Poser une question

Des bibliothécaires vous répondent en 72h maximum.

je pose ma question

Chercher une réponse

recherche multi-critères

Comment ça marche

Quelles questions ?
Qui répond ?
Dans quel délai ? tout savoir

Accueil > racine du langage

racine du langage

par musky, le 16/06/2006 à 22:27 - 2158 visites

wink.gif quel est le sens dela racine des mots reve, rébellion et révellé, qui semble être commune à tous ces mots, que signifie-t-elle en indoeuropéen?


Réponse du Guichet du savoir

par bml_litt, le 19/06/2006 à 14:58

Réponse du département Langues et Littératures

D'après toutes les recherches que nous avons faites dans les dictionnaires étymologiques nous n'avons pas trouvé de racines communes aux trois mots que vous citez:

c'est le mot rêve ou le verbe rêver qui a l'étymologie la moins certaine et la seule qui ne soit pas latine :

voici ce qu'en dit le : TLFI : Trésor de la Langue Française informatisé :
Rêver : [i]Étymol. et Hist[/i]. [i]1. Ca 1130 resver « délirer à cause d'une maladie » (Lapidaires anglo-normands, éd. P. Studer et J. Evans, V, 1312, p. 246); ca 1240 reever « radoter » (MATTHIEU PARIS, L'Histoire de Saint Edouard Le Roi, éd. K. Y. Wallace, 3786); 1538 faire resver « induire en erreur » (EST., s.v. incutere); 1552 resver « être perdu, absorbé dans des pensées vagues » (RONSARD, Les Amours, CXII ds Œuvres, éd. P. Laumonier, t. 4, p. 110: J'iray toujours et resvant et songeant); déb. XVIIe s. resver à « penser à » (D'AUBIGNÉ, Confession du sieur de Sancy ds Œuvres, éd. E. Réaume et De Caussade, t. 2, p. 368); ca 1620 resver « réfléchir » (ID., Lettres de poincts de science, t. 1, p. 436); déb. XVIIe s. resver « imaginer, voir comme dans un rêve » (ID., Confession du sieur de Sancy, t. 2, p. 293); 1606 resver « désirer quelque chose ardemment » (RÉGNIER, Satyre IX, 181 ds Œuvres, éd. G. Raibaud, p. 103); 1640 « voir en rêve » (CORNEILLE, Polyeucte, I, 1); 1649 « faire des rêves en dormant » (DESCARTES, Traité des Passions ds Rom. Forsch. t. 86, p. 490); 2. 1269-78 resver « vagabonder, errer pour son plaisir, faire une promenade » (JEAN DE MEUN, Rose, éd. F. Lecoy); en partic. 1491 raver « se promener déguisé pendant le carnaval » (J. AUBRION, Journ. ds GDF.). Mot d'orig. incertaine, peut-être dér. d'un verbe non att. *esver « vagabonder » (d'où aussi desver « perdre le sens », v. endêver; v. aussi GUIR. Lex. fr. Étymol. obsc. qui propose de rattacher le mot à *reexvadare, dér. du lat. evadere « sortir, s'échapper de »). Vers la fin du XVIIe s., rêver tend à supplanter songer au sens de « faire des rêves en dormant » (d'où aussi l'apparition de rêve avec le développement sém. qu'a pris le verbe à cette époque). [/i]

et ce que dit : Le Littré :
Rêver:[i]Origine incertaine. Parmi les langues romanes, jusqu'à présent on ne connaît rêver que dans le français. Le P. Labbe, Ampère et Génin ont supposé une parenté entre rêver et desver (voy. ENDÊVER). On a indiqué l'anglais to rave, avoir le délire ; mais le mot anglais paraît venir du français, non le français de l'anglais ; il en est de même du flamand reven, revelen, et du moyen haut-allemand reben. Diez conjecture que rêve est une forme dialectique pour rage, et représente le latin rabies. Cette conjecture ne satisfait ni à la forme (rabies ayant déjà donné rage), ni au sens (rever signifiant essentiellement vagabonder, faire le vaurien). On satisfait mieux à l'une et à l'autre en s'adressant au danois roeuve, angl. to rove, errer, vagabonder, faire le bandit, d'où, en anglais, avoir le délire, et, en français, faire un rêve[/i]

en ce qui concerne le mot rébellion tous les dictionnaires consultés indiquent la même origine : du latin rebellio (v.1212) = reprise des hostilités
La racine duell (bell), (bellum = guerre) exprime l'idée de bataille in : Trésors des racines latines , de Jean Bouffartigue et Anne-Marie Delrieu

Quant au mot révéler voici ce qu'on trouve dans : Curiosités étymologiques , de René Garrus :
"[i]Révélation : du latin velum = rideau. Velum désignait plus particulièrement l'étoffe tendue au-dessus des tribunes, au cours des spectacles en plein air. Le français emprunta le mot latin dans cette dernière acception: dans notre langue, le vélum est un toit de toile. Par transmission populaire, velum donna le nom masculin voil, bientôt écrit voile.
Le verbe dérivé velare = couvrir d'un voile, = cacher, avait un contraire revelare = dévoiler, découvrir. Ce dernier s'employait surtout au sens figuré, ainsi que le nom dérivé revelatio = action de dévoiler. Le français emprunta les deux mots révéler et révélation[/i]"

Si vous êtes passionnés par les mots et leurs origines nous vous conseillons la consultation du site :Lexilogos où vous trouverez tous les dictionnaires que nous avons cités, ainsi qu'un lexique des racines indo-européennes.
  • 1 vote

Rester connecté

guichetdusavoir.org sur Twitter

s'abonner aux flux RSS

Les astuces du Guichet du Savoir

Comment trouver des infos sur


un artiste et ses œuvres
des films et des réalisateurs
une pièce de théâtre
des articles de presse
le logement
des livres jeunesse
des revues scientifiques
le droit d'auteur
cron
mentions légales - contact