Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Les Alsaciens au temps de l'annexion de l'Alsace

Les Alsaciens au temps de l'annexion de l'Alsace

par raton laveur, le 16/04/2017 à 18:57 - 1149 visites

Mon arrière-grand-père Chrêtien Schmitt est né le 25 novembre 1859 à REIPERTSWILLER dans le Bas-Rhin.

Mes questions:
1. A-t-il du faire un service militaire allemand?
. Comment le savoir
. Durée à l'époque du service militaire allemand
. Lieu d'incorporation

2. Je dispose d'un livret militaire français mentionnant que Chrêtien Schmitt a obtenu la nationalité française par décret du 14 novembre 1887.
. Quelles sont alors ses obligations militaires envers la France?
. Est-il tenu compte d'un éventuel service militaire allemand?

Je vous remercie par avance de l'aide que vous pourrez m'apporter.

Réponse du Guichet du savoir

par bml_civ, le 21/04/2017 à 15:05

Réponse du Département Civilisation

Les Alsaciens au temps de l'annexion de l'Alsace

Nous allons tenter de vous donner quelques pistes de réponse à vos questions, en fonction des quelques informations que vous nous avez données.

Votre arrière-grand-père, né en 1859, a eu donc 20 ans en 1879.

S’il habitait toujours à REIPERTSWILLER dans le Bas-Rhin et si sa famille n’avait pas opté pour la nationalité française au lendemain du traité de Francfort (sur cette possibilité d’option voir Les options de 1872 en Alsace-Moselle :Français ou Allemand ? et Alsaciens-Lorrains ayant opté pour la nationalité allemande (1872-1873)), ce qui semble être le cas puisqu’il qu’il ne l’a acquise en 1889, il était donc considéré comme allemand et devait répondre aux obligations militaire des citoyens allemands.

« De 1871 à 1918 les alsaciens résidant en Alsace, de même que les lorrains, étaient de facto des citoyens allemands et devaient se conformer à toutes les lois allemandes, incluant l’obligation du service militaire et les ordres de mobilisation.
L’Alsace et la Moselle étaient « Reichsland « mais sous contrôle prussien. En conséquence les ressortissants de cette région étaient logiquement incorporés dans les unités prussiennes.
Tous les citoyens dès l’âge de 20 ans devaient, selon l’unité d’affectation, accomplir un service d’une durée de deux à trois ans, ininterrompu, sans exemption ni remplacement, puis ils étaient réservistes pour atteindre 7 années de service (loi Bismark du 09/11/1867).
Il y avait aussi une armée territoriale (Landsturm) qui concernait les jeunes de 17 à 19 ans ainsi que les hommes de quarante à quarante-cinq ans qui ne se qualifiaient pas pour le service actif.
Les soldats de l’active, les réservistes ainsi que ceux du Landwehr étaient appelés au front en temps de guerre, tandis que ceux issus du Landsturm étaient affectés dans les forteresses ou chargés de la surveillance des frontières et des territoires occupés.

Service actif : Service actif de 20 à 23 ans suivant l’armée.
Réserve : De 23 à 27 ans obligation de réserve pour atteindre 7 ans de service.
Landwehr : Affectation en fin de réserve, Landwehr 1 et 2 suivant la durée effectuée dans l’active
De 28 à 32 ans : ceux qui auront effectué deux ans de service actif, feront 5 ans dans la Landwehr 1, ceux qui auront effectué trois ans de service actif, en feront 3
De 33 à 38 ans : réserve dans la Landwehr 2.
Landsturm : De 39 à 45 ans, affectation dans la Landsturm II, ainsi que les jeunes de 17 à 19 ans appelés, eux, en cas de guerre. «


Voir Forum pages 14-18

Quelques informations générales :

* Sur la situation de l’Alsace après 1870 L'Alsace, terre d'empire
1871 : création du Bezirk Unterelsass (district de Basse-Alsace) l'une des trois divisions administratives du Reichsland Elsaß-Lothringen ; le Bezirk (district) était subdivisé en Kreise (arrondissements), et sera supprimé en 1918 après le départ de l'administration allemande. Le Bezirk Unterelsass, ou district de Basse-Alsace, chef-lieu Strasbourg, correspond à l'actuel Bas-Rhin, avec quelques villages des cantons de Schirmeck et Saales pris à l'ancien département des Vosges.

* Sur l’armée allemande :
- Petite histoire du service militaire en Allemagne (et en Alsace - Moselle 1870-1918 et 1939-1945....)
- F. de Rougemont L’Armée prussienne en 1870 Revue des Deux Mondes, 2e période, tome 85, 1870 (pp. 5-24)
- Université de Perpignan. Empire germanique. Armée de l’Empire
- SERVICES DE RENSEIGNEMENTS ET DEUXIÈMES BUREAUX.RENSEIGNEMENTS SUR LES ARMÉES ETRANGÈRES
- L'État militaire des principales puissances étrangères au printemps de 1883. Allemagne, Angleterre, Autriche, Espagne, Italie, Russie
Dont voici quelques extraits :
« 1 pour rAlsace-Lorraîne, portant le n° 15.
En règle générale, chaque région de corps dW- mée est divisée en 4 circonscriptions de recrutement, correspondant aux 4 brigades d'infanterie que doit comprendre le corps d'armée. Les circonscriptions de brigade sont subdivisées en circonscriptions dites de bataillon de landwehr. Il doit y avoir 4 circonscriptions de bataillon de landwehr par circonscription de brigade, et en outre, dans chaque région de corps d'armée, une circonscription de plus, dite de bataillon de landwehr de réserve. L'institution de cette dernière circonscription a pour but de permettre, au moyen des ressources en recrues et en réservistes qu'elle fournit, d'établir des compensations dans l'étendue de la région, en cas de déficit dans certaines des circonscriptions ordinaires, et d'y remplacer les hommes pris pour les armes spéciales. La règle générale qui vient d'être exposée subit quelques exceptions. Ainsi, dans le 11® corps (Hesse) il y a 2 circonscriptions de brigade de plus, correspondantes à la division isolée hessoise, rattachée seulement pour ordre au 11® corps, lequel est d'ailleurs constitué à 4 brigades d'infanterie comme tous les autres corps d'armée allemands.
Dans le 15® corps (Alsace-Lorraine), au lieu de 16 circonscriptions de bataillon de landwehr et de 1 circonscription de bataillon de landwehr de réserve, il n'y en a que 11 en tout. »
[…]
« On doit remarquer que, jusqu'à présent, il n'a pas été créé de régiments particuliers pour le 15® corps d'armée (Alsace-Lorraine). Les recrues et les réservistes fournis par ce pays sont donc répartis dans les régiments des autres corps. Mais les landwehriens de l'Alsace-Lorraine doivent former des bataillons nationaux. »


Pour connaître précisément le lieu d’incorporation de votre arrière-grand-père, cela risque donc d’être un peu difficile. Voir site des Archives départementales du Bas-Rhin

Le forum pages 14-18 indique :
" Cas particulier de l'Alsace-Moselle : les registres matricules du recrutement dans le Bas-Rhin pour la période 1870-1918.

Des registres matricules ont été reconstitués par les bureaux de recrutement dans les territoires d'Alsace-Lorraine recouvrés après la guerre 1914-1918. L'administration militaire visait le recensement des hommes non encore libérés du service dans la réserve.

A partir de la classe 1894, définitivement libérable au 1er octobre 1922, on tenta une reconstitution systématique des carrières militaires. Mais rares sont les renseignements précis : la grande majorité des appelés ayant servi dans l'armée allemande, les états signalétiques ne comportent le plus souvent aucun détail, se contentant de la seule mention du service allemand.

Pour les recherches sur le service dans l'armée allemande, surtout pour les périodes de guerre, voir au :
Bundesarchiv Abteilung Militärarchiv
Wiesenthalstr. 10
D 79115 Freiburg i. Brisgau
koblenz@barch.bund.de »


En ce qui concerne la deuxième partie de votre question, vous dites être en possession du livret militaire de votre aïeul, devenu français en 1887, à 28 ans. Il doit donc y figurer ses états de service, essentiellement sans doute dans la réserve de l'armée d'active, l’armée territoriale, la réserve de l’armée territoriale cf. Retracer le parcours d'une recrue (2) Les lois de recrutement .
" Les hommes devenus Français par voie de naturalisation, de réintégration, de déclaration ou d'option ou dont la nationalité française a été établie à la suite d'un jugement ou d'une déclaration récognitive doivent, s'ils sont âgés de moins de cinquante-quatre ans, se faire recenser dans le trimestre qui suit la date de leur acquisition de la nationalité française ou de la décision judiciaire les concernant ". Cette formalité une fois accomplie, les intéressés sont soumis aux mêmes dispositions que les Français d'origine. Ils sont, soit appelés au service actif s’ils ont moins de vingt-neuf ans à la date à laquelle ils acquièrent la nationalité française, soit versés dans la réserve du service militaire s'ils sont âgés de vingt-neuf à trente-cinq ans ou dans la réserve du service de défense s'ils sont âgés de trente-cinq à cinquante ans. »

Telle était la réponse à une question posée au Sénat dans les années 80. Il est fort probable que ces principes s’appliquent depuis fort longtemps mais nous n’avons pas retrouvé les dispositions précises pour cette période.
Question Sénat

Pour plus de renseignements vous pouvez vous adresser aux Archives départementales du Bas-Rhin, à celles du lieu où il vivait lorsqu’il a acquis la nationalité française. Le forum 14/18 peut aussi vous être très utile. Il est vrai que ses états de service militaire ne seront faciles à obtenir : il avait 11 ans en 1870, 53 ans en 1914 et …81 ans en 1940. Il n’a donc sans doute combattu dans aucune de ces guerres et les changements dus à la situation de l’Alsace, la destruction des archives allemandes…ne rendent pas la recherche facile. Nous espérons que ces quelques pistes vous seront utiles.

Un dernier site qui pourrait peut-être vous être utile : Ressources généalogiques en Alsace
  • 0 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact