Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > adn modifier?

adn modifier?

par DanDeni, le 29/09/2017 à 20:53 - 639 visites

mon conjoint reçoit depuis plusieurs année des transfusion sanguine 1 fois par semaine. je me demande si son adn y a survécu!! je sais que par le frottis buccale il devrait être le même mais quand est il de son sang?

Réponse du Guichet du savoir

par bml_sci, le 02/10/2017 à 11:53

Département sciences et techniques

Bonjour,

Tout d’abord, « qu'est-ce que la transfusion sanguine ? »
Citer:
Au XXIe siècle, la transfusion sanguine englobe une série d'activités thérapeutiques qui ont pour but de restaurer et/ou de remplacer — substituer — des fonctions sanguines déficiences chez le patient.
L'échange de sang (exsanguino-transfusion) est prescrit dans la maladie hémolytique du nouveau-né et dans des crises de drépanocytose chez l'enfant et l'adulte. Il s'agit de remplacer la plus grande partie des globules rouges malades.
La transfusion de globules rouges qui est la plus importante en nombre dans le monde (le volume de globules rouges transfusés chaque année correspond à 14 secondes des chutes du Niagara) a pour but de permettre le transport de quantités suffisantes d'oxygène permettant une fonction métabolique correcte des tissus. Il est important que les échanges gazeux soient préservés : captation de l'oxygène au niveau pulmonaire, transport dans la circulation et libération de l'oxygène au niveau tissulaire. Quelques mots pour décrire ce processus, mais quelle force de la nature pour le réaliser !
La transfusion de plaquettes a pour but d'apporter ces cellules sanguines aux patients qui ne peuvent les produire (maladies de la moelle osseuse, chimiothérapies), qui les détruisent ou qui en produisent, mais avec des troubles fonctionnels génétiques ou consécutifs à des traitements anti-agrégants (aspirine).
La transfusion de plasma a pour but d'apporter les facteurs de la coagu¬lation ou les protéines qui ne peuvent être apportées par d'autres moyens (protéines purifiées).
Finalement, la transfusion de globules blancs se fait dans des contextes très particuliers : les granulocytes lors d'infections autrement incontrôlables, les lymphocytes dans des protocoles d'immunothérapie anti-cancer.

Source:Le sang et la transfusion sanguine: en 100 questions-réponses de Olivier Garraud et Jean-Daniel Tissot




« le sang destiné aux transfusions sanguines est dans la majorité des cas "déleucocyté", c'est-à-dire que les globules blancs sont éliminés (opération obligatoire en France depuis 1998). Or c'est précisément dans ces globules blancs que se trouve l'ADN ! Les globules rouges n'en contenant pas.»



Quelles sont les grandes étapes de la transfusion sanguine ?


Citer:
Toutes les étapes de la transfusion sanguine sont importantes.

La lre étape consiste en une communication claire et honnête avec les donneurs. La difficulté est de promouvoir sans décevoir, de donner du sens sans exclure, de partager des valeurs.

La 2e est la sélection des donneurs, l'évaluation médicale critique et objective des risques que le donneur peut encourir et faire éventuellement subir au receveur.

La 3e consiste en la ponction de la veine, qui doit se faire après une désinfection rigoureuse du pli de coude. Les premiers ml sont dérivés afin que les bactéries résiduelles de la peau que l'aiguille aurait pu faire entrer dans la veine, s'il y en avait, soient dérivées dans la petite poche destinée aux analyses et non pas dans la poche qui servira à la préparation des produits sanguins.

Lors de la 4e étape, environ 450 ml sont collectés ; ils sont mélangés à la solution anticoagulante.

La 5e consiste en la préparation des produits sanguins. La poche contenant le sang complet va être traitée de manière à séparer le plasma des globules rouges et éventuellement la couche leuco-plaquettaire. Le plasma destiné à la transfusion clinique ou à la préparation de médicaments dérivés du sang sera congelé. Les globules rouges — débarrassés des plaquettes et les globules blancs résiduels — seront mélangés à une solution de conservation et stockés à 4 °C. La couche leuco-plaquettaire sera mélangée à 4 autres en moyenne, et les plaquettes seront extraites par centrifugation. Les globules blancs seront enlevés par filtration.
Les plaquettes seront mélangées à des solutions de conservation et stockées à température ambiante jusqu'à 5 jours. Parallèlement, les tests de qualification biologiques seront effectués, et si tous les résultats sont négatifs pour les agents infectieux et normaux pour les résultats hématologiques, les produits sanguins seront libérés et étiquetés avec mention du groupe sanguin. Il s'agit de la 6e étape.

La 7e est la sélection des produits en fonction des groupes sanguins du couple donneur/receveur et des besoins particuliers de chaque patient. La trans¬fusion sera surveillée, tous les effets secondaires seront rapportés dans les systèmes d'hémovigilance (étape n° 8). Tout le processus est tracé et enregistré permettant d'assurer une sécurité maximale de la chaîne de production, et surtout, d'assurer aux patients qu'ils recevront le bon produit, au bon moment, pour la bonne indication clinique.

Source:Le sang et la transfusion sanguine: en 100 questions-réponses de Olivier Garraud et Jean-Daniel Tissot




L’ADN

L'ADN signifie acide désoxyribonucléique, et constitue la molécule support de l'information génétique héréditaire.
Source :futura-science santé

LE TEST ADN est la version moderne et beaucoup plus sophistiquée de la classique empreinte digitale. Il permet aux policiers d'identifier ou de disculper une personne à partir d'indices corporels, qu'il s'agisse de cheveux, de salive ou de traces de sang. Car la particularité de l'ADN (acide désoxyribonucléique) est d'être la molécule constitutive de nos chromosomes, avec une composition et un ordonnancement unique pour chaque personne. Le travail de la police scientifique consiste à identifier cette « empreinte génétique ». « A partir du sang prélevé, on travaille sur les globules blancs, car ce sont leurs noyaux qui contiennent l'ADN.
source : Une méthode scientifique presque infaillible / Marc Payet - Le Parisien - Mercredi 21 février 2001, p. 2


Image


Peut-on changer de groupe sanguin après une transfusion ?

Citer:
Changer son groupe sanguin : c'est possible, y compris après des transfusions sanguines. Un changement de groupe peut se faire après transplantation de moelle osseuse (le groupe du donneur remplace celui du receveur), beaucoup plus rarement de manière acquise dans le cadre de maladies de la moelle osseuse (syndromes myélodysplasiques) avec destruction des gènes qui deviennent inactifs (avec ce mécanisme, on acquiert le groupe O, en général partiellement, avec des globules rouges de différents groupes, dont le O).
Une dernière possibilité de changer son groupe sanguin est secondaire à l'action d'enzymes bactériennes (souvent en relation avec un cancer digestif) qui modifient la substance A et qui est alors reconnue par les anticorps humains anti B (antigène B acquis).
Certains individus strictement normaux portent deux groupes sanguins en même temps, ce sont des chimères génétiques et c'est très rare. La transfusion de sang, massive, peut, si les règles de compatibilité sont respectées, faire penser que le sujet transfusé a changé de groupe sanguin. Un patient AB transfusé avec 30 concentrés de globules rouges A sera apparemment de groupe A sur le plan globu¬laire, mais restera AB sur le plan plasmatique (les patients AB ne pouvant recevoir que du plasma AB).
Dans cette situation, il y aura discordance entre les groupes globulaires et plasmatiques, ce qui est anormal et doit faire conduire des investigations. Le changement de groupe est également possible lors de transfusions fœtales (qui sont essentiellement effectuées lors d'anémie sévère sur incompatibilité et immunisation fceto-maternelle RhD, ou dans le système Kell, mais non exclusivement).
La situation est complexe, car à la naissance, les enfants ont le groupe sanguin des donneurs mais ils n'ont pas les anticorps permettant de définir leur propre groupe ABO. De plus, comme la moelle est souvent « paresseuse » et que les rares globules rouges produits par cette dernière sont immédiatement détruits, le groupe sanguin apparent de l'enfant n'est pas le sien !
Enfin, de rares situations de changement de groupes sanguins sont possibles après transfusion, lors de création d'une chimère secondaire à une maladie greffon contre l'hôte, mais ces situations sont tout à fait exceptionnelles.

Source: Le sang et la transfusion sanguine: en 100 questions-réponses de Olivier Garraud et Jean-Daniel Tissot




Aller plus loin

Transfusion sanguine et ADN
Histoires du sang de Gérard Tobelem
Le sang et la transfusion sanguine: en 100 questions-réponses de Olivier Garraud et Jean-Daniel Tissot
Le sang: donner et recevoir
Les analyses immunohématologiques et leurs applications cliniques
Le sang: arts, sciences, vie
L'AND de Israel Rosenfield, Edward Ziff; illustré par Borin Van Loon
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact