Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Symbolisme et Parnasse (poésie)

Symbolisme et Parnasse (poésie)

par Jeannequiveutsavoir, le 09/01/2017 à 18:48 - 806 visites

Bonjour,

Je ne comprends pas ce qui distingue vraiment symbolisme et Parnasse.
Je comprends que ce sont deux moments différents de l'histoire littéraire, mais je lis un peu partout que le symbolisme "réagit" au Parnasse, or je ne vois pas bien ce qu'il peut avoir à lui reprocher.
Son matérialisme peut-être ? Mais peut-on vraiment considérer le Parnasse comme matérialiste ?
Le Symbolisme m'apparaîtrait davantage comme une évolution du Parnasse que comme une réaction par rapport à lui, mais je manque d'éléments pour étoffer ma réflexion.

Réponse du Guichet du savoir

par bml_litt, le 12/01/2017 à 10:39

Réponse du département Langues et Littératures

Bonjour,

"Le groupe du Parnasse rassemble autour d’un maître, Leconte de Lisle, un certain nombre de poètes partageant le même idéal (José-Maria de Heredia, Théodore de Banville, François Coppée, Sully Prudhomme). Le mouvement doit son nom à une revue poétique, « Le Parnasse contemporain », qui paraît à partir de 1866. Contre les romantiques qui s’étaient voulus des écrivains du Nord, libérés de l’influence méditerranéenne, la nouvelle école poétique se rattache à l’idéal grec de pureté et de clarté. Mais le groupe du Parnasse se veut aussi « contemporain » ; jugeant le romantisme dépassé, les Parnassiens prônent une poésie moderne, accordée à leur époque que domine la science.

Leur doctrine prolonge les idées de « l’Art pour l’Art » émises par Gautier dès 1836 et fixées en 1857 dans le fameux poème « L’Art ». Les Parnassiens reprennent le culte que Gautier voue à la belle forme ; ils y ajoutent un souci d’exactitude par rapport au sujet traité, qui est la marque de leur époque et les rattache au réalisme. Le poète ne doit chercher ni à transmettre un enseignement, ni à exprimer ses sentiments intimes. Il doit travailler patiemment la forme de son poème pour atteindre une perfection comparable à celle d’une statue de marbre, impeccablement polie. Chez les Parnassiens, la fantaisie est bannie. Une documentation importante préside à l’élaboration du poème qui contient ainsi un certain nombre de connaissances relatives à l’art, à la mythologie, à la science. Poésie d’érudition, donc. Poésie d’observation également, dans la description de paysages, d’animaux ou d’œuvres d’art.

Les Parnassiens ne se déclarent ni réalistes, ni idéalistes. Mais par leur souci d’exactitude, leur refus du sentimentalisme vague, leur goût de la forme impeccable, ils se situent plutôt du côté d’écrivains comme Flaubert ou les Goncourt, donc du côté du réalisme."
(in Histoire de la littérature en France au XiXe siècle, Michel Echelard –Hatier, 1984).

Pour en savoir plus sur le Parnasse, nous vous conseillons la lecture des ouvrages suivants :
Le Parnasse, Philippe Andrès
Histoire du Parnasse, Yann Mortelette


"Le symbolisme est un mouvement esthétique comme il y en eut tant au XIXe siècle. Pour ce qui est de la littérature, il a des liens avec le Parnasse et la Décadence. Les Décadents s’étant donnés Verlaine pour maître ; les symbolistes choisissent Mallarmé…

En 1886, le poète Jean Moréas publie dans « Le Figaro » une lettre où il définit la poésie nouvelle : après le temps du romantisme et celui du Parnasse, le temps du symbolisme est venu.
On pourrait définir le symbolisme comme un romantisme fin de siècle, car il y a aussi de la révolte dans ce mouvement, contre le matérialisme ambiant ( y compris celui des Parnassiens), contre le positivisme, contre leurs conséquences dans l’art, sous la forme du naturalisme en particulier.

Cela entraîne une réaction, favorisant : le bizarre, le rêve, l’inconscient, le mystérieux, l’occulte.
Cela entraîne également une préférence : donnée à l’idée et au signe plutôt qu’au réel, pour la suggestion plutôt que pour la représentation, pour la sensation plutôt que pour la forme."
(in Le symbolisme, Sophie Didier et Etienne Garcin –Ellipses, 2000).

Vous pouvez également consulter le document suivant pour approfondir votre réflexion sur le symbolisme :
Lire le symbolisme, Bertrand Marchal.

Bonne journée.
  • 0 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact