Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > Recherche de documents

Recherche de documents

par jim, le 05/01/2005 à 11:47 - 4522 visites

Bonjour,

En dépit de mes recherches, je n'arrive pas à savoir s'il est possible d'avoir accès, depuis la France, à 2 documentaires - au sujet assez proche - en version française sous-titrée, soit sous forme de prêt, soit à l'achat :
- La mémoire meurtrie, de Sydney Berstein ;
- Images du monde et inscription de la guerre (Bilder der Welt und Inschrift des Krieges), de Harun Farocki.
Merci pour votre aide.

Réponse de

par gds_bp, le 06/01/2005 à 11:07

Réponse du service Guichet du Savoir

"Images du monde et inscription de la guerre" d'Harun Farocki n'est, à notre connaissance, pas disponible en français ou en sous-titrage français ni dans les bibliothèques ni à la vente.
Par contre, en consultant sur internet, le KVK (Karlsruher Virtueller Katalog), vous pourrez constater que la version allemande "Bilder der Welt und Inschrift des Krieges" se trouve dans les bibliothèques dont voici les catalogues :
- SWB, Réseaux régionaux: Bade-Würtemberg, la Sarre, la Saxe et le Sud de la Rhénanie-Palatinat
- HBZ, NRW-Verbundkatalog
- Réseau des bibliothèques de Suisse occidentale

Quant au film de Sydney Berstein, "Mémoire meurtrie", il n'est apparement pas disponible dans le réseau grand public. Il faudrait contacter des organismes spécialisés dans les domaines de la Seconde guerre mondiale et la déportation comme le CHRD (Centre d'Histoire de la Résistance et de la Déportation).

... [i]Il se trouve que l’on a des témoignages, il y a des archives à Londres sur l’histoire de ce tournage très particulier, et il y a eu également un film. Les images de Belsen s’intègrent dans un projet de film commandé par les britanniques, c’est le film « Officers » dont le réalisateur – Sydney Berstein – parle des années plus tard, en 1985. Il y explique dans quelles perspectives ont été tournées ces images, et l’on peut rapidement distinguer deux régimes d’images prises dans les camps : les images prises par les opérateurs qui suivaient les libérateurs dans une espèce de sidération, et des images beaucoup plus rares qui ont été préparées en amont. Et c’est le cas des images tournées à Bergen-Belsen, les britanniques, les opérateurs – comme ceux d’ailleurs de signal corse américain – avaient des consignes très précises pour filmer, et ces consignes pourraient se résumer en une seule phrase : « la preuve par l’image ». Et il fallait absolument qu’ils trouvent des moyens de prouver ce qu’il s’était passé, et qu’ils trouvent des moyens cinématographiques pour le prouver, et les américains et les britanniques n’ont pas donné les mêmes réponses. Donc, on peut écouter ce que Sydney Berstein dit à ce propos-là : la « preuve par l’image » était nécessaire essentiellement dans une perspective judiciaire puisqu’une partie de ces films se destinait à être montrée aux procès de Nuremberg et il s’agissait pour Berstein de filmer ces images pour les allemands, alors on va voir que c’est important après parce que dans la fiction, on voit des allemands en train d’être confrontés à ces images-là.

Sydney BERSTEIN : « J’ai demandé que l’on filme tout ce qui pourrait prouver un jour que cela s’était vraiment passé. Ce serait également une leçon destinée à l’humanité entière et spécialement aux allemands à qui nous allions projeter ces films. En effet, la plupart d’entre eux prétendaient ne rien savoir des camps, ces films devaient être la preuve de ce que nous voulions leur montrer. » [/i]

source : INA
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
mentions légales - contact