Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Transgenre et "gender studies"

Transgenre et "gender studies"

par sweettransvestite, le 21/04/2017 à 11:24 - 277 visites

Bonjour,

Curieuse et amatrice de films autour du thème de la transsexualité, pourriez-vous m'en dire plus sur l'histoire des "gender studies" avec des conseils de films ou de lectures à ce propos ?

Merci d'avance :)

Réponse du Guichet du savoir

par gds_et, le 24/04/2017 à 17:44

Bonjour,

Les « gender studies » sont nées dans les universités américaines pendant les années 1970 :
« Des différences structurelles, idéologiques, et culturelles expliquent le développement inégal de l’histoire des femmes et du genre en France et aux États-Unis. Si dans ce dernier pays, l’histoire des femmes et du genre n’a pas toujours été accueillie à bras ouverts, du moins a-t-elle pu bénéficier d’un certain ancrage institutionnel et scientifique dès les années 1970. À la différence de la France, son implantation à l’université commence dès cette époque. Le premier cours est proposé par l’université de San Diego (Californie) en 1967, rapidement suivi ailleurs par toute une série de cours et de programmes d’études de women’s studies. Cette histoire n’a cessé de s’amplifier et de se diversifier depuis, à tel point que l’on peut aujourd’hui parler d’un véritable milieu professionnel, ayant son réseau et ses revues, ses centres de recherches et ses associations, ses diplômes et ses diplômées, ses bourses d’études et ses colloques.

Dans les années 1980, les études sur les femmes (women’s studies) ont été marquées par une évolution en faveur des études de genre (gender studies). Reste à saisir la différence entre les deux approches. Dans bien des intitulés de travaux, de programmes d’études, de revues ou de centres de recherches, on pourrait substituer genre à femmes sans qu’une modification du contenu soit nécessaire, tant la terminologie semble floue. Femmes et genre se succèdent et s’entremêlent, même si le passage de l’une à l’autre n’a pas toujours été obtenu sans discussion. Pour les partisanes du genre, traiter les femmes seules ne tiendrait pas compte de leur insertion dans un univers sexué plus large. Mais se référer au genre sans mettre en avant les femmes risquerait de les occulter de nouveau dans une histoire globalisante, les refondre dans une humanité indifférenciée à dominante masculine. Revenir à la case de départ, en somme. Pour certaines, l’abandon de la rubrique « femmes » équivaudrait à une quête de respectabilité où le mot ne viendrait plus discréditer la recherche aux yeux de ses détracteurs. Pire encore, il creuserait la tombe du projet féministe au profit de ceux qui investiraient les études de genre pour mieux en exclure les femmes. Comme pour réaliser ces craintes, le domaine appelé men’s studies – redondance aux yeux des tenantes de cette tendance – a bien vu le jour dans les années 1990, même s’il reste très marginal. En dépit de ces considérations dont la signification varie selon les situations locales, l’étude des femmes et celle du genre ne s’excluent pas, bien au contraire. Comment réconcilier les deux, du moins sur le plan sémantique ? La solution pour certains programmes d’études et centres de recherches a été l’adoption de women’s and gender studies. D’autres ont fermement maintenu leur nomenclature originale.
Source : Schwartz Paula, Women's studies, gender studies. Le contexte américain, Vingtième Siècle. Revue d'histoire, 3/2002 (no 75), p. 15-20 (consultable sur Cairn).

« Les « gender studies » : genèse et développements

Le concept de « gender » est né aux Etats-Unis d’une réflexion autour du sexe et de l’utilisation de cette variable dans les recherches en sciences sociales. Le mouvement féministe, qui a pris de l’ampleur après la révolution sexuelle, cherche à faire entendre sa voix au sein des institutions de recherche. Il s’agit de faire reconnaître un engagement qui se veut de plus en plus une réflexion renouvelée sur le monde.
C’est un psychologue, Robert Stoller, qui popularise en 1968 une notion déjà utilisée par ses confrères américains depuis le début des années 1950 pour comprendre la séparation chez certains patients entre corps et identité. De là l’idée qu’il n’existe pas une réelle correspondance entre le genre (masculin/féminin) et le sexe (homme/femme). Dès 1972, en s’appuyant sur l’articulation entre la nature et la culture développée par l’anthropologue française Claude Lévi-Strauss, la sociologue britannique Anne Oakley renvoie le sexe au biologique et le genre au culturel. Les universitaires américaines récusent le rapprochement souvent effectué entre les femmes et la nature (principalement à cause de leurs facultés reproductives) alors que les hommes seraient du côté de la culture. Un retentissant article publié en 1974 par l’anthropologue Sherry Ortner en rend les termes particulièrement explicites : « Femme est-il à homme ce que nature est à culture ? » En anthropologie, c’est à Margaret Mead que revient une première réflexion sur les rôles sexuels dans les années 1930. L’étude des rôles assignés aux individus selon les sexes et les caractères proprement féminins et masculins permet de dégager l’apprentissage de ce qui a été donné par la nature. »
Vous pourrez lire la suite de ce texte de Sandrine Teixido dans l’ouvrage dirigé par Martine Fournier : Masculin-féminin : pluriel, disponible à la BmL.


Voici une bibliographie d’articles et d’ouvrages qui vous permettrons d’approfondir ce sujet :

Articles :
- Les gender studies pour les nul(-le)s, Sandrine Teixido, Héloïse Lhérété et Martine Fournier
- Éliane Elmaleh, Les Women’s Studies aux États Unis, Transatlantica [En ligne], 1 | 2003, mis en ligne le 27 mars 2006
- Clair Isabelle, Heinen Jacqueline, Le genre et les études féministes françaises : une histoire ancienne. Introduction, Cahiers du Genre, 1/2013 (n° 54), p. 9-19.
- Berger Anne E., Petite histoire paradoxale des études dites de " genre " en France, Le français aujourd'hui, 4/2008 (n° 163), p. 83-91.
- Victoria E. Thompson, L’histoire du genre : trente ans de recherches des historiennes américaines de la France, Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 96-97 | 2005, 41-62.


Ouvrages :
- Sociologie du genre, Isabelle Clair; sous la direction de François de Singly
- Le genre, théories et controverses, ouvrage présenté et dirigé par Laure Bereni, Mathieu Trachman

Pour terminer, nous vous laissons consulter le dossier bibliographique très complet sur la discipline des études de genre établi par l’Université Paris Diderot.

Nous complèterons ultérieurement cette réponse avec des références de films.


Bonne journée.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact