

Réponse du Guichet du savoir

par bml_reg, le 19/10/2017 à 16:33

Réponse de la Documentation régionale

Bonjour,

Le document Du génie de la Fabrique au génie 2.0 : expositions, Lyon, Musée des tissus, 22 mai 2015-31 janvier 2017 et Musée des arts décoratifs, 1er janvier 2016-31 janvier 2017 apporte quelques réponses à votre question principalement dans le premier volume. Celui-ci revient sur trois siècles d'histoire du tissage des étoffes à Lyon en présentant de prestigieuses pièces.

- La Maison Devaux et Bachelard
Etablis 23 rue Royale à Lyon, Devaux et Bachelard successeurs de Million et Servier, maison fondée en 1813, s’étaient fait une spécialité dans la haute nouveauté en tissus de soie unis, façonnés, velours et imprimés pour robe et confection. La maison avait été récompensée d’une Médaille d’or à l’Exposition universelle de Paris de 1855 et à l’Exposition internationale industrielle d’Amsterdam en 1883 ; d’une Grande médaille aux expositions universelles de Londres en 1862, de Paris en 1867, de Vienne en 1873, de Philadelphie en 1877 et de Melbourne en 1880. Elle participe encore à l’exposition universelle de 1889 à Paris où elle triomphe à nouveau en obtenant une nouvelle Médaille d’Or.

Lors de cette dernière Monsieur Edouard Aynard, vice-président de la Chambre de Commerce de Lyon est si impressionné par la qualité des façonnés exposés par les fabricants lyonnais qu’il leur enjoint, dans une lettre circulaire datée du 9 octobre 1889, de réserver au Musée d’Art et d’Industrie les échantillons les plus remarquables qu’ils avaient fait figurer à l’Exposition. La Maison Devaux et Bachelard répond favorablement à cet appel. Elle est précisément l’un des principaux artisans de ce renouvellement des décors qui réjouit Edouard Aynard et se spécialise même dans les sujets originaux pour la haute nouveauté.

Cependant Pierre-François Atuyer, Charles Bianchini et François Férier quittent la maison Devaux et Bachelard pour fonder leur propre entreprise en 1888 sous la raison commerciale Atuyer, Bianchini et Férier, qui expose pour la première fois à Paris en 1889. Ils contribueront à la modernisation de la Fabrique lyonnaise au tournant du XXe siècle.

- Maison Bachelard et Cie
La Maison J. Bachelard et Cie établie au 12, quai saint-Clair et au 23 rue Royale, succédait à la Maison Devaux et Bachelard, eux-mêmes successeurs de Million et Servier, maison fondée en 1813. Elle traitait spécialement la haute nouveauté en tissus de soie unis, façonnés, velours et imprimés, et possédait des comptoirs de fabrication en Isère, dans la Loire et dans le Vaucluse où elle traitait les articles les plus divers.
Dès l’Exposition universelle de Paris en 1889, la maison Devaux et Bachelard s’était distinguée en présentant un « damas robe » - un satin liseré, lancé à effet damassé et broché – au rapport de dessin de soixante-neuf centimètres et demi, semé de minuscules étoiles dorées cloutant un ciel aux lourds nuages qui fut utilisé par le couturier Charles Frederick Worth. Devant le succès de ce motif, J. Bachelard et Cie créa cette variante en velours coupé ombré du ciel nuageux, empourpré par un coucher de soleil, pour l’Exposition internationale de Lyon de 1894 où elle est gratifiée d’un Grand prix. A l’issue de cette Exposition, la maison fait don au musée des Tissus de quatre laizes remarquables, deux velours aux décors étonnamment modernes, le Coucher de soleil ombré et les Stalactites et deux satins brochés, les Chrysanthèmes sur fond noir et les Hirondelles ombré. Le choix de la Maison Bachelard et Cie dévoile probablement qu’elles ont été les pièces les plus admirées lors de l’événement de 1894. Les décors sont alors inspirés de l’art japonais.

Vous pouvez prendre contact avec les Archives départementales et métropolitaines du Rhône qui conservent un document intitulé Caisse de prêts pour les chefs ateliers de la Fabrique d’étoffes de soie de la Ville de Lyon (1832-1953) ; société pour le développement du tissage (1895-1909). Dans la liste des tisseurs débiteurs, vous retrouverez Bachelard avec 14J56 comme cote.
  • 0 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact