Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Couleur des vers à soie

Couleur des vers à soie

par Bibliothèque de Crémieu, le 14/05/2017 à 09:17 - 2965 visites

Bonjour,
nous faisons un élevage de vers à soie qui se reproduisent depuis vraisemblablement au moins 5 ans sans nouvel apport d’œuf extérieur.
Or parmi ces vers, certains sont blancs, d'autres avec de grosses rayures noires et d'autres encore des rayures noires, moins marquées.
Je ne trouve pas d'article sur internet qui pourrait expliquer l'origine de ces rayures, ou encore si il s'agit d'une caractéristique liée au sexe, une dégénérescence..... En sauriez vous plus?
Merci

Réponse du Guichet du savoir

par gds_db, le 16/05/2017 à 11:59

Bonjour,

Nos recherches nous ont permis de constater qu'il existait plusieurs races de vers à soie et qu'ils pouvaient porter différentes couleurs. Il existe des bombyx blanc, noirs, gris, à rayures...

"On connaît, chez le bombyx du Mûrier, un très grand nombre de races qui diffèrent les unes des autres par toutes sortes de caractères portant sur l'oeuf, la larve, le cocon, l'adulte : poids de l’œuf, qui varie du simple au double, adhérence ou non adhérence de l’œuf, coloration des membranes embryonnaires, de la chenille ou du papillon, nombre des mues, abondance et coloration de la soie, forme sphérique ou allongée du cocon, diamètre du fil de bave, etc.
Pour ne parler que de l'aspect extérieur du Ver, il peut être tout blanc, brun noirâtre (moricaud), ou zébré ; il peut avoir la peau opaque ou translucide, avoir ou non des pattes surnuméraires, porter ou non des gibbosités dorsales, etc.
Toutes ces particularités sont strictement héréditaires : autrement dit, on peut isoler des lignées pures, ou races, de Bombyx mori où les caractères en question se transmettent d'une manière constante de génération en génération. "

Toyama a étudié la reproduction de vers qui filent des cocons blancs et de vers qui filent des cocons jaunes et a constaté que le gène "jaune" domine le gène "blanc". Il en va de même pour les vers à rayures :
"Si donc l'on considère un nombre suffisamment grand de produits, on y comptera trois vers "jaunes" pour un ver "blanc" : cette proportion de 3/1 est la proportion mendélienne typique, en cas de dominance. [...]
Les résultats sont comparables dans le croisement d'une race à vers rayés et d'une race à vers pâles, croisement également effectué par Toyama.
Ici, le caractère rayé domine le caractère pâle : en première génération, tous les vers sont rayés ; en deuxième génération, sur 4870 vers issus de papillons hybrides (quatorze couples) on compte 3674 vers rayés et 1196 vers pâles.
Ce qui correspond sur 100, à une proportion de 76,44 vers rayés pour 24,55 pâles, au lieu de 75/25, proportion mendélienne théorique."

source : La vie des vers à soie / par J. Rostand

Pour en savoir plus sur l'élevage du ver à soie et ses différentes races, vous pouvez consulter ces documents à la Bibliothèque municipale de Lyon :
- Traité sur le ver à soie du mûrier et sur le mûrier / par E. Maillot et F. Lambert - consultable en ligne sur Gallica
- Nouvelles races de vers à soie du mûrier : rapport adressé à la Chambre de commerce de Lyon / par M. Eugène Maillot, directeur de la station séricicole de Montpellier - consultable en ligne sur Gallica

Parce que nous ne sommes que bibliothécaires et non spécialistes en sériciculture, nous ne pouvons pas vous garantir que ces rayures proviennent bien d'une race différente de bombyx du mûrier et non d'une maladie ou d'autre chose. C'est pourquoi nous avons quand même posé votre question à la Maison des Canuts.
Nous vous ferons part de sa réponse dès qu'elle nous parviendra.

Bonne journée.

Réponse du Guichet du savoir

par gds_db, le 19/05/2017 à 09:36

Bonjour,

Voici la réponse apportée par le Docteur Chavancy, que nous remercions vivement ici, à votre question :

Citer:
Bonjour,
Il s’agit en effet de l’apparition de races (ou de mutations si vous voulez) qui étaient « cachées » dans la souche que vous avez. Le fait de multiplier les croisements consanguins dans ce cas là entraine de nouvelles ségrégations de ces mutations (caractères) chez les différents individus. Donc, pas de maladies rassurez-vous. Vous pouvez vous amuser à obtenir différentes lignées pures en croisant des individus portant le même caractère entre eux.
Gérard Chavancy


Merci aussi à la Maison des Canuts d'avoir relayé notre demande.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact